Coup de coeur à Juliette

JULIETTE, L’ALLUMEUSE DE REVERBERES

juliette 2

Juliette Nourrédine est une diablesse impériale, une espiègle aux yeux rieurs et moqueurs, qui joue avec les mots et les rimes, comme un jongleur jouerait avec des bulles de lumière. Il n’y en a pas deux comme elle ! Ses chansons, un brin canailles, peuvent tout aussi bien être caustiques réconciliant les belles et les moches, les empoisonneuses et les empoisonnés, les gourmandes et les anorexiques…

Elle revendique ses mots et l’originalité de certains de ses instruments : flutiau, bombarde, cornemuse, assumant totalement le mélange des genres de son répertoire : valse, rag-time, bossa nova et chanson réaliste …Tout l’amuse, et pourtant on devine une sensibilité aux autres qui ne s’invente pas.

Portée par une voix posée et puissante, à la diction parfaite, Juliette est une artiste inclassable dans le paysage formaté de la chanson française…

Pour preuve…  « La petite robe noire », extraite de son dernier album –  le huitième sorti en septembre 2013)- « NOUR » (lumière en arabe, en référence à ses origines)

Vous la connaissiez ? Je vous propose de la redécouvrir avec autant de plaisir que lorsque vous l’avez écoutée ou comme moi, applaudie sur scène.

Vous la découvrez ? J’en suis ravie, cette femme est savoureuse… donc à écouter avec gourmandise et sans modération..

 

Juliette, c’est un éclat de lumière dans la noirceur du monde…

 

 juliette 1

UNE PETITE ROBE NOIRE

 Paroles & musique : Juliette Nouréddine

Une petite robe noire légère

Toute simple et sans manière

Dansait à l’écart

Au fond du placard

Elle n’avait autour d’elle

Que des gilets de flanelles

Chemises d’homme

Et des pantalons tout comme

Elle était hélas

Si peu à sa place

Perdue par hasard

Entre deux costards

Une anomalie

Pourtant si jolie

Suspendue fragile

Dans ce drôle d’exil

Viril…

Faut dire que ça plait aux filles

Des petites robes q’un rien déshabille

Petit bout de tissu sans quoi elles iraient nues

Petit rêve s’égard la main ou le regard

Petite robe noire toute simple et sans faille

Petite plume volée aux parures étranges

Des anges

La petite robe noire

Racontait sa belle histoire

Ses heures de grâce

Au printemps qui passe

Quand le cachemire

Le blouson de cuir

Rassurants et forts

Ne la blessaient pas encore

Quand une caresse

La faisait princesse

Quand elle allait libre

De toutes ses fibres

Avant le passage

Des premiers orages

Avant que l’on ne la cloue

De reproches flous

Jaloux…

Faut dire à ce que ça coûte aux filles

Les petites robes qu’un rien déshabille

Petit bout de tissu sans quoi elles iraient nues

Petit rêve ou s’égard la main ou le regard

Petite robe noire toute simple et sans faille

Petite plume tombée aux souvenirs étranges

D’un ange

La petite robe sage

S’abîmait sous les outrages

Avilie de cris

Salis de mépris

Elle savait les coûts

Des marques au cou

De l’arme qui brille

Au coin des yeux qu’on maquille

Un soir de misère

D’enfer ordinaire

De vague rupture

De coups de ceinture

On l’avait griffée,

Déchirée, froissée

Et puis peu importe

Laissée de la sorte

Morte…

8 réflexions au sujet de « Coup de coeur à Juliette »

  1. Ah chère Agathe comme souvent je partage tes coups de coeur ! J’adore Juliette et cette petite robe noire habille de bien des sentiments. .. merci beaucoup Agathe. Bisous !

  2. Quelle belle initiative. Je suis une inconditionnelle de Juliette qui n’est, à mon sens que peu reconnue alors que voilà de longues années qu’elle nous charme, nous amuse, nous amène à réfléchir. Bravo et merci à toi, Agathe.

  3. C’est exactement cela Liliane, Juliette est une pourvoyeuse d’émotions et comme le souligne le titre de l’article : Une allumeuse de réverbères. Merci de ton intérêt à mes coups de coeurs !

Laisser un commentaire