Archives par mot-clé : ebook

Maria Lesca, de Luc Fori

Maria Lesca, de Luc Fori

Résumé :

Du nord de la France aux Amériques, plongez dans une fuite en avant qui vous fera redécouvrir le « Manon Lescaut » de l’abbé Prévost, dans une réadaptation moderne à couper le souffle.

Si la version du XVIIIe siècle a été condamnée à être brûlée, c’est toute la passion incandescente de deux adolescents en proie à la fureur de vivre qui éclate, luttant et s’ébattant sur le bûcher de notre conformisme.

Le résultat est irrévérencieux et jouissif, indémodable, à la croisée de toutes les insouciances. Qu’importe l’époque, pourvu que l’on ait l’ivresse…

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2h7vwv1 
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2yxqd34

Extrait du roman :

De colle en colle, de devoir en devoir, de cuite en cuite est bientôt venu le temps des concours qui devaient nous permettre de rejoindre l’élite de la nation. Deux années avaient passé. J’avais pu négocier mon avenir avec mon père. Le travail d’ingénieur ne me tentait pas du tout, je pensais, comme Tib, devenir plutôt enseignant-chercheur. Il me fallait pour cela tenter le très difficile concours de l’École Normale Supérieure. En cas d’échec, j’accepterais mon destin et me rabattrais au pire sur une petite école d’ingénieur. Constamment aidé par Tiberg qui était beaucoup plus pugnace que moi, j’avais pu atteindre un niveau correct me permettant au moins d’accéder aux oraux de la prestigieuse institution.

Je me suis retrouvé convoqué le même jour que Tib. Les épreuves se déroulaient à Paris, rue d’Ulm. Nous avons partagé la même chambre d’hôtel par souci d’économie et d’efficacité. La veille au soir, je revois encore Tib tourner en rond dans la chambre comme un général rappelant à ses troupes le plan de bataille.

— Tu verras, c’est spécial, le jury est composé de cinq personnes. Ils te passent à la moulinette après que tu aies traité ton problème au tableau. Il faut rester calme, essaie de prévoir les pièges qu’ils vont te tendre. Laisse-les venir, ne désamorce pas leurs questions à l’avance, ça les agacerait. Ah ! Autre chose… c’est comme à l’agrég[1], les épreuves à Normale sont publiques. Certains candidats, pour mieux se préparer, peuvent assister à ton épreuve… mais le quidam moyen aussi. C’est rarissime bien sûr, mais ça peut arriver. Il faut le savoir…

Sacré Tib, décidément il avait tout prévu… Comme souvent dans ces cas-là nous nous sommes couchés de bonne heure pour être en forme le lendemain et nous n’avons quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Tib était énervé par l’enjeu. Il s’est retourné pendant huit heures en soupirant. Moi, j’étais agacé par Tib, et j’avais oublié de prendre des boules Quies. Nous passions à la même heure, interrogés par des jurys différents et nous nous étions donné rendez-vous dans un café après les épreuves.

À huit heures, j’ai tiré au sort une question. J’avais trois heures pour la préparer. Tib était un excellent stratège. Le problème qui m’était soumis faisait partie du lot de problèmes qu’il avait envisagés. Ça baignait. Je voyais bien le genre de bâtons merdeux qu’ils allaient me balancer dans les roues pour essayer de me faire tomber. Finalement, ça se présentait bien. Un assesseur est venu me chercher, c’était l’heure. Ils étaient bien cinq à me dévisager froidement. Trois hommes, deux femmes. L’un d’eux avait une tête de professeur Nimbus assez drôle. Des lunettes très épaisses derrière lesquelles il plissait les yeux comme un lézard en me regardant traiter le problème au tableau. Les deux femmes se regardaient de temps en temps d’un air entendu. Je me demandais si c’était le problème ou ma personne qui leur inspirait leurs petits sourires. Pour l’occasion, j’avais accepté de revêtir l’un des costumes de croque-mort de mon père. Ce dernier m’avait lui-même préparé le nœud de cravate. J’étais d’une élégance certaine avec mes cheveux blonds tirés en arrière et attachés très serrés, mais d’une élégance sans doute décalée : un chevalier d’une toile de Fragonard… Je n’ai plus de souvenir précis des deux derniers examinateurs qui étaient placés de part et d’autre de leurs congénères. J’ai fini tranquillement ma démonstration et me suis retourné vers eux pour attendre leurs questions. J’ai cru alors manquer d’air : dans l’amphithéâtre, à quatre rangées derrière eux, je me suis aperçu qu’il y avait une spectatrice ! Malgré ses lunettes noires et son rouge à lèvres tapageur, j’ai reconnu immédiatement Maria qui applaudissait silencieusement ma prestation en joignant doucement ses mains de façon ostentatoire.

La première question avait fusé d’une des deux femmes du jury. J’avais à peine entendu et lui ai demandé de répéter. Pendant ce temps je voyais au-dessus d’eux Maria se lever et me faire signe de la rejoindre dehors. J’ai commencé à répondre mais j’ai tout de suite vu au toussotement émis par le professeur Nimbus que j’étais complètement à côté de la plaque. Affolé, j’ai entrevu un dos très décolleté disparaître par la sortie du haut de l’amphi. L’une des deux femmes, se méprenant sans doute sur les causes de mon trouble, a voulu me tendre une perche et a reformulé la question. Je l’ai à peine écoutée et l’ai interrompue brutalement.

— Excusez-moi, messieurs-dames, je dois partir…

— Mais jeune homme ! Votre avenir… Que faites-vous ? Rien n’est perdu… un si bel exposé !

J’étais déjà loin quand retentirent ces derniers mots du professeur Nimbus et j’ai couru dans les couloirs pour rattraper Maria. Je n’allais pas la perdre encore ! Et puis j’avais quelques comptes à solder avec elle ! J’ai débouché sur le trottoir comme un fou, partagé entre l’angoisse et la colère. Elle m’attendait tranquillement en fumant au volant d’un cabriolet. D’un geste, elle m’a invité à m’asseoir à ses côtés, et elle a démarré en trombe au nez d’un taxi.

— Je pouvais attendre plus longtemps mon chéri, il fallait pas te presser comme ça… Qu’est-ce que je suis heureuse de te retrouver !

— Tu ne manques pas d’air Maria, après ce que tu m’as fait…

Ma colère est cependant comme restée en suspens quand j’ai vu les grosses larmes mêlées au rimmel zébrer son beau visage.

— Pardonne-moi mon amour, je vais tout t’expliquer…

Elle s’était mise à hoqueter comme les enfants qui n’arrivent plus à s’arrêter de pleurer et que ça empêche de respirer.

— Je pouvais pas faire autrement… Tu m’as tellement manqué…

— Arrête-toi, tu peux pas conduire comme ça, Maria !

— Mon petit chéri…

Comment voulez-vous résister devant un tel chagrin ? Ma colère s’est vite endormie. D’autant que ma belle infidèle s’était engouffrée puis garée dans un parking souterrain et que tout en continuant de renifler au creux de mon cou, elle commençait à me caresser avec fougue. La voiture était aussi petite que le savoir-faire de Maria était immense. Comme lors de notre première rencontre, une vague de plaisir intempestive a pollué mon pantalon… ou plutôt celui que m’avait prêté mon pauvre père. Et c’est ainsi que j’ai à nouveau tout quitté pour elle, ami, famille, avenir, honneur…

[1]  L’agrégation : concours dont l’obtention permet d’accéder à l’enseignement supérieur.

Acheter le livre :

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2h7vwv1 
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2yxqd34

Prétendre à l’Humanité, de Denis Delepierre

Prétendre à l’Humanité, de Denis Delepierre

Résumé :

Depuis plusieurs mois, l’inspecteur Pasquier, flic vieillissant et opiniâtre, suit la piste d’un tueur en série qui massacre ses victimes selon le même mode opératoire. Lorsque Franck Muller, un scientifique aisé, meurt à son tour des mains de ce psychopathe, sa fille Solène, hantée par l’image d’un père qu’elle n’a pas vraiment connu, décide d’enquêter de son côté.

Au cours du chassé-croisé qui l’oppose au policier, la jeune femme se heurte à bien des mystères. Son père était-il un homme bien ? À quoi s’occupait-il dans ce laboratoire surprotégé ? Et qui est cette intrigante inconnue qu’il semblait tant apprécier ?

D’une réponse à l’autre, Solène réalisera combien les zones d’ombre de Franck Muller pourraient lui en apprendre davantage sur elle-même…

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2uFdIgq
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2t23oNo

A propos de l’auteur :

Denis Delepierre a été lauréat de plusieurs concours d’écriture. Il a précédemment publié un roman jeunesse, « L’héritière de l’Avant » et une nouvelle, « Dans nos contrées », publiée dans l’ouvrage collectif « Voyages », le tout aux éditions iPagination.

Extrait court du roman :

La nuit était depuis longtemps tombée sur la petite ville de Chambrond et l’on n’entendait que le souffle obstiné du vent, particulièrement fort pour la saison. Un break gris métallisé traversait à faible allure les rues désertes de la cité endormie. Au volant, un jeune homme à la mine sombre tâchait de se concentrer à la fois sur la conduite et sur une conversation téléphonique.

