S’il te plait, dessine-moi un auteur : Nessim

Affiche de Bluewritter
Affiche de Bluewritter

 

iPagination et iPaginablog, deux sites en connexion étroite, puisque animés par les mêmes équipes, dans un même esprit et pour une même passion de l’écriture.

Écrire … qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça fait ? Comment ça vient ? Pourquoi ? Quand ? Où ? ….

Sur iPaginablog, nous avons invité les auteurs d’iPagination à nous dévoiler un peu de leur intimité de plume.

Cette semaine Nessim nous entraine dans une farandole de mots, de lignes et de traits qui, au bout du compte, n’en font qu’à leur tête…. 

 

nessim2

Ecrire la vie, peindre les mots, l’enfance de l’art…

 

Dessiner un auteur, écrire à dessein ?

Chercher sa muse, prier ses saints

D’être inspiré, respirer expirer,

Exprimer doucement,  lancer le trait,

C’est pas toujours un exercice  facile

Pour celui qui écrit et qui aussi dessine.

– “Alors ! Qui suis-je ? “, demande l’image

aux mots qui se freinent à venir sur la page.

– “Depuis quand les mots répondent-ils aux questions

de celui qui d’une main les caresse du crayon ?”,

répond tout l’alphabet, les voyelles en canon.

– “Comment ? écrit l’auteur, c’est une révolution ?

On se presse, tout le monde en file indienne

Avant que l’envie de vous rayer me prenne.

Dites donc qui je suis à ce passant lecteur

Ou je vous répudie vous laissant sans auteur.”

Sous la menace, les lettres s’expriment, lentement,

En partant de la marge, elles se prennent la main,

Se courbent sur la ligne pour faire bons compliments,

Jolis mots et belles phrases qui flattent l’écrivain.

– “Oh auteur, tu es le créateur des personnages”,

répondent, pleins de déliés, les mots en enfilade.

“Tu esquisses les phrases, signes des gribouillages

Qui osent faire s’envoler les sens en dérobade.

Tu es qui nous libère,  qui nous donne des ailes,

Chausseur d’histoire aux mots ancrés à tes semelles,

Qui joue de la cervelle pour partir du bon pied

Fait rimer des bouts de vie aux verbes conjugués,

Qui peuvent faire sourire et parfois même pleurer”.

– Les mots, n’en faites pas trop, je suis très honoré.

Vous faites bon service à qui sait vous manier,

Assemblage de lettres plus ou moins ordonné

Vous êtes, pour moi souvent très mal « orthografiè »

Quand vous vous déroulez pour tisser mes idées,

Afin que vous puissiez dire au mieux ma pensée,

Y mettre couleurs et traits, je me suis entouré

De mes maîtres à dire, décrire ou dessiner.

Vous toutes, de A à Z, lettres recommandées,

j’vous accuse réception par des pages feuilletées.

Vous vous faites réceptacle d’une belle lignée,

Ouaknine et Lamartine sont de bons conseillers.

Et puis…

Hugo, Camus, et Vian excellent à suggérer,

Ernest Pignon Ernest pour l’art en liberté,

Magritte, Bilal… tous continuent de m’aider,

A vous faire dire au mieux, du moins à le tenter.

Dites les mots.

Par ailleurs, de l’auteur sinon, plus rien à ajouter ?

Pas même un petit mot pour parler d’émotion ?

Des sentiments d’hauteur que l’on voudrait donner,

Lumière de profondeurs dont on voudrait faire don ?

N’avez-vous rien à dire sur mon premier roman

Qui m’a couté tant d’heures de la nuit aux matins ?

Ces pages qui sans raison effleurent les sentiments

Et présentent toute mort comme n’étant pas une fin.

Comment ? Trop long pour en faire allusion ?

Qui plus est accessible sur iPagination ? Bon !

Alors suivez le plan, il est tout en questions

Ça vaudra toujours mieux qu’une improvisation

PLAN

Écrire … qu’est-ce que c’est ?

Ecrire c’est être dans la voix de celui qui nous lit,

Tenter de lui faire dire un peu de nos pensées,

Donner forme aux idées, les laisser s’exposer,

Sentiments justes ancrés à des lignes de vie

Qu’est-ce que ça fait ?

