S’il te plait, dessine-moi un auteur : Firenz en mode d’écriture.

Affiche de Bluewritter
Affiche de Bluewritter

 

Écrire … qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça fait ? Comment ça vient ? Pourquoi ? Quand ? Où ? ….

Sur iPaginablog, nous avons invité les auteurs d’iPagination à nous dévoiler un peu de leur intimité de plume.

Cette semaine, nous sommes en garde à vue au commissariat de police avec Firenz’ … 

interrogatoir salle de - 2

Un lieu sans âme pour un interrogatoire musclé

En quête d’écriture

Cela faisait quelques heures déjà qu’ils me retenaient, sans que je ne sache pourquoi. Restée seule dans une pièce sans âme, murs beiges et fenêtre à barreaux, on m’avait servi un café et un verre d’eau, et pris mon sac. Je n’avais donc pas de téléphone pour appeler quiconque, ni stylo ni carnet non plus, rien pour écrire. Dommage, à travers la crasse de la vitre et entre les barreaux, mon regard, lui, parvenait à s’évader, et j’aurais aimé pouvoir raconter…

Où étiez-vous dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13, entre minuit et quatre heures du matin ?

Pourquoi ?

Ici, c’est nous qui posons les questions.

Pourriez-vous, s’il vous plait, éteindre cette ampoule blanche qui aveugle mon jour tandis que vous voulez inspecter mes nuits.

Où étiez-vous cette nuit-là, pendant que la boutique du diamantaire était cambriolée ?

diamond-161739_1280

J’étais chez moi, j’écrivais

 Mémoire exceptionnelle ou alibi longuement préparé et muri ? Etrange fraîcheur du souvenir… très étrange… Vous écriviez quoi ? Une liste de courses ? Une recette de cuisine ? Un post-it ? Un courrier au banquier ?

Je ne sais pas ce que j’écrivais. C’est juste que, comme c’était un soir de semaine, c’est l’activité la plus probable. Je ne sors pas trop en semaine, donc j’écrivais, très certainement. Il n’y a qu’à vérifier dans mes textes publiés sur iPagination, je publie en général tard dans la nuit.

***

Nous avons vérifié votre espace iPagination, rien n’a été posté cette nuit-là… Retour à la case zéro alibi par conséquent… Par contre, nous avons lu quelques uns de vos textes, ils ne sont pas bien nets. Vous buvez quoi quand vous écrivez ?

Du thé, ou du café, voire de l’eau …

De l’alcool aussi, non ? Vos textes sentent l’éthylotest fébrile ?

Ah non, vous vous trompez ! Je connais l’ivresse de la plume mais ne la conduis pas en état d’ébriété.

Quelques psychotropes, alors ? De toute évidence, vous vous droguez. On peut lire des lignes de blanche entre vos lignes à l’encre noire !

Que nenni, aucun psychotrope. Je ne fume même plus de cigarettes. Je m’enveloppe d’autant de liberté que possible et poste des textes en mode affranchi. D’autre part, je crains trop la page blanche pour envisager d’en sniffer une simple ligne. Par conséquent, les seules lignes dont je me came sont des lignes de fuite, des lignes de pensée, des lignes de mots, pour des retours à la ligne … Mais s’il vous faut vraiment des trucs en ‘-thrope’ pour justifier mon écriture, voyez plutôt du coté des lycanthropes, misanthropes et philanthropes… Voilà quelques sources d’inspiration, des fils conducteurs d’imagination dont je fais consommation, oui. Certains sont stupéfiants.

Eh bien voilà ! Cela expliquerait vos textes sans queue ni tête. Inspecteur, allez vérifier à quelle catégorie de stupéfiants appartiennent les lycanthropes.

Mes Lycanthropes avaient pourtant une queue et une tête, Monsieur l’Inspecteur.

Quoi qu’il en soit, pas de texte publié cette nuit-là, donc votre alibi ne tient pas.

Je ne les publie pas tous, Monsieur le Commissaire, une inspection de mon ordinateur portable devrait vous indiquer qu’il y en a eu un texte écrit cette nuit-là et non publié.

Voyons, voyons … Vingt-cinq textes en trente jours ! Mais qu’avez-vous donc de si important à écrire pour pourrir ainsi le disque dur de votre ordinateur ? Et d’où sortez-vous tous ces mots-là ?

D’important, Monsieur ? Rien. Ce que j’écris n’a d’intérêt que pour moi, c’est pourquoi mes textes restent là, pour la plupart, enfouis dans les 0 et 1 de ma mémoire binaire. Ecrire relève, pour moi, du désir mais aussi de la nécessité. J’écris pour vivre, pour rire, pour ne pas crever. J’écris à partir d’un mot happé ici ou là, d’une photo que mon regard croise, d’une idée qui traverse mon esprit, d’un moment de vie, parfois d’un simple défi… Il m’arrive d’ailleurs d’écrire sous la contrainte …

Que dites-vous là ? Vous écrivez sous la menace ? On vous met un flingue sur la tempe ? Voilà autre chose…

Non, non, rien d’aussi violent ! Simplement, parfois, je me plie aux exigences d’un atelier, tricote des fils d’histoires dans le cadre imposé, j’essaie au moins … Et si la plupart des textes que j’écris n’ont d’importance que pour moi, il m’arrive d’avoir besoin, ou envie, de donner mes mots à lire. C’est alors que je publie mes textes, et dès lors ils ne sont plus à moi…

 

Quoi qu’il en soit, pour le moment rien ne prouve que vous ayez écrit la nuit où les diamants ont été volés. Ni même que vous ne prenez pas de produits illicites. Alors nous allons vous garder encore un peu, et poursuivre notre enquête en quête de ce texte alibi.

detective-152085_1280

Enquête, en quête…

 

38 réflexions au sujet de « S’il te plait, dessine-moi un auteur : Firenz en mode d’écriture. »

  1. Franchement génial ! BRAVO !

    l’originalité de l’angle et l’humour chronique n’enlèvent rien à la sensibilité des messages.
    Je n’ai pas encore pu écouté cette cerise sur ton gâteau mais oui je le redis : BRAVO

  2. Je me suis régalée…à te lire d’abord…à vous écouter ensuite. Géniaaaal !!! Des milliers de bravos. Je vais bisser mon écoute et ma lecture à l’infini pour renouveler ce grand plaisir… Je partage !!!

