« Sens interdits » – Ouvrage collectif – iPagination Editions

sens-interdits-iPagination Editions

Présentation : 

L’interdit brave les sens, à moins que ça ne soit l’inverse. L’homme en recherche de sens ne rencontre parfois que le non-sens. Depuis le courage de celles qui ont osé vivre en passant par le hasard d’un panneau routier, l’horreur de l’inceste brutalement révélé, l’avenir des visionnaires jusqu’à la déchéance de certains hédonistes, iPagination vous livre le meilleur et le pire de la sensualité, sans tabou, sans voyeurisme. Au sein de ce recueil, les sens sont mis à nu. Jusqu’où oserez-vous suivre ces 10 auteurs de talent ? Laissez-vous donc emporter dans tous les sens possibles !

Une fois de plus, la parole est donnée aux auteurs, tous issus du portail iPagination. Après le recueil « La nouvelle vague », « Sens Interdits » explore d’autres profondeurs de notre imaginaire.

Extraits courts issus des nouvelles:

« Khaled : Tu es sûre de ne pas avoir été suivie, Samia ?

Sa voix trahit une certaine excitation.

Samia : Non, mon père dort, ma mère est devant la télé et mes frères sont trop occupés… » (Qu’importe le prix)

« Dans un sac de sport, elle jeta des affaires de toilette et cette petite jupe écossaise qu’elle mettrait sans rien en dessous… » (Elle)

« Nous sommes revenus plusieurs jours de suite sur ce même banc. Terrain neutre et intemporel pour un début d’histoire. Nous racontions un peu de nous, pour être plus crédibles… » (È pericoloso sporgersi)

« Elle, ce qu’elle aimait ce qu’elle voulait, c’était se montrer à l’Homme. L’homme avec un grand H… Elle, ce qu’elle voulait, c’était que l’Homme garde l’empreinte de son corps. De ses tétons encore rosés et de son coquillage humide de tant de désir…  » (Elle)

« Scrupuleusement, il noircissait des pages entières en guise de journal de bord. Écrire avec un bon vieux stylo sur du papier lui procurait une rare satisfaction… » (Le testament silencieux)

« Bien sûr qu’ils couchaient ensemble. Mais on n’a jamais su s’il la frappait… » (Un dimanche peu ordinaire)

« Le verdict tombe, il est de nature sexuelle et probablement dû à… » (Le virus)

« Hélène n’a jamais pris la pilule. « Ça détraque la libido », affirme-t-elle. Hélène a refusé de se faire ligaturer les trompes. Elle est trop nature pour ça. Elle a préféré virer son gars et tenter sa chance auprès d’un autre homme, moins enragé en termes d’exigence sexuelle… » (Un dimanche peu ordinaire)

« La jeune fille n’en croit pas ses yeux. Des milliers de personnes, majoritairement des hommes, sont présentes ce soir sur la place de la Kasbah… » (Qu’importe le prix)

« Ici, tout gamin espiègle, discret et malin, fait seul son éducation sexuelle. Pour ne pas laisser de trace, sa jouissance finissait dans une vieille coupe qu’il lavait discrètement au ruisseau…  » (En eux, la rudesse des terres froides)

« On lui apporta un plateau avec du lait et des gâteaux. Elle avait effectivement très faim. Le lait avait un petit goût qu’elle ne reconnut pas mais c’était délicieux et elle le but avec plaisir. Et à nouveau elle s’endormit… » (Des riverains très étranges)

« À la fin du quatrième mois, Amédée François tenait presque sept cents pages et s’attaquait à la conclusion. Frère Jérémie insista pour sabrer le Champagne… » (Monsieur le chanoine)

« Maintenant il le sait : se ruiner en valait la peine. Tous ses sens sont en éveil alors qu’une seconde vague d’arômes le submerge…  » (Les larmes de Dionysos)

« Je n’ai jamais eu le courage de toucher le chèque. Les yeux verts se sont dilués dans le passé… » (È pericoloso sporgersi)

« Une vie sans attente évite la déception. J’ai mon temps à faire et ensuite je repartirai comme je suis venu, sans larme ni chagrin. Une vie, un départ… » (Le virus)

« Il activa la séquence d’atterrissage, déploya les ailes pour un vol atmosphérique, et ouvrit les parachutes.Voilà, il avait fait ce qu’il pouvait. Il y eut un choc. Puis le néant… » (Le testament silencieux)

Pour commander le livre numérique ou papier :

Cliquez ici !

 

Laisser un commentaire