S’il te plait, dessine-moi un auteur : Christine Millot-Conte

Affiche de Bluewritter

Affiche de Bluewritter

iPagination et iPaginablog, deux sites en connexion étroite, puisque animés par les mêmes équipes, dans un même esprit et pour une même passion de l’écriture.

Écrire … qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça fait ? Comment ça vient ? Pourquoi ? Quand ? Où ? ….

Sur iPaginablog, nous avons invité les auteurs d’iPagination à nous dévoiler un peu de leur intimité de plume.

Cette semaine, l’aventure se déroule sous la casquette de Christine Millot-Conte, d’auteur en auteur, d’expérience en expérience… 

 

Christine en Eponine
Christine en Eponine

Du plus loin que mes souvenirs remontent, j’ai toujours lu et écrit. Je dévorais tout ce qui me tombait sous la main. Héritage génétique ? Dans ma famille, on lisait beaucoup, surtout mon père, qui écrivait également de la poésie. C’est à lui que je dois ma passion des livres et de l’écriture. Grâce à lui, j’eus la chance de me chauffer au soleil de la Provence et de suivre les personnages de Marcel Pagnol. Je me délectais des récits de Maupassant, de Victor Hugo, puis dans un autre registre, de ceux d’Agatha Christie ou de Conan Doyle.

Mais l’écrivain qui m’a le plus marquée est sans conteste Emile Zola. Ses lectures eurent sur moi le même effet qu’un électrochoc, je crois que c’est à travers celles-ci que je commençai à prendre conscience de toutes les injustices ! Je ne comprenais pas ce monde, aussi pour exorciser mon mal-être, j’écrivais encore et encore. Grandissant bon an, mal an, je noircissais des pages et des pages de cahiers.

Puis, c’est dans le cycle secondaire, alors que je préparais un baccalauréat littéraire que je découvris les poètes maudits. Les sanglots longs des violons de l’automne accompagnèrent mon adolescence lorsque je fus confrontée à la perte d’êtres chers, mon frère d’abord et mon père. Je crois qu’à cet instant précis, j’écrivis de plus en plus. Coucher mon désespoir et ma colère sur le papier a été la meilleure thérapie, mon exutoire, j’écrivais pour déverser ma détresse, ma douleur, ma révolte.

Puis, après avoir obtenu une licence de lettres modernes, j’eus la chance de travailler en étroite collaboration avec un ami éditeur langrois ! Ô Félicité suprême, je lisais toute la journée des ouvrages, traquant les fautes d’orthographe, donnant mon avis quant à la future publication des écrits. Je fus aussi Tintin reporter, un petit reporter puisque j’étais correspondante de presse pour le journal de la Haute-Marne, mais un reporter quand même !

Ensuite, j’ai voulu tenter l’aventure de me mettre à mon compte comme écrivain public, mais cela dura peu. Ecrasée par les charges, je perdais de l’argent. Ecrire est pour moi comme respirer, il y va de ma survie, j’écris pour partager mon indignation de ce monde individualiste, j’écris pour dénoncer ce qui me déplaît, ce qui me dérange. Eternelle utopiste, je crois encore que l’Homme est capable de changer, capable d’être humain tout simplement. J’ai choisi de vivre perchée sur la cime de mon imagination plutôt qu’à genoux sur cette pauvre terre.

J’ai un compagnon et deux grandes filles ainsi qu’une chienne et un lapin nain. J’aime les animaux, ceux-ci sont toujours fidèles et de plus, ils sont toujours d’accord avec moi ! Je trouve le monde bien plus beau saupoudré d’un grain de folie.

Et pour finir, je crois que la phrase qui me définit le mieux est celle-ci : « la folie m’a toujours sauvé et m’a empêché d’être fou » d’H.F. Thiefaine. Je suis également une grande passionnée de musique, je ne pourrais vivre sans. Je ne travaille plus mais suis bénévole auprès de jeunes qui veulent écrire mais qui font des fautes, je m’investis également dans diverses associations défendant les droits de l’Homme. 

Un monde riche et vert que celui de Christine
Un monde riche et vert que celui de Christine

30 réflexions au sujet de « S’il te plait, dessine-moi un auteur : Christine Millot-Conte »

  1. C’est amusant, je viens d’écrire un texte sur Elle … et je lis son portrait juste après … Elle est si attachante, ce petit bout de femme est authentique, et ça, c’est devenu denrée assez rare … Quelque part, elle est mon autre … et je dis que la souffrance ici bas est la base d’écriture rare … Merci Christine, d’être ce que tu es et de le rester, malgré … Je t’aime.