    1. Difficile exercice que celui-là, l’humour ouvre des portes dans lesquelles je m’engouffre, c’est un mode d’expression qui me convient, et je suis ravie de le partager. Merci à toi Liliane, pour tes mots qui me font très plaisir, et pour avoir partagé à ton tour…

  3. Nous n’en finirons jamais de feuilleter le grand livre de la page blanche. Ce mode Firenz’ le démontre une fois de plus avec brio. Une entrée originale qui permet de souligner ce qui nous pousse, ce qui nous motive, ce qui nous hante.
     » important, Monsieur ? Rien. »
    et pourtant essentiel parce que étonnamment vivant dans ce monde presque mort.

  4. Surprise c’est le tour de Firenz! Resurprise, une pièce de son théâtre personnel! Reresurprise avec une mise en voix d’un duo célèbre! Super Firenz, c’est plein de vie et d’imagination comme ton écriture! Bravo!

    1. Merci beaucoup Domi ! Cela fait des semaines, des mois, que c’est dans les cartons. Un jour, on l’ouvre le carton, les mots en sortent, écrits ou lus à voix haute, avec l’amitié et la complicité de Java. Le résultat est donné là, et je suis ravie qu’il soit ainsi accueilli, merci encore…

  5. En vertu de la loi régissant l’Identité Judiciaire, nous pouvons tous nous porter témoin Monsieur l’Inspecteur et vous assurer l’intégrité mentale de cette grammairienne et exigeons la restitution immédiate des éléments de preuve que vous auriez pu saisir entre ses lignes.

    Libérez immédiatement cette plume !

  6. Les sots !! Le diamant était sous leurs yeux et ils ne l’ont pas vu…

    Oui, je vais manifester auprès d’Anna : Libérez cette belle, sympathique et précieuse plume amie.

  7. Enfin… Firenz’ s’expose à son tour ! 🙂 Et elle le fait dans un texte excellent d’humour et de jeux de mots finement ciselés. Très belle surprise ! Et comme Firenz’ est généreuse, elle nous offre en plus une magnifique mise en voix dans un duo où s’exprime tout l’art de Java.
    Merci beaucoup à tous les deux…
    Et, puisqu’ils t’ont relâchée mais sait-on jamais avec cette engeance ? si tu as besoin d’un alibi, tu as dormi toute la nuit chez moi, bu du thé et mangé du chocolat ! 🙂

    1. Merci Aubrée ! Je crains de m’embrouiller avec les faux alibis, alors peut-être qu’un vrai thé avec du vrai chocolat serait préférable ? J’arrive !!! 🙂

  8. Originalité, humour, impertinence, profondeur, humilité, générosité…ce texte te ressemble tellement Firen’z. Très belle découverte pour moi et succès on ne peut plus mérité tant ton écriture est séduisante. Merci Flo.

    1. Merci beaucoup Michel, je suis désolée d’avoir tant tardé à répondre, la vie file entre les doigts… Je suis vraiment ravie que ce travail ait fait sourire et qu’il ait plu, merci encore…

  9. Excellent ! Une mise en forme géniale et une belle surprise que de vous entendre Java et toi ! C’est un réel plaisir de découvrir chacun de vous différemment 🙂 Merci et bravo pour cette approche teintée d’humour et pour le partage Flo !

    1. Merci Laurence ! Je suis ravie que ce partage t’ait plu et amusée, j’avoue que la complicité d’un commissaire aussi chouette que Java était un bel atout ! 🙂

  10. Bonjour Flo,

    Voilà de bon matin, un texte qui met en pleine forme pour la journée, tant il est bien écrit, bien narré, et où l’humour en filigrane, met bien en valeur la réalité, parfois truculente, d’une telle situation. Au final, si les diamants n’ont pas été retrouvés, au moins, on aura découvert une perle sur les ailes d’une plume, et qui elle, vole librement aux confins de l’ espace où les mots sont rois !
    Voilà donc une histoire fort plaisante et qui renvoie « l’ire au nid » séance tenante !
    Merci à toi Flo pour cette magnifique écriture, ainsi qu’à Java pour sa truculente interprétation.
    Enfin ce texte m’a tellement plu, que je vais le garder à vue !
    À bientôt de te lire.
    Bien amicalement.

    Paul Stendhal

    1. Merci beaucoup Paul pour ta lecture généreuse. J’avoue que l’idée de savoir mon texte en garde à vue me réjouit ! L’humour ne manque pas non plus de ton coté de la page… Merci encore !

  11. Firenz je salue ta création sur un alibi peu béton pour l’ordre mais dans l’ordre des choses qui suit écriture et cette interrogatoire est à la hauteur de l’écrivaine que tu es! Un clin d’œil à Java ! Merci pour cette merveilleuse quête avec pour seule alibi l’écriture , la plume de l’âme!

    1. Merci Virginie pour ton très joli commentaire. Difficile de parler de soi, alors l’humour est un bon vecteur pour le faire quand on ne peut se prendre soi-même au sérieux… Et j’aime rire… Je suis ravie d’avoir partagé cette bulle-là avec toi…

Laisser un commentaire