Ipagina’Son lit la liberté et s’insurge contre la haine…

 

affiche de Bluewriter

Deux scènes tragiques à soixante-dix ans d’écart, deux situations nées de la même haine de l’autre et de la même intolérance, l’homme victime qui torture à son tour. A travers des faits historiques, Néo exprime un cri intérieur, un cri pour la liberté, un cri d’humanité.

Ce texte poignant, inducteur des émotions les plus vives, brillant  d’une écriture intense  a été sélectionné par Amaranthe et je ne pouvais faire autrement que le lire à voix haute pour vous.

Puisse t-il forcer nos réflexions sur les valeurs de la vie…

 

( Agathe :  «  pardon pour la prononciation des noms propres… » )

LA GLOIRE N’EST PAS LE SOLEIL DES MORTS

– Néo –

J’aimerais être invisible ! Je cours devant moi sans trop me demander où je vais. L’important est de fuir pour rester en vie. Je descends la rue Twarda au pas de course. Au numéro 6 j’avise la synagogue Noźyk. Elle est fermée. Les murs sont badigeonnés d’étoiles de David. Je continue. La rue Próżna me rappelle d’heureux souvenirs. Si les vieux immeubles de briques rouges pouvaient parler, ils raconteraient la joie de nos batailles enfantines, les jeux de billes. Mon grand-père qui s’emporte contre Monsieur Benguigui qui ne veut admettre les intentions nazies. Et puis Rebecca, mon premier amour de jeunesse.

Je comprends que des chiens se rapprochent, je hais ces bergers allemands !

J’arrive bientôt à l’extrémité nord-est du grand ghetto, à l’angle de Bonifraterska et Przebieg. J’aperçois la passerelle. Je sais qu’elle permet de relier les bâtiments situés le long de Bonifraterska aux numéros 25 et 27, vers un immeuble au 31 rue Bonifraterska. Le 31 est mitoyen du dépôt de tramways de Muranów qui donne accès sur le passage OŻliborska. Je dois trouver le côté est, et sauter dans la partie aryenne. Tant pis si je me romps le cou. J’ai un point de côté, un goût de sang dans la bouche, mais l’envie de vivre n’est pas ankylosée. Tout vaut mieux que de vivre dans la peur.

Je vais réussir.

Merde ! Je dérape. Impossible de me relever, à bout de souffle. Je crochète mes mains dans la terre, je rampe vers l’avant et je recommence. Je suis un homme-serpent.

Je vais réussir.

Les chiens sont sur moi. Ils mordent mes jambes comme s’ils n’avaient rien avalé depuis deux jours. La douleur est intense, elle irradie puis éclate dans tout le corps. Après les crocs, les coups de crosse. J’entends distinctement : « Dreckiger Jude… DRECKIGER JUDE ! » Les nazis me traînent sur le sol. Je sens que ma peau s’effiloche et que l’on me désarête comme un Gefilte fish – carpe farcie –, puis je m’évanouis.

 Je reprends mes esprits sur l’Umschlagpaltz – d’où s’en allaient les convois de déportation des Juifs, en 1942 et 1943 –, à coups de pied dans les côtes. Deux hommes qui me ressemblent, me redressent et m’aident à monter dans un camion. Nous sommes tassés comme des sardines et résignés. Au coup de sifflet, nous partons.

Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu…

Le sifflet strident d’un policier me déchire les oreilles. Apparemment, la police n’apprécie pas notre intifada ! Le bus Egged a les vitres brisées, nous envoyons encore deux trois pierres sur les voyageurs qui sont descendus et nous filons à toutes jambes. Je garde une dernière image à l’esprit, un homme en complet-veston noir dont le crâne est rouge. Il fait chaud ce jeudi 3 juillet 2014 à Jérusalem, mais je suis quand même là. Rien ni personne n’aurait pu m’en empêcher. Je connais le danger, mais si on ne dit rien, si on ne réagit pas, on cautionne. Je m’appelle Tarek et mon cousin est mort il y a deux jours, tué par l’armée israélienne.

 Nous courons comme des dératés, j’ai les poumons en feu. J’entends toujours le sifflet. Houmar et Aziz me devancent. Ils sont rapides. Aujourd’hui, la rue Jaffa est noire de monde en prévision du shabbat qui approche, et les passants nous gênent. Curieux comme mes yeux photographient tout ! Les petits commerces de prêt-à-porter bon marché vendent des tee-shirts de joueurs de football. Un vieil Arabe achète des olives et des fruits à un épicier. Devant une boutique d’électroménager, j’aperçois un jeune couple qui entame les palabres d’une discussion commerciale.

Ils sourient.

J’accélère.

Moi, j’ai le cœur à pleurer. Nous, les jeunes palestiniens, avons tous le cœur déchiré. Si seulement on pouvait nous foutre la paix. La violence est une spirale maudite, sang pour sang maudite, mais c’est notre lot quotidien.

Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu…

Le sifflet se rapproche. Faut plus penser, juste courir. J’ai un point de côté et mes pieds me font mal… mes baskets sont fichues, pourquoi j’ai pas acheté le modèle d’Ussein Bolt !

Je vais m’en sortir !

Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu… Tuuuuuuuuuu…

C’est fini pour moi !

Je suis le plus lent des trois. Foutu pour foutu je décide de sauver mes amis en occupant les deux policiers qui nous pourchassent.

Je ralentis.

Ils fondent sur moi comme des rapaces en chasse. Je comprends « Sale arabe ! » et « Tu vas payer l’addition ! », puis, plus rien. Juste les souffles rauques, et le bruit des coups contre mon corps mou. Ils pleuvent, une pluie drue et serrée s’abat sur ma tête, mes épaules. Je tombe. Maintenant les matraques me brisent les côtes, les jambes. Je vomis de la bile. Je suis étonné par le peu de douleur que je ressens. Est-ce que cela veut dire que j’ai passé le mur des souffrances comme l’on passe le mur du son : au-delà du bang, la perception de la réalité est changée ? J’ai l’impression de flotter entre deux mondes.

Ou alors je suis mort ?

 

 

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/amaranthe/la-gloire-n-est-pas-le-soleil-des-morts-par-neo

 

 

6 réflexions au sujet de « Ipagina’Son lit la liberté et s’insurge contre la haine… »

  1. J’avais lu ce texte bouleversant mais lu par toi, tu le magnifies encore et lui donnes toutes ses lettres de noblesse ! C’est un super choix aussi CHAPEAU BIEN BAS à tous les deux ! Superbe ! Bravo les artistes et merci Agathe pour tous ces morceaux de choix !!

Laisser un commentaire