— J’y suis presque, signala-t-il à son interlocuteur.

— Gare-toi et vas-y à pied, comme les autres fois.

— Bien sûr. Je vous laisse.

— Rappelle-moi dans une heure.

Noah raccrocha et laissa son portable sur le siège passager, le temps de négocier son créneau. La rue où il devait se rendre n’était pas éclairée. Elle s’achevait sur un terrain à bâtir en vente depuis des années – personne ne semblait intéressé par l’idée de faire pousser une maison à Chambrond. Il n’y avait qu’une seule habitation dans cette rue, plantée non loin du carrefour avec celle, éclairée, où il se parquait. Une bâtisse sans étage, au toit de tuiles noires, à l’abandon depuis plusieurs années. Il savait que quelqu’un y passait régulièrement. Il avait un message pour cette personne.

Ce n’était pas la première fois qu’il accomplissait cette tâche…

Acheter le livre :

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2uFdIgq
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2t23oNo

Voyage dans les mémoires d’un fou, de Lionel Cecilio

Voyage dans les mémoires d’un fou, de Lionel Cecilio

Saisir la vie ou attendre la mort ? Que faire en découvrant que sa dernière heure est venue ? Alors qu’il vient d’apprendre qu’il est atteint d’une maladie incurable et mortelle, un jeune homme décide d’écrire à un lecteur imaginaire pour le faire dépositaire de ses mémoires. Sa plume s’emballe et l’entraîne dans un tourbillon étourdissant où poésie, rires et larmes s’entremêlent !

Mais a-t-il seulement vécu ?

Pour acheter le livre papier, cliquez ici ou rendez-vous dans votre librairie.

Pour acheter le livre au format numérique, cliquez ici.

Et si vous voulez aller voir la pièce, cliquez-ici.

En savoir plus sur Lionel Cecilio

Crédit : Bruno Perroud

Lionel Cecilio est acteur, auteur et metteur en scène.

Il reçoit une formation de comédien à l’école d’art dramatique des Enfants Terribles à Paris. Curieux et insatiable, il se perfectionne tous azimuts, s’offrant ainsi une solide base artistique pluridisciplinaire allant de l’improvisation au clown en passant par le travail à la caméra, et même le Katakali, une sorte de théâtre dansé indien.

S’il s’est illustré et fait connaître avant tout comme comédien, il n’a pour autant jamais abandonné une plume avec laquelle il a commencé à écrire très tôt ses premiers spectacles.

Lionel Cecilio est un artisan de l’art, déjà reconnu par ses pairs dans toutes les disciplines qu’il pratique. Au cinéma, il obtient la distinction de Jeune Talent Cannes Adami au Festival de Cannes en 2011. En 2012, il tient le rôle principal de Nouvelle Cuisine, un film qui reçoit la Mention spéciale du jury au Festival d’Aubagne. En 2014, le film Les Héritiers, dans lequel il incarne Joe, est récompensé par plusieurs nominations aux Césars. Au théâtre, il tient le rôle titre du spectacle Aladin, nommé aux Molières en 2016.

À tout juste 30 ans, cet artiste engagé, concerné par le monde qui l’entoure, la condition des hommes et une idée quasi romantique du vivre ensemble, a déjà sa signature d’auteur. Un style poétique et drôle, léché et soigné. Un univers absurde et doux où se mêlent avec fougue et passion l’amour, l’espoir, la tristesse, le rire, la folie et la nostalgie.

Court extrait de Voyage dans les mémoires d’un fou :

 

« L’Enfant

Papa, pourquoi je suis petit ?

Le Père

Mais t’es pas petit mon bonhomme, pourquoi tu dis ça ?

L’Enfant

À l’école, tout le monde me dit que je suis petit…

Le Père

Ne les écoute pas, ils disent ça pour t’embêter.

L’Enfant

Mais papa, je le vois bien que je suis plus petit qu’eux…

Le Père

T’es pas petit, tu prends juste un peu plus ton temps que les autres. Tu vois la lune, là.

(Il fait mine de la prendre entre deux doigts.)

On peut la prendre entre nos doigts, et pourtant elle est immense. C’est un effet d’optique. En fait elle paraît petite parce qu’elle est très loin de nous, loin de tout ça. Et toi… tu es loin aussi.

L’Enfant

Moi aussi, je suis un effet caustique ?


Le Père

Quand les enfants naissent, ils sont tous sur la lune. Et puis, au fur et à mesure qu’ils vieillissent, ils paraissent plus grands, parce qu’ils sont de plus en plus proches. Et seulement une fois adultes, ils ont les pieds sur terre. Tu comprends ? Et bien toi… tu n’es pas petit… tu es loin. Tu prends ton temps. T’es encore loin, et tu as bien raison.

L’Enfant

Mais papa, si on est vieux sans être grand, on est fou.

Le Père

Non, on est libre. Mais dans le monde des adultes, les gens libres font peur, alors on dit qu’ils sont fous… Mais c’est ce monde qui l’est.

L’Enfant

Mais papa, si je reste toujours loin, il y a plein de trucs dans le monde des grands que je pourrai jamais avoir.

Le Père

Dans le monde des grands, ici, sur terre, il y a les mensonges, les taxes, le travail, les accidents, les maladies, les guerres, la prison, le racisme, l’exclusion, la bêtise, les attentats, le terrorisme, la mort…

(Au fur et à mesure de l’énumération il recule dans un mouvement un peu dansé en lâchant la main de son père dont on comprend qu’il reste à l’avant-scène tandis que lui, l’enfant, finit en fond de scène.)

(Fond de scène – D’abord tendant la main, puis baissant le bras comme pour montrer qu’il assume d’être là-bas et que c’est désormais son choix.)

L’Enfant

Je suis pas petit, je suis loin.

(Noir.) »

 

Le cercle des dictateurs déchus, de Bernard Tandeau

Le cercle des dictateurs déchus, de Bernard Tandeau

le-cercle-des-dictateurs-dechus-1Ex-dictateur africain, Joseph Gabomu vient d’être condamné par la justice internationale à la privation perpétuelle de ses libertés pour crime contre l’humanité. Afin de bénéficier de mesures de faveur et nourrir l’espoir d’une possible évasion, l’homme accepte de participer à un protocole de détention d’un tout nouveau genre. Très vite, les quatre premiers prisonniers, retenus sur une île perdue pour se soumettre à cette étrange expérience, vont former le cercle des dictateurs déchus…

Cette fiction politique ouvre le champ de la réflexion quant aux modalités classiques d’incarcération et leurs interactions avec la nature humaine.

Lire le livre au format papier en cliquant ici.

Lire  le livre numérique en cliquant ici.

A propos de l’auteur

Bernard TandeauAprès des études supérieures parisiennes et plusieurs séjours prolongés à l’étranger, Bernard Tandeau intègre la Fonction Publique où il occupe différents postes dans le domaine de l’éducation et de l’aménagement du territoire. Voltairien parce qu’il récuse l’injustice, l’ignorance et l’intolérance, et aussi parce qu’il figure sur la liste d’une promotion d’élèves qui prit pour nom celui du pourfendeur de « l’infâme », il se revendique du combat contre l’hypocrisie et l’obscurantisme qui rongent le monde actuel.

Extrait du livre

 

— Monsieur Joseph Charles Gabomu, levez-vous ! La première Chambre du Tribunal Pénal Mondial pour le Bozambwe a rendu son verdict. La Chambre, statuant publiquement et en premier ressort, vu la grille générale des peines d’emprisonnement, vu que vous avez été reconnu coupable des chefs d’accusation 1, 3 et 4 de l’acte d’accusation, vu le rapport déposé par le Procureur, vous condamne à l’emprisonnement à vie pour crime contre l’humanité. La peine sera effectuée au centre pénitentiaire de…

La porte se referma sur l’homme encore abasourdi par la sentence. Il se trouvait maintenant seul dans sa cellule du centre de détention du Cap où il avait séjourné pendant les longues semaines de son procès. Rien ne filtrait de l’agitation extérieure provoquée par cette décision, il est vrai, attendue. Le monde entier allait savoir sous peu que Joseph Gabomu, le maître du Bozambwe, qui régnait sans partage depuis plus de vingt ans sur cette terre africaine, était condamné à finir ses jours reclus sur une lande volcanique émergée quelque part dans l’Atlantique sud.

Lire le livre au format papier en cliquant ici.

Lire  le livre numérique en cliquant ici.

« L’héritière de l’avant » de Denis Delepierre

roman jeunesse L'héritière de l'Avant Résumé :

« A la suite d’un cataclysme, le monde est dominé par la nature, incarnée par le cruel dieu Déreth. De nombreux dangers planent sans distinction sur les ouvriers et citadins, les deux communautés survivantes. Entre disparitions et sombres secrets, Léa, une jeune Ouvrière de douze ans, va braver ses peurs et tous les interdits de sa société, lorsque disparaît à son tour Becky, sa meilleure amie.

Ce premier roman de Denis Delepierre, passionnera les jeunes lecteurs et les sensibilisera à de nombreux thèmes bien actuels tel que l’environnement, le harcèlement scolaire, l’égalité des chances, le prosélytisme…

A propos de Denis Delepierre :

Denis DelepierreNé en 1984 à Mons, en Belgique, Denis Delepierre a rapidement découvert son désir de construire et de mettre en scène des histoires. Durant une bonne partie de son enfance, il s’est vu dans la peau d’un auteur de BD et a illustré une dizaine de récits avant de se tourner, au début de son adolescence, vers l’écriture.

Avec le temps, ce violon d’Ingres est devenu une passion. Aujourd’hui, il multiplie les projets en s’essayant à différents genres, du délire introspectif au roman d’horreur, en passant par le polar, le fantasy et le fantastique.

L’héritière de l’Avant est son premier roman.

Extrait :

— Becky et moi, on est allés au deuxième étage.

Elle écarquilla les yeux de surprise, mais n’eut pas le temps de répondre. Le garçon se lança dans une série d’explications confuses et larmoyantes de cette journée fatale. Voici quatre jours, Becky était arrivée à l’École avec un visage très soucieux. Ses yeux étaient rouges d’avoir pleuré et elle semblait de très méchante humeur. Bravant sa timidité, Jo s’était approché d’elle pour lui demander ce qui n’allait pas… et cette fois, elle ne l’avait pas envoyé balader.

— Elle avait vraiment besoin de parler. Et toi, t’étais pas encore arrivée, c’était trop tôt le matin. Elle m’a dit qu’elle s’était disputée avec sa mère, qu’elles s’étaient lancé des trucs à la figure. Elle voulait plus retourner chez elle. Elle a pas arrêté de parler, c’était fou. Avant ça, elle m’avait jamais sorti plus de trois mots.

— Et quoi, tu dis qu’après, elle a voulu aller au deuxième étage ?

— C’était l’heure de la classe. Elle a dit : « Ah non, pas moyen de me taper les cours aujourd’hui, je veux me changer les idées ! » Paraît qu’elle y était déjà montée avec toi, au deuxième, et qu’elle avait trouvé ça marrant. Elle m’a demandé si je voulais y aller avec elle cette fois-ci.

Léa n’eut pas besoin d’investiguer davantage pour comprendre la motivation de Jo. Il n’aurait pas loupé l’occasion d’accompagner Becky, pour enfin avoir une chance de démolir son image de peureux impotent. Elle imaginait bien une forte tête comme son amie traîner derrière elle un garçon de ce genre, entretenant ses illusions dans le simple but de disposer d’un compagnon de route, un bouche-trou qui lui servirait le temps de l’expédition. Une pensée amère contre Becky, qui avait profité de l’affection de Jo pour l’embarquer là-dedans. T’es pas croyable. Qu’est-ce que ça peut bien t’apporter de toujours faire ce qui est interdit ?

— Takkar vous est tombé dessus, ou quoi ?

— On l’a entendu marcher dans les couloirs. On venait à peine d’arriver. Becky voulait rester plus longtemps que la dernière fois, parce qu’elle avait pas eu le temps de tout voir. Moi, j’avais la trouille de Takkar, je voulais qu’on parte. À un moment, elle m’a planté là et elle est entrée dans une vieille classe toute noire. J’ai pas osé l’accompagner. Et après, je l’ai entendue crier.

Léa se raidit.

— C’était Takkar ?

— Non, il est arrivé après, par un autre côté. Quand je l’ai vu se pointer, je… j’ai pas pu rester là, je suis parti en courant. J’ai crié à Becky de me suivre. Je pensais qu’il allait me courir après, mais non. Je suis arrivé en bas tout seul. Et depuis, j’ai plus vu Becky. Takkar, je l’ai recroisé plusieurs fois, mais il m’a rien dit. Personne m’a rien dit, d’ailleurs, aucun prof m’a engueulé. Mais Takkar sait que j’étais là-bas. Il pourrait le raconter. Et Becky… elle est plus là.

Léa se tut un moment, dépassée par ce récit.

— Tu dis que tu l’as entendue crier. C’était quoi comme cri ?

— Je sais pas… comme si elle avait glissé, tu vois. Comme si elle perdait l’équilibre. Elle était surprise. Tout de suite après, Takkar est arrivé.

— Il t’a dit quelque chose ?

— Non, j’ai… j’ai foutu le camp tout de suite.

