Archives par mot-clé : interdits

Maria Lesca, de Luc Fori

Maria Lesca, de Luc Fori

Résumé :

Du nord de la France aux Amériques, plongez dans une fuite en avant qui vous fera redécouvrir le « Manon Lescaut » de l’abbé Prévost, dans une réadaptation moderne à couper le souffle.

Si la version du XVIIIe siècle a été condamnée à être brûlée, c’est toute la passion incandescente de deux adolescents en proie à la fureur de vivre qui éclate, luttant et s’ébattant sur le bûcher de notre conformisme.

Le résultat est irrévérencieux et jouissif, indémodable, à la croisée de toutes les insouciances. Qu’importe l’époque, pourvu que l’on ait l’ivresse…

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2h7vwv1 
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2yxqd34

Extrait du roman :

De colle en colle, de devoir en devoir, de cuite en cuite est bientôt venu le temps des concours qui devaient nous permettre de rejoindre l’élite de la nation. Deux années avaient passé. J’avais pu négocier mon avenir avec mon père. Le travail d’ingénieur ne me tentait pas du tout, je pensais, comme Tib, devenir plutôt enseignant-chercheur. Il me fallait pour cela tenter le très difficile concours de l’École Normale Supérieure. En cas d’échec, j’accepterais mon destin et me rabattrais au pire sur une petite école d’ingénieur. Constamment aidé par Tiberg qui était beaucoup plus pugnace que moi, j’avais pu atteindre un niveau correct me permettant au moins d’accéder aux oraux de la prestigieuse institution.

Je me suis retrouvé convoqué le même jour que Tib. Les épreuves se déroulaient à Paris, rue d’Ulm. Nous avons partagé la même chambre d’hôtel par souci d’économie et d’efficacité. La veille au soir, je revois encore Tib tourner en rond dans la chambre comme un général rappelant à ses troupes le plan de bataille.

— Tu verras, c’est spécial, le jury est composé de cinq personnes. Ils te passent à la moulinette après que tu aies traité ton problème au tableau. Il faut rester calme, essaie de prévoir les pièges qu’ils vont te tendre. Laisse-les venir, ne désamorce pas leurs questions à l’avance, ça les agacerait. Ah ! Autre chose… c’est comme à l’agrég[1], les épreuves à Normale sont publiques. Certains candidats, pour mieux se préparer, peuvent assister à ton épreuve… mais le quidam moyen aussi. C’est rarissime bien sûr, mais ça peut arriver. Il faut le savoir…

Sacré Tib, décidément il avait tout prévu… Comme souvent dans ces cas-là nous nous sommes couchés de bonne heure pour être en forme le lendemain et nous n’avons quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Tib était énervé par l’enjeu. Il s’est retourné pendant huit heures en soupirant. Moi, j’étais agacé par Tib, et j’avais oublié de prendre des boules Quies. Nous passions à la même heure, interrogés par des jurys différents et nous nous étions donné rendez-vous dans un café après les épreuves.

À huit heures, j’ai tiré au sort une question. J’avais trois heures pour la préparer. Tib était un excellent stratège. Le problème qui m’était soumis faisait partie du lot de problèmes qu’il avait envisagés. Ça baignait. Je voyais bien le genre de bâtons merdeux qu’ils allaient me balancer dans les roues pour essayer de me faire tomber. Finalement, ça se présentait bien. Un assesseur est venu me chercher, c’était l’heure. Ils étaient bien cinq à me dévisager froidement. Trois hommes, deux femmes. L’un d’eux avait une tête de professeur Nimbus assez drôle. Des lunettes très épaisses derrière lesquelles il plissait les yeux comme un lézard en me regardant traiter le problème au tableau. Les deux femmes se regardaient de temps en temps d’un air entendu. Je me demandais si c’était le problème ou ma personne qui leur inspirait leurs petits sourires. Pour l’occasion, j’avais accepté de revêtir l’un des costumes de croque-mort de mon père. Ce dernier m’avait lui-même préparé le nœud de cravate. J’étais d’une élégance certaine avec mes cheveux blonds tirés en arrière et attachés très serrés, mais d’une élégance sans doute décalée : un chevalier d’une toile de Fragonard… Je n’ai plus de souvenir précis des deux derniers examinateurs qui étaient placés de part et d’autre de leurs congénères. J’ai fini tranquillement ma démonstration et me suis retourné vers eux pour attendre leurs questions. J’ai cru alors manquer d’air : dans l’amphithéâtre, à quatre rangées derrière eux, je me suis aperçu qu’il y avait une spectatrice ! Malgré ses lunettes noires et son rouge à lèvres tapageur, j’ai reconnu immédiatement Maria qui applaudissait silencieusement ma prestation en joignant doucement ses mains de façon ostentatoire.

