Coup de coeur pour Vanessa Paradis et Benjamin Biolay : Divinidylles.

Vanessa Paradis et Benjamin Biolay

Elle ne pouvait pas mieux tomber, cette consécration aux victoires de la musique : Vanessa Paradis en tant  qu’ interprète de l’année 2014 et Benjamin Biolay, auteur et compositeur d’une chanson sublime.

Coupe-Vanessa-Paradis

Vanessa Paradis parce que je l’aime depuis toujours. A 14 ans je la trouvais déjà craquante avec sa voix de « canari enroué » sur « Jo le taxi ». Et puis il y a eu « Marilyn et John », «  Variation sur le même t’aime », entièrement écrit par Gainsbourg, une période pop anglaise avec Lenny Kravitz, le magnifique « Divinidylle » pour ne parler que des plus connus, et maintenant « Love songs »

« Chanter est ce que j’aime le plus faire dans la vie » dit-elle.

 Vanessa, elle interprète les mots des autres d’une façon sublime, la délicatesse au bout des lèvres. Elle touche, elle distille l’émotion, toute en retenue,  de sa voix si particulière à la Jeanne Moreau. Avez-vous remarqué comme cette voix, calme et grave quand elle parle, devient si légère et s’envole dans les hauteurs quand elle chante ?

Vanessa Paradis, c’est le contraste entre la fragilité d’un corps et  la force d’un regard posé. Et si j’y ajoute un sourire énigmatique sur le ruisseau du bonheur, une seule expression me vient à l’esprit quand je la vois. « Elle a une classe folle, cette femme »

Le cinéma ne s’y est pas trompé et elle a mis son talent au service de nombreux films en France et aux Etats-Unis, mais cet article est avant tout un coup de cœur musical…

 

880226_biolay

 

Benjamin Biolay, parce que c’est un homme de maux à mots. ..d’émaux ciselés..

Il a la sensibilité du musicien, une façon détournée de dire les choses, et une poésie qui transpire dans chaque  phrase, qu’elle soit faite de notes ou de lettres.

Il arbore une attitude et une voix plutôt introverties ( à la Daho), et pourtant la presque insolence du regard rappelle Gainsbourg, l’impertinence en moins. Des femmes comme Elodie Frégé, Kerenn Ann et Chiara Mastroianni ne s’y sont pas trompées en le choisissant comme auteur compositeur de leur album.

Je vous invite à visionner cette vidéo. Mettez une petite laine d’abord…Vous allez frissonner de plaisir et d’émotion.

LA CHANSON DES VIEUX CONS

   Tant qu’on ne sait pas, qu’on ne sait rien

Tant qu’on est de gentils petits chiens

Tant que la petite santé va bien

On n’est pas la queue d’un être humain

 

Tant qu’on ne sait pas le coup de frein

Qui vous brule à vif un jour de juin

Tant qu’on ne sait pas que tout s’éteint

On ne donne quasi jamais rien

 

Tant qu’on ne sait pas que tout éreinte

Tant qu’on ne sait pas ce qu’est la vraie crainte

Tant qu’on n’a jamais subi la feinte

Ou regardé pousser le lierre qui grimpe

 

Tant qu’on n’a pas vu le ciel d’étain

Flotter le cadavre d’un humain

Sur un fleuve nu comme un dessin

Juste un ou deux traits au fusain

 

C’est une chanson, une chanson

Pour les vieux cons

Comme moi, petite conne d’autrefois

C’est une chanson, une chanson,

Qui vient du fond, de moi

Comme un puit sombre et froid

 

Tant qu’on ne sait pas qu’on est heureux

Que là haut ce n’est pas toujours si bleu

Tant qu’on est dans son nuage de beuh

Qu’on ne se dit pas je veux le mieux

 

Tant qu’on n’a pas brulé le décors

Tant qu’on n’a pas toisé un jour la mort

Tant qu’on a quelqu’un qui vous sert fort

On tombe toujours un peu d’accord

 

C’est une chanson, une chanson

Pour les vieux cons

Comme toi, petit con d’autrefois

C’est une chanson, une chanson,

Qui vient du fond, de moi

Comme un puits sombre et froid

 

Tant qu’on ne sait pas ce qu’est la fuite

Et la honte que l’on sait qu’on mérite

Tant qu’on danse au bal de hypocrites

Qu’on n’a jamais plongé par la vitre

 

Tant qu’on n’a pas vu brûler son nid

En quelques minutes à peine fini

Tant qu’on croit en toutes ces conneries

    Qui finissent toutes par « Pour la vie »

 

Un deuxième cadeau en prime, la vidéo de « la superbe » qui porte parfaitement bien son titre…

 

 

2 réflexions au sujet de « Coup de coeur pour Vanessa Paradis et Benjamin Biolay : Divinidylles. »

Laisser un commentaire