Coup de coeur à Grand Corps Malade

COUP DE CŒUR A GRAND CORPS MALADE

people-grand-corps-malade-2503277_123

Pourquoi n’avoir pas commencé par lui ? Pas fait mon premier coup de cœur sur Grand Corps Malade, lui le musicien des mots, celui qui m’a donné envie d’écrire ? Certainement la crainte de ne pas être à la hauteur de sa verve, de sa sensibilité… peur de ne pas savoir transcrire l’émotion que je ressens à lire sa poésie, à entendre sa voix douce et grave slamer la vie…

A travers son flow, il décrit avec une extrême pudeur, le quotidien des autres, le sien, l’amitié et l’amour, la famille. Sans animosité ni rancune contre la fatalité qui lui a ôté la facilité de se mouvoir, il les transforme avec douceur et humour en de longues phrases harmonisées de mots de tous les jours, parfois habillés d’une musique minimaliste.

Grand Corps Malade est un conteur des temps modernes, un pourvoyeur d’émotion, un « transcendeur » de mots qu’il partage avec le public, et avec d’autres slameurs. Bon sang ! Mais qu’est-ce qu’il partage bien ce type…

« Funambule » son quatrième album est sorti en 2013, mais j’avais envie de vous faire partager un magnifique texte d’amour, extrait de son CD de 2008 « Enfant de la ville »

Ce slam est juste une évidence…

 grand_corps_malade

COMME UN EVIDENCE

En fait, ça fait un moment que se croisent dans ma tête

Des mots et des douceurs qui pourraient faire un texte

Un truc un peu différent, je crois que ça parlerait d’elle

Faut avouer que dans mon quotidien, elle a mis un beau bordel

Mais j’ai un gros souci, j’ai peur que mes potes se marrent

Qu’ils me disent que je m’affiche, qu’ils me traitent de canard

C’est cette pudeur misogyne, croire que la fierté part en fumée

Quand t’ouvres un peu ton coeur, mais moi cette fois je veux assumer

J’ai un autre problème, il est peut-être encore plus lourd

C’est que t’as pas droit à l’erreur quand t’écris un texte d’amour

Moi, les trois prochains couplets, je voudrais que ça soit des bombes

Si j’écris un texte sur elle, je voudrais que ça soit le plus beau du monde

Elle mérite pas un texte moyen, j’ai la pression, ça craint

Fini de faire l’intéressant, avec mes voyages en train

Là c’est loin d’être évident, moi je sais pas comment on fait

Pour décrire ses sentiments, quand on vit avec une fée

Il faut avouer qu’elle a des yeux, ils sont même pas homologués

Des fois ils sont verts, des fois jaunes, je crois même que la nuit ils sont violets

Quand je m’enfonce dans son regard, je perds le la je n’touche plus le sol

Je me perds profondément, et j’oublie exprès ma boussole

Depuis que je la connais, je ressens des trucs hallucinants

Je me dis souvent que j’ai eu de la chance de lui avoir plu, sinon

J’aurais jamais su qu’un rire pouvait arrêter la Terre de tourner

J’aurais jamais su qu’un regard pouvait habiller mes journées

Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents

Depuis qu’elle est là rien n’a changé, mais tout est différent

Elle m’apporte trop de désordre, et tellement de stabilité

Ce que je préfère c’est sa force, mais le mieux c’est sa fragilité

Ce n’est pas un texte de plus, ce n’est pas juste un poème

Parfois elle aime mes mots, mais cette fois c’est elle que mes mots aiment

Je l’ai dans la tête comme une mélodie, alors mes envies dansent

Dans notre histoire rien n’est écrit, mais tout sonne comme une évidence

J’ai redécouvert comme ça réchauffe d’avoir des sentiments

Mais si tu me dis que c’est beaucoup mieux de vivre sans, tu mens

Alors je les mets en mots et tant pis si mes potes me chambrent

Moi je m’en fous, chez moi y a une sirène qui dort dans ma chambre

J’avais une vie de chat sauvage, elle l’a réduite en cendres

J’ai découvert un bonheur tout simple, c’est juste qu’on aime être ensemble

On ne calcule pas les démons du passé, on n’a pas peur d’eux

Moi si un jour j’suis un couple, je voudrais être nous deux

Y a des sourires et des soupires, y a des fou rires à en mourir

On peut s’ouvrir et s’en rougir, déjà se nourrir de nos souvenirs

Les pièges de l’avenir nous attendent, mais on n’a pas peur d’eux

Moi si un jour j’suis un couple, je voudrais être nous deux

Et si c’est vrai que les mots sont la voix de l’émotion

Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction

J’ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace

On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

Et si c’est vrai que les mots sont la voix de l’émotion

Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction

J’ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace

On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

7 réflexions au sujet de « Coup de coeur à Grand Corps Malade »

  1. S’l’âme donne envie sans jamais s’lamenter. Merci Agathe de tes coups de cœur. Quelqu’un pourrait d’ailleurs écrire un slam pour toi en réunissant tous tes coups de coeur. Bravo pour ton investissement !

  2. Grand corps malade, je connais sans connaître, déjà entendu, apprécié mais je n’ai pas cherché à réécouter… c’est fait grâce à ton partage, merci pour ce joli moment d’émotion, une bien belle déclaration tout en douceur et puissante,

    *** Service disabled. Check account status. Antispam service cleantalk.org. ***

  3. Splendide. C’est aussi de la fort belle poésie. Merci au chanteur et merci beaucoup à Agathe de me l’avoir fait découvrir encore mieux, par ce texte….

    1. Et moi je te remercie d’être venue lire cet ancien article. GCM est un un vrai poète, entièrement d’accord avec toi. Ce texte c’est de l’amour en mots….

Laisser un commentaire