La première question avait fusé d’une des deux femmes du jury. J’avais à peine entendu et lui ai demandé de répéter. Pendant ce temps je voyais au-dessus d’eux Maria se lever et me faire signe de la rejoindre dehors. J’ai commencé à répondre mais j’ai tout de suite vu au toussotement émis par le professeur Nimbus que j’étais complètement à côté de la plaque. Affolé, j’ai entrevu un dos très décolleté disparaître par la sortie du haut de l’amphi. L’une des deux femmes, se méprenant sans doute sur les causes de mon trouble, a voulu me tendre une perche et a reformulé la question. Je l’ai à peine écoutée et l’ai interrompue brutalement.

— Excusez-moi, messieurs-dames, je dois partir…

— Mais jeune homme ! Votre avenir… Que faites-vous ? Rien n’est perdu… un si bel exposé !

J’étais déjà loin quand retentirent ces derniers mots du professeur Nimbus et j’ai couru dans les couloirs pour rattraper Maria. Je n’allais pas la perdre encore ! Et puis j’avais quelques comptes à solder avec elle ! J’ai débouché sur le trottoir comme un fou, partagé entre l’angoisse et la colère. Elle m’attendait tranquillement en fumant au volant d’un cabriolet. D’un geste, elle m’a invité à m’asseoir à ses côtés, et elle a démarré en trombe au nez d’un taxi.

— Je pouvais attendre plus longtemps mon chéri, il fallait pas te presser comme ça… Qu’est-ce que je suis heureuse de te retrouver !

— Tu ne manques pas d’air Maria, après ce que tu m’as fait…

Ma colère est cependant comme restée en suspens quand j’ai vu les grosses larmes mêlées au rimmel zébrer son beau visage.

— Pardonne-moi mon amour, je vais tout t’expliquer…

Elle s’était mise à hoqueter comme les enfants qui n’arrivent plus à s’arrêter de pleurer et que ça empêche de respirer.

— Je pouvais pas faire autrement… Tu m’as tellement manqué…

— Arrête-toi, tu peux pas conduire comme ça, Maria !

— Mon petit chéri…

Comment voulez-vous résister devant un tel chagrin ? Ma colère s’est vite endormie. D’autant que ma belle infidèle s’était engouffrée puis garée dans un parking souterrain et que tout en continuant de renifler au creux de mon cou, elle commençait à me caresser avec fougue. La voiture était aussi petite que le savoir-faire de Maria était immense. Comme lors de notre première rencontre, une vague de plaisir intempestive a pollué mon pantalon… ou plutôt celui que m’avait prêté mon pauvre père. Et c’est ainsi que j’ai à nouveau tout quitté pour elle, ami, famille, avenir, honneur…

[1]  L’agrégation : concours dont l’obtention permet d’accéder à l’enseignement supérieur.

Acheter le livre :

Livre papier disponible ici : http://bit.ly/2h7vwv1 
Livre numérique disponible ici : http://bit.ly/2yxqd34

Ipagina’Son tourne une page de l’enfance.

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lectrice du jour : Sortilège

 

L’adulte est-il façonné par son éducation, par son enfance rythmée au fil des conseils et des interdictions de ses parents ?

La vie étant faite de renoncements successifs,  l’enfance fait place à l’adolescence  et ses nouveaux désirs, puis à l’âge adulte avec ses illusions,  ses désillusions, son besoin de protéger sa progéniture de tout son amour, pour lui donner les meilleures armes dans la vie.

Vça fait peur ? Oui un peu…mais ce comportement est tellement humain, c’est le cercle de la VIE.

Sortilège tourne pour vous « Tiens-toi droit », une page de vie écrite  par Djak  pour l’atelier d’écriture : Histoire d’enfance » et sélectionnée par Amaranthe.