Assez troublant souvent quand on vient se relire

D’avoir le sentiment d’un texte à découvrir,

Complaisant sur la forme, au fond devant admettre

Que le chemin est long avant de bien transmettre

Comment ça vient ?

En échos d’une révolte, d’un chagrin, d’un câlin

Qui débordent dedans pour sortir ce qui nous tient.

Ca vient en une phrase, parfois en un quatrain,

En réponse à la vie qui nous tient au parfum

 

Pourquoi ?

A force d’empathie, de plongée dans les sens

Et de tourner raison aux cercles de pensées,

A force de pourquoi aux réponses en absence,

Il y a besoin d’un centre pour dire en résumé

Quand ?

N’importe quand, souvent quand il faut pas,

Quand on est sans clavier ni post-it où noter,

Les mots se cachent toujours avant de nous trouver.

J’aime les voir s’envoler quand je ne peux les capter

Où ? ….

Petit des cahiers, plus grand plein de carnets,

Avant bureau, voiture, même table de chevet,

Encore partout, tout ça ne reste que des essais,

P’tit bouts confiés ici, avant-goût de ce que je tais

FIN DU PLAN

bien…

Alors voilà les mots, vous en avez fini, pour l’instant.

Je ne vois pas quel portrait vous avez pu me faire,

J’ai des doutes sur l’image, mais est-ce bien important ?

A trop vous faire parler, je vous laisse dire… vous taire

Et par taquinerie,

Je vous pique des lettres

Pour, au final, mettre

Un point d’auteur, ici .

nessim1

Un autoportrait ombres et lumières, en petites touches… 

6 réflexions au sujet de « S’il te plait, dessine-moi un auteur : Nessim »

  1. Diérèse, synérèse, asyndète, parataxe et autre hyperbate, passez votre chemin ! Bien sûr, ces lettres connaissent leurs classiques. Mais elles n’en font qu’à leur tête (de Nessim). Et parce que le voyage compte plus pour elles que la destination, elles ont décidé de vous cueillir au coeur, au plus profond. En fait, on ne s’en rend pas forcément compte tout de suite, elles vous marquent de leur empreinte, elles s’imprègnent subtilement, elles caressent l’âme, elles vous font traverser le miroir, images, mirages, autres rivages. Elles laissent la trace d’une petite musique qui vous trottine dans la tête, elles veulent que vous reveniez les visiter, elles vousmettent en questions. Elles vous troublent, vous renversent, vous bousculent. Alors, vous reprenez la lecture, lettres gigognes qui vous emmènent vers d’autres sens, d’autres profondeurs, pour vous faire toucher l’émotion à coeur. Laissez-vous emporter par les textes de Nessim, à découvrir lettre à lettre…

    1. ben…merci:-) oui il y a deux frontières que l’on peut défendre en écrivant, la sémantique et le sens. J’ai choisi dans mes textes de faire tomber la première pour laisser le lecteur naviguer dans le sens plus que dans son dictionnaire, écrire pour celui qui comprend le moins par ce que les mots sont élitistes alors que les sens sont universels.
      Je suis content que mes texte te plaisent au point que tu y reviennent mes histoires me racontent parfois les couleurs de ceux qui passent et leurs reviennent. J’aime ces reflets. Merci

  2. Merci Nessim d’avoir posé tes mots ici, ton texte est superbe, comme le sont ceux que tu poses sur le site, et comme le sont tes photos. Il y a beaucoup de sensibilité qui se dégage de ton travail, qui est une belle source d’émotions…

  3. Merci a toi Firenz, pour l énergie le temps donné, et pour tes mots : partager une émotion c est partager un voyage, je suis heureux de partager des paysages, sur ces quelles que pages…

  4. Une bien belle façon originale de se présenter ! Casquette bien bas pour ce portrait, je savais déjà, de par ton écriture que j’adore, que tu étais quelqu’un de grande valeur et ce portrait m’en apporte la preuve, aussi bravo à toi ! Oui chaque poème est un cri ! Merci à toi !

    1. Christine, je crois qu’il y a plusieurs poètes,
      ceux qui en font, et ceux qui en écrivent et les vivent, qui arrivent à poétiser la vie, faire qu’elle rime, tu es résolument de ceux la. Merci de tes commentaires qui me touchent toujours
      je te souhaite très bon temps à venir
      Merci.

Laisser un commentaire