Il baissa la tête, hésitant avant d’ajouter :

— Il y a eu un autre bruit aussi. Au moment où elle a crié. Un bruit bizarre… Comme si quelqu’un avalait plein d’air, avec beaucoup de force. J’ai pas compris. Je crois que… je crois que c’était le mur. C’est le mur qui l’a mangée !

Léa s’abstint d’éclater de rire, son rêve ayant tari toute surprise possible. Elle aurait volontiers pensé que l’inquiétant Takkar était derrière la disparition de son amie, mais Jo se montra catégorique : l’homme avait débarqué d’une autre direction. Il ne se trouvait pas dans la pièce quand Becky y était entrée et avait crié. La disparition avait donc été provoquée par autre chose.

— Qu’est-ce que tu crois que c’était ?

— Le mur, je t’ai dit. Le deuxième étage est hanté. Les murs sont vivants, ils peuvent manger les gens. Je crois que c’était ça.

— C’est n’importe quoi, Jo. Becky n’a pas été mangée. Elle est toujours en vie et… enfermée quelque part.

— Peut-être, ouais. Mais qu’est-ce qu’on peut y faire ?

Face à cette question, la jeune fille n’eut besoin que de quelques secondes de réflexion. Beaucoup de choses lui passèrent par la tête : son enfance dans le cratère, ses problèmes à l’École, l’épaule que Becky lui avait prodiguée. Elle songea à sa propre personne, insignifiante dans l’univers impitoyable qui entourait Ouvriers et Citadins. À la logique de ce monde, sans pitié pour les plus faibles. Aux nuits horribles qu’elle passerait si ce rêve continuait à la hanter, et au sentiment de culpabilité qu’elle éprouverait en abandonnant son amie à son triste sort, quel qu’il fût. Alors elle répondit à Jo :

— On va retourner au deuxième étage et essayer de savoir ce qui lui est arrivé.

Le visage du gros garçon blêmit au point qu’elle faillit voir les os de son crâne à travers sa peau.

— Je retourne pas là-bas ! décréta-t-il dans un souffle. Pas question !

— Il faudra bien, pourtant. Tu dois me montrer la pièce où Becky est allée.

— T’es complètement folle ! Et Takkar ?

— Je m’en fous, de Takkar. Je dois retrouver Becky.

— Je viens pas, Léa !

— Alors t’es un trouillard ?

— Oui, je suis un trouillard ! Je retourne pas là-bas !

— Becky avait raison de pas t’aimer. Quand on voit ce que t’es prêt à faire pour elle…

Elle espérait que la provocation le pousserait à l’accompagner, mais il n’en fut rien. Pourtant, il devait impérativement venir. Elle avait besoin de lui pour retrouver la fameuse classe. Et puis, sous ses dehors bravaches, elle crevait de trouille autant que lui, et refusait d’aller là-bas toute seule. Elle devait tout faire pour cacher sa peur, sans quoi il n’accepterait jamais de la suivre. Il affirma pour la troisième fois que rien ne le ferait retourner au deuxième étage, et la bouscula pour s’en aller. Alors, en dernier recours, elle lui lança :

— Tu veux que je te dénonce ?

Il s’arrêta, abasourdi.

— Tu ferais pas ça ?

— Ben non, je le ferai pas, sauf si tu viens pas. Dis-moi encore une fois non et je fonce chez Chanessian pour tout lui balancer. Takkar s’en fout de t’avoir vu là-bas, mais le dirlo, ça va le rendre dingue. Il demandera à Takkar, qui lui confirmera que t’y étais.

— S… si tu fais ça, je te dénonce aussi ! Toi aussi, t’y es déjà allée !

— Tu peux toujours essayer. Moi, Takkar m’a pas vue.

Elle soutint son regard avec toute sa détermination, et Jo échoua à la dominer. Vaincu, il baissa la tête, trop naïf pour se figurer la faiblesse de la parole d’une Ouvrière contre celle d’un Citadin. Ravie de l’avoir amadoué, Léa mit au point les détails :

— Faut qu’on y aille cette nuit, mais faudra que ce soit bien tard. On se rejoint dans la cour d’ici quatre heures. Et t’as intérêt à être là.

Il ne put qu’acquiescer, avec sur le visage l’expression d’un condamné à mort vivant ses dernières heures. Attendrie par son accablement, elle ajouta d’une voix plus douce :

— On va faire ça pour Becky. Elle a besoin de nous. C’est à ça que ça sert, les amis.

— Je suis pas son ami, moi…

— Ça je le sais. Je te donne l’occasion de le devenir. Saute dessus.

Quelques instants plus tard, ils se séparèrent. Léa ne fut pas surprise, en détournant les yeux de Jo qui s’éloignait, de retrouver Wym à ses côtés.