 

thumbnail.tiens-toi_droit

 

TIENS-TOI DROIT

Djak – 

 

Tiens toi droit, finis ton assiette, ne te salis pas, ne t’éloigne pas.

C’est de l’amour. C’est une sorte de répulsion profonde, envie indocile, vengeance, colère inconnue et inextinguible.

– Et pourtant, on t’aime. Je sais pas ce que t’as dans le corps… sont devenues les protestations émotives plus récentes.

C’est si long, si délicat, de faire un homme. Entre intention et anxiété, ignorance et fierté, manipulation mentales et fatigues, soucis quotidiens, argent, travail. Tous les garçons de sa classe sont-ils des voyous? La ruelle derrière la maison est-elle si dangereuse? Il est rare qu’il pose des questions.

– Raisonneur!

Il croit en l’adulte tout-puissant, nourricier, commandeur, pouvoir et force absolus. Il croit en un seul dieu … créateur du ciel et de la terre … d’où lui viennent ces prières jamais apprises par cœur et toujours sues, ce caractère solitaire à toutes épreuves. Conventions entre famille et société, ou est la place, en négation? Reste le souvenir de repas savoureux, de rires éclatants, de gaîtés simples. Tout enfant n’est-il qu’une proie, héros apparent, surhomme d’argile, adulé, comme il est beau, comme il est grand pour son âge, il ressemble à son papa, domestiqué, contraint, comment garder une zone libre, une façon de dire non ou simplement si je veux.

Tout parent n’est-il que castrateur, briseur d’élan, dur donneur d’ordres, sadique ou adjudant.

La joie, la spontanéité est perdue à jamais, enfouie sous l’inexpérience, l’envie d’indépendance, la fondation d’une nouvelle famille, deux jeunes adultes consentants amoureux, éblouis l’un par l’autre, les cœurs chavirés, prince et princesse sur des destriers puissants, au métro-auto-boulot de chaque jour, tremblants hésitants devant ce petit bout, caché pendant neuf mois, qui devient un dépendant, de vrai indépendant, sale, bruyant, mystérieux qui empêche les nuits douces, le repos, l’amour même, la langueur des câlins, l’alchimie mystérieuse de la contrainte et de la douceur de l’humain.

Colères, agressions, violences, défiances sont-ils déjà sortis? sont-ils restés cachés? L’enfant n’est pourtant que colère, bien au-delà de l’injustice, bien plus loin que des souvenirs. Pleurs inexplicables, cet écœurement, cette lourdeur, cette solitude…

– Qu’est-ce tu veux faire plus tard? Tandis qu’il débute le printemps de la vie, frais et rose, il croise la maturité estivale des parents, être juché sur des épaules, voir au dessus de la foule, blotti sur le sein asséché que maman n’autorise jamais, une douceur de poitrine jamais permise, se disputent-ils? Il entend leurs cris qui s’élèvent, des halètements, des chuchotis, les regards sont sévères, si impérieux, retourne te coucher, que fais-tu là? lorsqu’il entrouvre la porte, curieux, petit d’homme tourmenté. Ils le portent, du parc à la poussette, de la maison à la remorque à vélo, ils le questionnent, incertains.

Un jour le silence s’installe dans le cœur, couvrant tout, colères, désirs, plaisirs, plus de soleil, si mais de tristesse, l’enfant meurt.

*********

Jean Cocteau : (« Mange ta soupe .Tiens-toi droit. Mange lentement. Ne mange pas si vite .Bois en mangeant. Coupe ta viande en petits morceaux. Tu ne fais que tordre et avaler. Ne joue pas avec ton couteau. Ce n’est pas comme ça qu’on tient sa fourchette. On ne chante pas à table. Vide ton assiette. Ne te balance pas sur ta chaise. Finis ton pain. Pousse ton pain. Mâche. Ne parle pas la bouche pleine. Ne mets pas tes coudes sur la table. Ramasse ta serviette. Ne fais pas de bruit en mangeant. Tu sortiras de table quand on aura fini. Essuie ta bouche avant de m’embrasser. Cette petite liste réveille une foule de souvenirs, ceux de l’enfance)

source  de l’image  : / http://enbas.net/index.php?id=genevieve-heller-tiens-toi-droit