La voleuse de livres

 

VLD

La voleuse de livres

La voleuse de livres, de Markus Zusak, traduit par Marie-France Girod, est paru en France en 2007 aux éditions Oh !. Ce livre a fait l’objet d’un succès d’estime, entendez par là qu’il a été plébiscité grâce au bouche à oreille. Ouvrage classé en rayon jeunesse, il s’adresse principalement aux jeunes adultes. L’histoire se déroule dans une petite ville de l’Allemagne nazie pendant la deuxième guerre mondiale. Une fillette, Liesel, est placée chez monsieur et madame Hubermann qu’on lui demande d’appeler papa et maman. Max, un jeune homme juif fils d’un ami décédé de monsieur Hubermann, vient se réfugier rue Himmel. Liesel et Max développeront une amitié basée sur la poésie, la force des mots et de l’imagination. Les livres sont rares car brûlés en simulacres d’autodafés. Max se créera son propre livre pour l’offrir à Liesel et Liesel en volera la plupart.

Ce qui explique le phénoménal succès de ce livre est que la Mort en est la narratrice, une Mort qui s’adresse au lecteur sous forme de notes, de listes et de considérations personnelles. Une Mort fascinée par l’être humain et particulièrement par Liesel. Son récit vagabonde d’un événement à l’autre sans ordre chronologique et ses impressions y tiennent une place capitale.

Extrait de la dernière page du roman :

« J’aurais aimé parler à la voleuse de livre de la violence et de la beauté, mais qu’aurais-je pu dire qu’elle ne sût déjà à ce sujet ? J’aurais aimé lui expliquer que je ne cesse de surestimer et de sous-estimer l’espèce humaine, et qu’il est rare que je l’estime, tout simplement. J’aurais voulu lui demander comment la même chose pouvait être à la fois si laide et si magnifique, et ses mots et ses histoires si accablants et si étincelants.

Rien de tel n’est sorti de ma bouche.

Tout ce dont j’ai été capable, ce fut de me tourner vers Liesel Meminger et de lui confier la seule vérité que je connaisse. Je l’ai dite à la voleuse de livres. Je vous la dit maintenant.

UNE ULTIME NOTE DE VOTRE NARRATRICE

Je suis hantée par les humains. »

 

VLD film

 

Le film, drame Américain-Allemand, réalisé par Brian Percival avec Geoffrey Rush, Emily Watson, Sophie Nélisse et Ben Schnetzer dans les rôles principaux, est sorti le 5 février 2014 en France.

Le récit est linéaire et la Mort n’est pas très présente. Mais l’histoire est respectée. C’est un film pour tout public qu’il ne faut pas hésiter à conseiller à un adolescent. Les acteurs sont bons et l’émotion est au rendez-vous.

 

3 réflexions au sujet de « La voleuse de livres »

  1. Cela me donne l’eau à la bouche mais en vérité, je crois que je préférerais lire le livre d’abord car l’extrait donné est vraiment évocateur ! J’avais seulement entendu parler du film !!! Casquette bien bas pour cette prouesse ! Faire parler la mort, une façon originale de nous découvrir, dans toute notre décadence. Merci Brigitte !

Laisser un commentaire