Résonances (1) : Picasso

« Résonances » est une série très originale produite dans la continuité des « Fragments d’auteurs » imaginés par Falbalapat, ainsi que des parcours didactiques proposés régulièrement par Liliane Collignon. Ce travail vise à rapprocher les écrits des auteurs (présentés sous forme d’extraits) de vidéos existantes dénichées sur le web, avec lesquelles ils entrent en résonance. Grâce à la veille très active qu’opère Falbalapat, de nouvelles fenêtres s’ouvrent tous les week-end et jours fériés pour offrir aux internautes, via notre page Facebook, une manière différente de découvrir des auteurs de talent qui méritent pleinement l’attention des lecteurs.

 

Résonances (1) : de Tippi Rod

au Guernica de Marcelo Ricardo Ortiz

 

« Mon imagination m’étonne, elle m’emmène vers des contrées lointaines.

Enfant, elle me fait jouer avec le moindre bout de ficelle, elle me donne des amis ; mais elle n’est pas jalouse, tant s’en faut, elle laisse largement la place à la réalité. Juste, elle y mêle du rêve, du bleu, du rose, de l’arc-en-ciel.

La mienne, n’a jamais aimé la tristesse, si elle aime la pluie c’est pour inventer des histoires dans ses gouttes d’eau, sur les vitres et dans les flaques.

Il peut lui arriver d’être destructrice, alors je la façonne et je l’aiguille ailleurs. Si elle est chagrinée, j’essaie de la modeler, et de ses plaies, ses bosses, à force de clowneries, à force de rêveries, je lui dessine le sourire. »

Extrait du texte « Discourart » de Tippi Rod que nous vous invitons à découvrir dans son intégralité en cliquant ici !

Après la lecture de cet extrait – qui vous aura conduit vers le texte d’origine, un vibrant hommage à Picasso –, faites la connaissance de Marcelo Ricardo Ortiz, graphiste à Sao Paulo, qui a repris le « Guernica » de Picasso.

Pour rappel : le 26 avril 1937, pendant la guerre civile espagnole, la ville de Guernica a été attaquée et détruite dans sa quasi-totalité par la Légion Condor de la Luftwaffe, inspirant à Pablo Picasso l’un des plus célèbres de ses tableaux. En raison de l’horreur de ce bombardement entraînant près de 1 600 décès, cette peinture, qui avait déjà été ouverte par Picasso, reçut le nom de la petite ville basque. C’est ainsi que « Guernica » est né.

 

Ce court film d’animation, réalisé par la Vancouver Film School, est en pleine résonance avec notre auteure Tippi Rod. Ainsi, vous pourrez suivre un personnage qui va évoluer dans différents chefs d’œuvre de la peinture : la Chambre à Arles de Van Gogh (1888), la Réminiscence archéologique de l’Angélus de Millet (1935), la Persistance de la mémoire (1931) et le Paysage aux papillons (1959) de Dali, et enfin les célèbres escaliers de La Relativité de M. C. Escher (1953).

A sa façon, Marcelo Ricardo Ortiz modèle de ses plaies, de ses bosses, à force de clowneries, à force de rêveries, un Guernica qui peut nous donner à sourire.

2 réflexions au sujet de « Résonances (1) : Picasso »

  1. iPaginatrices, iPaginateurs, Bonjour !

    Maintenant que je sais faire les discours!

    Un grand merci sans détour

    Une belle surprise pour moi, ce jour.

    Très émouvant de lire ses mots ainsi, cela fait très plaisir d’être reliée à pareilles résonances

    Merci énormément, Falbala et Léo pour ce cadeau.

    Des bises

  2. Pardon c’est encore moi !

    Sans oublier Liliane bien sûr qui régulièrement met en valeur notre travail dans tous les ateliers.

    Merci à vous tous lecteurs, conseillers et commentateurs fidèles.

    Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire