« S’il te plait, dessine-moi un auteur : Picasso64 »

Affiche de Bluewritter
Affiche de Bluewritter

 

iPagination et iPaginablog, deux sites en connexion étroite, puisque animés par les mêmes équipes, dans un même esprit et pour une même passion de l’écriture.

Écrire … qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça fait ? Comment ça vient ? Pourquoi ? Quand ? Où ? ….

Sur iPaginablog, nous avons invité les auteurs d’iPagination à nous dévoiler un peu de leur intimité de plume.

Cette semaine, nous suivons Picasso64 à travers ses univers…

Portrait d’un auteur : Picasso 64

Le peintre :

Photos Peintures YG 003

 

A début était le verbe. Mais pour Yves, même si écrire l’a toujours démangé, c’est le dessin puis la peinture qui ont occupé ces temps artistiques. Pendant de longues années. Et qui restent comme un regret ou un projet. Dans tous les cas une manière d’appréhender le monde de le représenter.

Photos Peintures YG 002

Les thèmes  littéraires;

Les couleurs et les sensations colorées

Les goûts et les parfums des nourritures

Les senteurs et les atmosphères

Les bois, les bois flottés , ou ternis par les soleil

Châtaigniers ou peupliers

Les bois emplis d’huile et de parfums

Olivier ou santal

Les pierres poreuses, les calcaires

Les schistes soient les pierres ouvertes aux schismes

 

Les formes et les structures

Les nuages et la métamorphose

Les anamorphoses et la métempsychose

La géographie et les temps qui passent

 

Les femmes et les félins

Nageuses ou panthères

 

Le style ;

Les mots pour leur sonorité

Les rythmes comme respiration des textes

Les mots pour leur sens

qui dérapent et glissent dangereusement

au point de changer d’essence

 

La polysémie et les jeux de mots

 

Trop de Polysémie

Trop de Polynésiennes aux hanches qui balancent

et aux sourires fugaces

Trop de sémiologie

Trop de lavandières aux poitrines offertes

Aux échines courbées et aux sourires fendus.

La rigueur et le soin dans la construction

Le soin typographique

 

Et les couleurs du silence ?

 

Jaunes absolument sans un soupçon d’orange

sans un soupçon d’orage

blanches et duveteuses comme les neiges d’antan

 

Les pays :

La corse et toutes les Italies.

Les pays occitans, la Serbie, l’Iran, les indes, le Cambodge, la Cochinchine l’Éthiopie les marquises les îles sous le vent qui soulèvent les jupes de filles. Tous pays où je ne suis jamais allé et qui sont, d’autant mieux, connus.

Toutes les Pyrénées où je vis..

 

La méthode :

Pour calmer et canaliser un imaginaire qui ne demande qu’à déborder de la méthode et de la précision avant toute chose.

Sauf en poésie où les rythmes et les sonorités s’engendrent sans un soupçon d’effort.

 

Le romancier :

Deux romans totalement aboutis mais non publiés dont beaucoup extraits sont apparus sur Ipagination en même temps qu’ils s’écrivaient et dont les personnages sont référencés sur la toile.

En suivant les hermines :

A titre d’illustration, les premières ébauches ne sont pas tellement différentes du résultat final. Une manière de préciser la méthode

Une histoire romantique, sexuelle, cruelle et exaltée

23 années après le début de la guerre

169 indices

13 femmes assassinées

961 chats blancs éventrés

Une femme un homme dans la corse de 1963

Une histoire blanche et rouge dans un pays bleuté

 

13 scènes de crime :

1) Ajaccio………………………………….

2) Col de Vizzanova

3) Girolata

4) Figari

5) Zonza (canton d’Eboli)…

6) Col de Bavela…….

7) Solenzara

8) Ghisonaccia…

9) Corte…..

10) Bastia (furiani)

11) Olmi cappela ( pieve de Giunssani)

12) le gouffre de Cartaghjesi

13) le retour par Calvi

 

Une course éperdue et métaphorique après l’amour et la vérité

Jérôme de Kréville une histoire moderne :

Un texte complexe et foisonnant sur l’affaire Kerviel… Une sorte d’autocommande sinon un roman de circonstance… Un roman à clefs qui ouvre des portes sur des univers très obscurs…

Yves Garcelon Autoportrait.4odt

 

Un récit qui commence pourtant de manière très classique presque mezzo voce… on dirait le grand Meaulnes ou voyage au centre de la terre.

Le Noël de cette année 1995 allait rester, pour la tribu des Kréville, une de ces dates terribles qui scandent l’histoire des familles. Une date phare qui fonde les mémoire inconscientes et modèle les caractères.

Dans la nuit Guillaume Hubert le père, qui avait à peine dépassé ses 48 ans, venait brusquement de décéder alors qu’il s’en revenait à pied de la messe de minuit.

