Archives par mot-clé : apprendre le québécois

Apprendre le québécois, leçon 6 : les nouveaux mots.

logo-francais-au-francais-quebecoisC’est avec grand plaisir qu’iPagination s’associe à Patrice Hudon et son excellent site « Du français au français » pour vous faire rencontrer et apprendre régulièrement la langue québécoise, par le biais d’articles thématiques. Appréhender les nuances de la langue française afin d’éviter tout quiproquo, mais aussi s’enrichir, voyager régulièrement sur l’autre rive, riche de nombreux auteurs de talent, qu’ iPagination a la grande chance de tutoyer au quotidien.

Une-langue-et-des-dents-différentes-Québec-Canada

L’annonce du Petit Larousse d’accueillir dans ses pages le mot denturologie a surpris plusieurs Québécois. En effet, la plupart d’entre nous ignoraient que ce mot était inconnu ailleurs dans la francophonie. La fréquence d’utilisation de la famille des mots denturologue, denturologie et denturologiste est si élevée au Québec que l’équivalent «prothésiste dentaire» y est presque inexistant.

Un denturologiste est donc un spécialiste des prothèses dentaires. Nous disons aussi un denturologue. « As-tu vu le nouvel amoureux de Julie ? C’est un denturologue, mais ça ne l’empêche pas d’avoir les dents jaunes.»

Des broches parce que j’ai des dents croches

L’expression québécoise «Il porte des broches» signifie simplement que la personne porte un appareil orthodontique. «Julie ne sort plus de chez elle depuis qu’elle porte des broches.» «Les broches de mes deux garçons m’ont coûté plus cher que ma voiture.»

Au Québec, on porte des «broches» parce qu’on a les dents «croches». «Avoir les dents croches» signifie avoir les dents de travers. «Il serait si beau, s’il n’avait pas les dents si croches.» On peut aussi avoir les yeux «croches», alors synonyme de loucher, d’être atteint de strabisme.

Le mot croche possède plusieurs autres sens bien québécois, comme celui d’une chose mal faite. «Je refuse de t’acheter la table, elle est toute croche». Dans certains cas, le mot «croche» signifie quelqu’un de malhonnête. Il devient alors un nom masculin. «Ne fais jamais affaire avec lui, c’est un croche».

Revenons à nos dents. Pour les nettoyer, nous utilisons aussi bien de la «pâte à dents» que du dentifrice. Les deux produits sont identiques, sauf que l’un est une traduction littérale de tooth paste. Et finalement, nous nous gargarisons avec du «rince-bouche», mais jamais avec du «bain de bouche», bien que ces liquides soient les mêmes. La locution «bain de bouche» est pratiquement inconnue au Québec. Seule l’expression «bain de pieds» est comprise, et il ne faut surtout pas les confondre.

En attendant un nouveau cours de québécois par notre ami Patrice : TESTEZ VOTRE NIVEAU EN CLIQUANT ICI !