— Tu vas enfin voir la zone interdite, lui dit-elle.

Mais il ne sourit pas : la situation le préoccupait autant qu’elle.

— Ça sera dangereux, fit-il. C’est assez flippant, son histoire. Tu y crois ?

— Oui, j’y crois.

— Alors où elle est, Becky, d’après toi ?

— J’en sais rien. J’espère juste qu’elle va bien, et qu’on la retrouvera.

Lire le livre :

Acheter le livre papier

ou

Acheter le livre numérique

Ce livre est également disponible chez votre libraire.

Michel et les transporteurs d’âmes, de Bernard Saada

1re COUV ebook Michel et les...

Résumé : 

Roman fantastique – Alors que Michel, jeune orphelin, se promène dans la forêt normande, un orage éclate et la terre se dérobe sous ses pieds. Au fond de l’abîme dans lequel il est entraîné, il découvre un nouveau monde. Qui sont les êtres qui peuplent cette contrée ? Pourquoi les Transkiâmes et les Goulacs se livrent-ils une guerre sans merci ? Et pourquoi Michel est-il proclamé l’Élu tant attendu ?

Concernant l’auteur :

Autodidacte, Bernard Saada s’est familiarisé avec les Lettres au hasard des acquisitions de la bibliothèque dans laquelle il exerce. Ses yeux se sont arrêtés sur de belles phrases, de belles tournures, de celles qui vous émeuvent. Il s’est laissé influencer par des auteurs à forte personnalité et a dû se rendre à l’évidence : il portait en lui un amour tendre pour les écrits. Ses nombreuses lectures ont enchanté et stimulé son imagination, il avait mémorisé tellement de flux verbal qu’il ne lui restait plus qu’à coucher, à son tour sur le papier, les mots tant cultivés.

Retrouvez Bernard Saada sur les réseaux sociaux :

Facebook : Jaspeer Zaporogues

Twitter : @jaspeer7

et sur son blog : http://skika3.wix.com/jaspeer

 
Extrait du livre : 

Michel n’avait plus rien, il avait tout laissé sur place lors de ce terrible orage, il se rappelait vaguement le tremblement de terre, sa chute, les drôles de méduses lumineuses, puis plus rien.

— Où suis-je ? se demanda-t-il, quel est cet endroit ? Que s’est-il passé ? Il marcha, guidé par le flou de ses pensées un long moment, puis cédant la place à la clarté il vit une cité, à ses yeux inconnue. Il passa devant des colonnes ouvragées, de belles façades blanches, de grandes constructions rondes. Puis, dressé comme la statue d’Hérode, se trouvait un magnifique palais. Il continua à marcher, quand il vit devant lui une foule de gens amassée devant un homme qui vociférait des paroles incompréhensibles.

Quel était ce langage qu’il ne comprenait pas ? Soudain l’orateur dirigea son doigt vers lui en grommelant des mots avec véhémence.

La foule fixa Michel et on pouvait lire l’étonnement sur chaque visage, les murmures d’interrogations montaient crescendo, deux hommes apparurent, le saisirent et l’emmenèrent.

 Il se trouvait à présent dans une grande salle. Impressionné par la beauté du lieu, il observa avec curiosité ce palais orné de végétaux qui évoluaient comme dans un patio andalou. Un homme se présenta à lui avec grâce, le salua avec dignité.

— Je me nomme Enar, je suis le gouverneur de cette province.

 Voyant que l’enfant ne réagissait pas à ses paroles, Enar reformula sa présentation un peu plus fort, l’incompréhension sur le visage de Michel était lisible, Enar se retira. Michel avait observé cet homme à l’allure princière mais ne comprenait aucun de ses mots. Enar se présenta devant deux grandes portes vertes qui soudain s’ouvrirent et se refermèrent aussitôt derrière lui.

 Il actionna le champ de polarisation des lumières gravitationnelles des planètes pour que son langage puisse être compris.

De retour, le gouverneur s’adressa à nouveau au garçon, cette fois-ci Michel comprit avec étonnement les mots émis par l’homme.

 — Je te souhaite la bienvenue dans notre royaume, que la paix soit avec toi, nous sommes les transporteurs d’âmes !

Commander le livre :

Pour commander le livre papier, cliquer ici !

Pour commander le livre numérique, cliquer ici !

Vitraux de Songes, de Francis E. Sicard Lundquist

Poésie - Vitraux de songesRésumé :

Comme si l’œil se glissait dans un kaléidoscope de mots, ce recueil, composé de deux parties, plonge le lecteur dans un univers de sables mouvants qui enlisent les sens. L’expression poétique est stricte. C’est celle du sonnet classique obéissant aux rigides lois de la composition. Chaque souffle est mesuré, chaque syllabe pesée, chaque image choisie. Et pourtant, sous cette maille d’acier, se révèle instantanément la puissance esthétique d’un art poétique dont la souplesse ne laisse aucune place à l’illusion littéraire. Bien loin d’être un accessoire, le titre lui-même s’impose non seulement comme une dimension indispensable à la rigidité de la structure mais encore comme une expansion de la densité créative.

Étrangement classique, ce recueil tisse, page après page, une toile infinie de miroirs dans un labyrinthe d’idées dont le luxe et la richesse éblouissent l’esprit et envoûtent l’âme. Sans aucun doute « Vitraux de songes » ouvre-t-il un nouveau courant poétique contemporain.

 

A propos de Francis E. Sicard Lundquist :

Né à Prades en 1952, Francis Étienne Sicard Lundquist se passionne dès l’adolescence pour la littérature, en particulier pour Marivaux et Marcel Proust. Des études en Lettres Classiques le conduisent à Lyon où il complète sa formation d’enseignant. Il n’exercera ce métier que brièvement puisqu’il rejoint Berlin en 1977 pour y résider pendant plusieurs années. Il y écrit son premier texte en prose, Le Voyage Bleu, qu’il ne publiera cependant qu’en 1986 aux Nouvelles Éditions Debresse.

Après plusieurs séjours à Antibes et à Nice, il quitte Berlin pour se mettre au service d’une famille aristocratique allemande avec laquelle il voyage en Europe, en Asie et aux États-Unis. Il en rapporte une importante correspondance, caractéristique de son goût pour l’épistolaire.

En 1983, il s’installe à Londres d’où il publie trois recueils de poèmes : Écritoire Vécu aux Éditions Saint-Germain-des-Prés, Ariane aux Nouvelles Éditions Debresse, et Car je suis l’oiseau magnifiquement guindé aux Éditions du Méridien. Il rencontre des artistes et travaille à la refonte d’un monumental projet d’écriture, Nuage de bois sec. Devenu proche d’un éminent exégète d’Oscar Wilde, il se consacre alors à l’étude de l’esthétisme.

Il rejoint le Languedoc en 1998. Il publie quelques textes dans la presse et répond à des appels à écriture, notamment à ceux de France Musique (Contes du jour et de la nuit de Véronique Sauger). En 2011, il crée un blog d’écriture consacré au sonnet de forme classique : Lettres de soie rouge. Proche de l’image, il publie aussi sur la toile ses photographies accompagnées de textes brefs.

Lauréat du concours Charles Trenet en 2011 dans la catégorie Poésie de forme classique, il entre en 2013 dans l’anthologie mondiale et plurilingue du sonnet avec Le Phénix renaissant de ses cendres, ouvrage édité par Richard Vallance chez Friesen Press (USA).

II élargit aujourd’hui son champ d’écriture à la nouvelle et se lance un défi : la rédaction d’une partie de ses mémoires.

 

Quelques extraits :

 

Mille fois il s’endort comme un bout de cristal

Repoussant le silence aux portes du mensonge

Et mille fois le temps se gorge de ce songe

Comme un soupir forgé de bouches en métal.

 

De riches velours noirs froissés sur un étal

Boivent le ciel sucré d’une goutte d’éponge

Que le parfum du musc sous chaque mot prolonge

D’une perle de lèvre au cœur d’un récital.

 

L’or presque craquelé d’une longue bougie

Fond sur de la dentelle à la maille rougie

D’une épine de sang suspendue au rosier.

 

Le parc emmitouflé dans un tulle de brume

Dorlote le soleil d’une douceur de plume

En berçant un ruisseau sous un jupon d’osier

 

.(Impressions sans couleur)

*****

 

En touchant de son doigt le cœur d’une hirondelle

Le vent espiègle et fou trouble de son élan

Les barques de pêcheur friandes d’éperlan

Assises sur l’étang comme un pan de ridelle.

 

Sur la berge endormie une vieille haridelle

Somnole dans le soir près d’un beau chambellan

Dont les yeux de velours puent aussi le merlan

Car l’amour a le don de tirer la ficelle.

 

Des moulins invaincus tendent toujours leur main

Triomphant d’un héros au pouvoir surhumain

Et tournent en silence au cœur de la légende.

 

Puis des ombres de lance au redoutable effet

Longent un cimetière où la mort vilipende

Les hommes ignorants qui brûlent un défet.

 

(Charade d’oiseleur)

*****

ou