Il avait été foudroyé par une thrombose cérébrale Peut-être était-ce la conséquence de ce froid et de la neige si inhabituelle dans cette bonne ville de Quimper. Une ville connue pour son humidité, mais aussi pour la clémence exceptionnelle de son climat. Cette neige duveteuse qui illuminait si joliment les austères toits d’ardoise et qui faisait la joie des enfants, avait entraîné ou, du moins, avait été concomitante à ce décès subit que rien ne laissait présager. Même si le garçon avait toujours de santé plutôt fragile et disposait d’une très faible constitution… Peut-être en sa qualité de représentant d’une fin de race aux sangs insuffisamment mêlés.

Sophie, sa robuste et très charmante épouse, qui tenait un salon de coiffure sur les quais de l’Odet au débouché de la rue de pont l’abbé n’était pas  présente. Elle avait travaillé, très tard, pour coiffer toutes les dames du quartier. A 11 heures du soir elle était encore dans sa boutique pour tout nettoyer et la rendre impeccable pour les lendemains de Noël où ses clientes viendraient se faire coiffer en vue de la nouvelle année.

Pour la corporation estimable des coiffeurs pour dames, comme pour celles des pâtissiers ou des marchands de volaille, la période des fêtes reste une course contre la montre. Il’ n’est pas envisageable, dans ces quelques deux semaines qui closent l’année, de ne pas rattraper les difficultés qui, en ces années de crise, tendaient à grever les chiffres d’affaire du petit comme du grand commerce.

A près cela s’énerve un peu…

Le poète :

Là, toutes les œuvres récentes se retrouvent sur Ipagination et, in extenso, sur les sites de référencement Des textes vite saisis et repris dans le week-end. On doit laisser couler les images directement venues de l’imaginaire et il faut le reconnaître d’une présence (d’une prégnance?) érotique qui tend à déborder beaucoup… C’est comme cela… C’est parfois très violent voire porcin…

C’est souvent trop en tous cas un peu beaucoup… On n’y peut rien :

Trop de paroles au mitan de leurs lèvres

Trop de sécheresse dans nos lèvres muettes

Trop de matière visqueuse au bord de nos lèvres

Trop de palpitations dans nos cœurs distendus

Trop de fissures dans leurs désirs aigus

Et une reprise en deux ou trois fois, pas plus, comme une chanson vite troussée. Beaucoup sur le fond mais moins sur la précision, la musique et le rythme. la typographie et la taille des paragraphes aussi… Et la longueur des phrases. Ce qui permet, plutôt moins que plus, de celer les images trop précises ou mal venues.

 

Tabac blond de Virginie

Tabou brun de Chesapeake

Humés et sucés goulûment

Sur la crête violacée de Mauricette

Boursouflée de cannelle et de girofle

Sur son mont de Vénus

Son haut mont aux sangsues

En contrepoint des image religieuses et christiques comme un retour au calme vers les christ jaunes où les vierges mariales qui montent aux cieux.

 

Eloge du jaune

Eloge du christ jaune

Notre seigneur crucifié et serein

 

Entre l’ocre et le rouge

Entre l’ardeur du soleil

Et l’absolu néant du blanc.

La blancheur de sa lune

Et sa chevelure de Fébus.

L’or éclatant de Phoebus

Mais au palmarès et de beaucoup (il n’y a pas photo 647 contre 254) c’est un texte plus calme sur les goûts, les parfums et le désir de nourriture qui emporte les faveurs du public ipaginaire et donc virtuel mais pas du tout imaginaire

 

Et les plus beaux goûts de la terre  ?

Le goût des pêches de Juin

blanc râpeux avec, encore, un soupçon d’acidité

noyé dans l’intense verdeur de la pulpe

avec cette enveloppe duveteuse

d’un vert si tendre à peine illuminé de cramoisi

doux comme un océan

ou râpeux et urticant comme des joues de requin

Mais aussi celui des pèches de vigne 

gorgées, jusqu’à plus soif, par les chaleurs de l’été 

couvertes des prurits de la lune et du soleil

comme les ailes brisées des papillons

Butterflies ou schmetterlings

ou le sperme laiteux des chauves-souris

qui copulent sous la lune.

 

Et dans une bien moindre mesure l’hommage à cette coquine de Garbiñe

impossible gamine / impassible princesse..

 

Garbiñe en quart de finale

 

Garbiñe en quart de jupette

orange sanguine innervée de violette

 

Mauve pâmée de vieux rose

suivant les caprices des cieux

ou l’éclat de ses yeux .

 

 

Gamine impossible

Garbiñe impassible

 

Il est vrai qu’il y a la lumière des couleurs les jeux de mots et l’image juvénile et féminine. Beaucoup de thèmes d’Yves et de Picasso64.

Mais sans doute pour finir l’image de la campagne emperlée, à peine, d’un soupçon de lubricité .

 

Une poule au jardin

Une poule sur le lit

Une poule dans mon lit

Une poule au mitan des roses

 

Un lit de roses pour mes poules

Un nid de fiente pour mes roses

Un nid d’amour pour mes poules.

Laisser un commentaire