    1. Oh Joailes, que de mots gentils, toi aussi tu sais tu es quelqu’un de valeur comme beaucoup d’entre vous, figure toi que j’étais justement en train de te dire qu’il y avait mon portrait d’auteur, « il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » comme disait Eluard, j’aime à y croire,et crois-moi et entends mon cri, je t’aime aussi ! merci d’être qui tu es et de le rester envers et contre tout !!!! Merci mon amie

  2. C’est vraiment toi ! On te retrouve dans tous tes écrits telle que tu te définies ! Un peu Don Quichotte, beaucoup abbé Pierre ou soeur Térésa. Tu voudrais tellement que le monde change que tu te bats et te révoltes sans cesse, chaque jour, plutôt chaque nuit… Et le plus fort c’est que tu nous entraînes sur la vague de cette quête presque désespérée, tu redonnes espoir et courage ! Que beaucoup t’entendent ! Bises chère Christine

    1. Ouille Roselyne ! que de gentils mots ! Tu as raison, je me bats sans cesse et c’est bien plus amusant de se battre et de crier à plusieurs car à force, peut-être seront-nous entendus !! En tout cas Merci Roselyne, toi aussi tu es quelqu’un de valeur et précieux comme beaucoup d’entre vous ici, aussi je dis hip hip hip hourra à l’ensemble d’ipagination et des ami(e)s auteurs !! C’est une aventure géniale !! Bises mon amie et merciiii !

    1. C’est moi qui dit merci pour la lecture, ravie qu’il vous ait plu, ici, c’est un échange de partage formidable et aussi une aventure quotidienne, écrire, lire les amis, commenter, c’est la fraternité que le site a sur créé et c’est tout simplement inestimable cette synergie !!

  3. Perchée sur la cime de ton imagination plutôt qu’à genoux sur cette planète… Voilà qui te définit si bien, toi qui sait si bien donner à tes mots, y compris les plus symboliques des pires maux de l’Humanité, ces ailes de l’espoir d’un ailleurs meilleur, de lendemains où l’on puisse revivre dans un océan de bonheur !

    Je ne le redirai jamais assez : la croisée de nos chemins a changé ma vie en profondeur. Alors, merci à toi de m’offrir ton inestimable amitié chaque jour qui passe, et au plaisir de découvrir sous ta casquette encore une multitude de trésors inespérés:-)

    *** Service disabled. Check account status. Antispam service cleantalk.org. ***

    1. Mon très cher et irremplaçable ami, tes mots sont toujours gentils comme toujours, moi aussi, ma vie a changé quand je t’ai rencontré et grâce à Ipagination, je ne le redirai jamais assez, c’est une formidable plate-forme de partage et de fraternité car derrière les ordinateurs, comme je l’ai dit, il est des gens de valeur et je me réjouis chaque jour de t’avoir rencontré ! Tu es mon ami et je te dis merci tout simplement et longue vie à nous !!!!

  4. Je reconnais là ton enthousiasme et ta générosité! Tu es une personne dévouée aux mots , mais des mots faits pour les autres …Ce qui est excessivement précieux en ces temps d’égoïsme. Bravo.
    A bientôt Christine!

    1. Merci Evelyne pour tes si gentils mots !! Vous aussi vous êtes formidables !! Et c’est moi qui te remercie pour toutes ces gentilles choses !! Bisous et à bientôt pour de nouvelles aventures !!

  5. Un portrait qui valait vraiment le détour ! Je m’en doutais remarque ! Mais j’y ai découvert des choses au-delà de ce que j’imaginais ! Une sacrée Nana cette Eponine à la casquette généreuse, elle en a là-dessous et le cœur écorché ne bat que pour partager, et pour cela entre autres, mille bravos !

    Un très beau dessin de toi, merci Christine d’être tout cela pour beaucoup beaucoup et encore beaucoup !

    1. Merciiiii Tippi de ces si gentils mots mais pas tant sinon mon ego sera tellement démesuré que je ne pourrai plus enfiler ma casquette fétiche !! Plus sérieusement, tes mots m’ont énormément touchée ! Eh oui, je suis aussi une grande sensible !! Quant au portrait Eponine, c’est mon compagnon qui me l’a façonnée en fer !!! Nous on joue avec les mots, toi avec ta voix et lui avec le fer !!! Bisous à toi et encore mille mercis !! Toi, tu es un magicienne !!

