Ipagina’Son vous parle de l’Elle…

L’ELLE fut là le temps d’un charivari, le temps de déverser son ivresse de liberté sans cadre, le temps d’exploser nos vies en un feu d’artifice multicolore.

Et Pffff ! L’ELLE  est repartie sans crier gare…               

Heureusement et pour notre plus grand bonheur, Firenz’ eut le temps d’écrire ce texte pétillant, Amaranthe celui de le sélectionner, et Naïade prit sa plus belle voix pour nous raconter le passage éclair de ce drôle d’OVNI.


silhouettefemme1

L’ELLE

– FIRENZ’-

Les hommes sont de Mars, les femmes de Vénus …

Quant à l’Elle, elle venait de…

Ben, on n’a jamais su. Elle a débarqué un beau jour dans la jungle urbaine, sans que jamais l’on ne vit le moindre ‘i’ de sa carte d’identité.

D’aucuns la qualifièrent vite d’huluberlu, mais elle n’en avait cure, à ceux qui disaient qu’elle était timbrée, elle rappelait qu’elle était affranchie aussi.

Ce que les terriens de Mars ou de Vénus appelaient ‘vie’, elle l’appelait ‘chaviravi’, mais les humains n’y entendant rien, ils en firent un charivari.

Elle ne savait pas aligner les événements, elle faisait tout en vrac, en zigzag, des bulles de vie comme des boules de billard, rebondissant en bandes, sans les bandes, car de cadre elle pouvait se passer.

Une vie comme une bande-dessinée où il faisait bon s’enlivrer, dans des phylactères en pétillance, de SHEBAM en POW en BLOP en WIZZ ! Et Gainsbourg lui chantait …

Non, pas de comic-strip, en fait …

Un charivari de ouf, mais d’une folie douce …

Elle n’avait ni sa pareille, ni sa salsepareille pour vous ambiancer une soirée, avec son pote Casimir en Disc-Jockey. Elle savait distinguer le bon vin de la vaine ivresse, vous faisait des cocktails pas Molotov mais explosif quand même, mélange Tohu-bohu dans le verre pour accompagner un gloubiboulga aux Fariboles. Elle avait le rire sans commune mesure, le dispensait à tire-larigot, démesurément, parce que, sans rire, on sait que pour le rire, vite la mesure ment.

Une nuit, on entendit un big bang à sa porte, et au matin, elle n’était plus, elle avait disparu. Il ne restait de l’elle que sa cape d’invisibilité, invisible, rien donc …

Si d’aventure vous la croisez, voulez-vous bien lui rappeler qu’elle me doit cent balles, quand même …

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/amaranthe/l-elle-dfi-francophonie-dis-moi-dix-mots-par-firenz

3 réflexions au sujet de « Ipagina’Son vous parle de l’Elle… »

Laisser un commentaire