Tous les articles par Naiade

Pour un Noël Magique

En ce début décembre, iPaginablog relaie une lettre d’Ellya.

Sur iPagination, Ellya s’occupe de la coordination des ateliers d’écriture ainsi que du dispositif Licorne qui vise à prendre en compte les textes non commentés afin de les transmettre au comité de lecture. 

Bonjour à tous,

Je m’adresse à vous au travers de cette lettre ouverte en espérant toucher votre coeur, et que de ce fait, vous participerez à cette belle initiative.

En cliquant ici  vous arriverez sur un site dédié à offrir un noël magique aux enfants à l’hôpital.

Comment faire ? C’est très simple. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessus, de vous inscrire sur le site (nom, adresse mail), de voter pour l’hôpital de votre choix (dans la liste), de laisser un message de soutien aux enfants, et bien sûr au corps médical. Chaque message correspond à 1 euro reversé par les magasins de jouets participants afin d’offrir les cadeaux dont rêvent ces chérubins. On espère atteindre les 25.000 messages afin d’offrir 25.000 euros de cadeaux aux enfants hospitalisés.

Messages d’espoir, pour une belle journée
Messages d’espoir, pour une belle journée

Vous recevrez un mail confirmant votre inscription et un autre pour solliciter vos amis à aller voter pour l’hôpital pour enfant de leur choix.

Cela ne vous coûtera pas d’argent, cela fait plusieurs années que je le fais.

Le matin de noël, les enfants reçoivent la visite du Père Noël qui distribue les cadeaux. Quelques jours après, vous recevrez un email contenant les photos de la remise des cadeaux.

Ensemble, pour un peu de légèreté au cœur
Ensemble, pour un peu de légèreté au cœur

Merci de participer massivement ! C’est un très beau geste pour les bambins, ainsi que pour le corps médical qui oeuvre chaque jour à leur bien être.

N’hésitez pas à partager sur les réseaux sociaux, plus nous serons nombreux à participer, plus il y aura de cadeaux. Il s’agit d’une opération sur les hôpitaux pour enfants en France et en Belgique.

À votre bon coeur, je compte sur vous, et eux aussi.

Ellya.

La divine mascarade de Patryck Froissart

Découvrez le dernier ouvrage de l’auteur des bienheureux  (iPagination Éditions), finaliste 2013 du livre numérique  de l’année 2013 dans la catégorie littérature.

La divine mascarade de Patryck Froissart

divMasc

Une démarche de déconstipation mentale…

Il n’y a plus de datation puisque : trop, c’est trop…

L’Histoire dans son déroulé est un éternel recommencement, tel un ruban de Möbius qui questionnerait sur la véritable face de l’Humanité.

Nulle dualité entre le bien et le mal mais plutôt…une sinistre compromission.

L’auteur : Patryck Froissart

Membre de la Société des Gens de Lettres

 aeca5a664f44c41fa82513420fb4509d

Lauréat du prix « Elan » du meilleur poète au service de la paix juste après un certain Léopold Sedar Senghor.

Patryck Froissart est originaire du Borinage. Il a enseigné dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur de l’Education Nationale puis proviseur, et de diriger divers établissements à La Réunion et à Maurice. Retraité de l’Education Nationale, il continue à servir la francophonie à Maurice.

Extraits

« Diable ! Où se terre-t-il, celui qu’on dit aux cieux ? »

« Je plane aux ciels sans dieu des limbes poétiques. »

« Tout cadavre est exquis aux dieux lorsqu’ils sont faim »

« Ton infamie nourrit mon poème bréneux »

« J’espère la camarde et sa serpe homicide »

Disponible sur :

http://www.ipaginastore.com/

Découvrez la bande annonce :

L’amante interdite de Christophe Vallée

Préfacé par Ananda DEVI (Lauréate du prix 2014 du rayonnement de la langue et de la littérature française de l’Académie française)

1ère COUV l'amante interdite ebook2

Un retour vers le passé de la colonisation française pour tenter d’en saisir les ramifications au travers des détours de ceux qui, aujourd’hui encore, en paient le prix.

L’amour désespéré et sans issue entre un homme et l’Afrique, entre un gouverneur de l’Afrique Orientale Française des années cinquante et une femme noire en qui il trouve l’Idéal (à la façon d’un Thé au Sahara de Paul Bowles).

Se juxtapose la recherche vingt ans après du fils caché parti retrouver la trace de ses origines, de ses parents disparus.

L’auteur : Christophe Vallée

ccc

Lauréat du prix de la vocation, promotion Yves Coppens (collège de France) dès l’âge de 23 ans, Christophe Vallée a ensuite publié son premier article à 25 ans. Une centaine suivront en Afrique, dans l’océan Indien, en Europe centrale et orientale ainsi qu’en France. Essais, romans et chroniques ont pris leur suite depuis une dizaine d’années.

Membre de jurys littéraires (Fondation de la vocation, prix Radio France de l’océan Indien et prix Jean Fanchette, sous la présidence de Jean-Marie Le Clézio), il fut aussi l’invité d’émissions littéraires (télévision et radio).

Les bibliothèques des universités de Francfort en Allemagne, de Columbia, de Yale et du congrès des États-Unis d’Amérique proposent plusieurs de ses ouvrages.

Il est professeur dans l’enseignement supérieur en Île-de-France.

 Extrait

À mesure qu’il se rapprochait de la capitale, l’obscurité gagnait, à la vitesse d’un cheval au galop, laissant de part et d’autre des pistes, les rustiques alambics culottés crachant, toussotant, tandis que l’essence d’ylang-ylang sourdait goutte à goutte, élixir entêtant. Il se souvenait de sa nuit d’amour avec elle lorsqu’elle était sortie de son bain parfumé de quelques gouttes d’ylang-ylang, dont le nard s’était répandu instantanément à toute la chambre. Il scrutait la pénombre, dans le fol espoir de l’y voir, sur cette piste de hasard où le portait un cheval fourbu et irascible.

*****

 Il n’avait jamais reçu une lettre aussi belle d’aucune des femmes qu’il avait aimées. Il en était bouleversé. Cet amour était si pur, si beau, si entier, si dépourvu d’un quelconque intérêt… Il était léger comme l’air, doux comme la caresse des alizés qui commençaient à monter, suave comme l’huile de coprah que l’on se mettait sur la peau au soleil de la mer.

Il sortit de sa case de gouverneur, prit un cheval arabe et galopa comme un fou en direction de la brousse sur sa monture qu’il montait sans selle, la tenant uniquement par la crinière comme lorsqu’il le faisait, enfant, dans le parc de la maison de campagne de ses parents en Andalousie à l’époque du roi Alphonse XIII.

*****

 Plus tard, comme toujours quand cela n’allait pas, il prit le chemin de la mer, son rempart contre l’adversité du monde. Il avait un in-board de trente mètres de long qui filait allègrement ses soixante nœuds. Il ne prit pas de nahouda ce jour-là, il voulait piloter lui-même, être seul. Il descendit sur le ponton flottant, défit les amarres, puis sortit en marche arrière tout doucement, comme pour signifier son retrait du monde des hommes.

*****

 Il reposa la lettre sur le bord du lit. Il était las, très las, profondément indifférent au fond à tout cela, à toute sa vie privée et professionnelle. Un sentiment profond de désir de tout abandonner se fit jour en lui. Il n’avait plus envie de rien, pénétré qu’il était par le sentiment de sa vacuité et de la vanité de toutes les choses. Un trou béant s’ouvrait devant lui, il s’y serait bien englouti pour ne plus avoir à penser.

 Disponible sur :

iPaginastore.com

 

Découvrez la bande annonce :