      1. Très sympa cette Eponine forgée par ton chéri.
        Magicienne, je voudrais bien ! Hélas comme toi, j’ose garder espoir pour certaines causes, même si je me sens bien impuissante… et je suis comme tout le monde , avec mes qualités et mes défauts ! Je ne m’inquiète pas pour ta casquette, ton ego me semble très très loin de la grosse tête 🙂

  6. Je suis ravie de découvrir celle qui commente inlassablement, qui est toujours présente..et je t’imaginais exactement comme çà, « J’ai choisi de vivre perchée sur la cime de mon imagination plutôt qu’à genoux sur cette pauvre terre. » tu as raison, on est tellement mieux là-haut, tout en gardant de l’énergie pour dénoncer les injustices et aider comme on peut…
    La casquette a t-elle une histoire elle aussi ?

    1. Merci Agathe de tes si gentils mots et tout d’abord excuse moi de te répondre si tard, je n’avais pas vu ton commentaire !! tu sais, en fait, c’est un plaisir pour moi que de commenter vos textes, pourquoi bouder son plaisir en disant en quelques mots ce que les textes évoquent en moi ? Et puis Agathe, quant à la casquette, je crois me souvenir que c’est début mai, quand j’ai débarqué avec ma besace à mots sur Ipagination que j’ai commencé à commenter les textes (début mai il faisait chaud et j’aime les couvre-chefs) et sous chaque texte qui me parlait, j’écrivais que je n’avais pas de chapeau mais une casquette et que je la tirais bien bas ! Et Aubrée m’a remarqué ainsi et voilà, tout est parti de là et depuis c’est en quelque sorte ma marque de fabrique !! Merci encore beaucoup Agathe ! Douce et lumineuse soirée à toi !

  7. C’est une très belle peinture qui est offerte là. Tu te dessines en mille touches successives. A chaque nouveau regard, une nouvelle nuance que l’on découvre. Ces belles nuances qui font un être humain : la joie, la peine mais toujours le sourire. Bravo

    1. Merci beaucoup Amaranthe de ton commentaire qui me ravit, pourquoi le nier ? Mais vous ici êtes formidables, chacun de nous est un petite goutte d’eau et ensemble, nous formons une belle flaque d’eau et quand on saute à pieds joints dedans, eh bien on éclabousse à notre tour d’autres rêveurs qui feront grandir notre flaque ! Oui, j’aime à penser cela ! Encore merci et douce et sereine nuit à toi dans les belles contrées de Morphée !!!

  8. Ton autoportrait a suscité beaucoup de commentaires, Christine, je crois que ta casquette est devenue comme une ‘mascotte’ pour beaucoup d’iPaginauteurs ! Quant à la personne sous la casquette…. eh bien, les commentaires le disent mieux que moi !

    1. Merci beaucoup ! Cela me ravit d’être comme une sorte de mascotte, c’est marrant une mascotte !!! Je sais aussi que tu viens toujours doucement, sur la pointe des pieds, comme un heureux présage ! Reste ainsi, nul autre besoin d’autre atour que ton authenticité et je sais que tu resteras qui tu es aussi c’est moi qui te dis merci ! Douce et sereine nuit à toi ! Bises chaleureuses !!

  9. Oh mon dieu ! je viens seulement de prendre conscience de ton portrait chère Christine, je ne sais comment je suis passée à côté ! je suis tellement contente de te connaître virtuellement, enfin plus tout à fait, même si je ne te vois pas en 3D, tu es bien présente,
    Grosses bises

    1. Ma chère Patrizia Ne t’inquiète donc pas et peu m’importe que tu l’aies vu ou pas, tu sais je ne comptabilise pas tout cela mais tu sais déjà cela, quelque part nous nous ressemblons tellement ! Moi aussi, comme tu le sais, je suis ravie de te connaître, tu es une belle personne authentique, nul besoin de te dire de rester qui tu es car je sais que tu le resteras !!! Gros bisous à toi ma gardienne de mes mots et un grand merci d’être venue jusque ici !!!!

  10. A présent que je te connais mieux, j’ai relu avec plaisir ton portrait ! Je te fais un gros bisous et aussi à Gaia qui est venue agrandir la famille !

  11. je l’avais déjà lu l y a quelques mois mais pas eu le temps de commenter (aujourd’hui j’en ai chapardé un peu) tes révoltes sont les miennes et je rêve aussi sur mon Parnasse, restes dans les nuages n y est si bien et tant que les fautes ne sont que d’orthographe le principal est de se comprendre, bisessss

Laisser un commentaire