Archives par mot-clé : Noël

Pour un Noël Magique

En ce début décembre, iPaginablog relaie une lettre d’Ellya.

Sur iPagination, Ellya s’occupe de la coordination des ateliers d’écriture ainsi que du dispositif Licorne qui vise à prendre en compte les textes non commentés afin de les transmettre au comité de lecture. 

Bonjour à tous,

Je m’adresse à vous au travers de cette lettre ouverte en espérant toucher votre coeur, et que de ce fait, vous participerez à cette belle initiative.

En cliquant ici  vous arriverez sur un site dédié à offrir un noël magique aux enfants à l’hôpital.

Comment faire ? C’est très simple. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessus, de vous inscrire sur le site (nom, adresse mail), de voter pour l’hôpital de votre choix (dans la liste), de laisser un message de soutien aux enfants, et bien sûr au corps médical. Chaque message correspond à 1 euro reversé par les magasins de jouets participants afin d’offrir les cadeaux dont rêvent ces chérubins. On espère atteindre les 25.000 messages afin d’offrir 25.000 euros de cadeaux aux enfants hospitalisés.

Messages d’espoir, pour une belle journée
Messages d’espoir, pour une belle journée

Vous recevrez un mail confirmant votre inscription et un autre pour solliciter vos amis à aller voter pour l’hôpital pour enfant de leur choix.

Cela ne vous coûtera pas d’argent, cela fait plusieurs années que je le fais.

Le matin de noël, les enfants reçoivent la visite du Père Noël qui distribue les cadeaux. Quelques jours après, vous recevrez un email contenant les photos de la remise des cadeaux.

Ensemble, pour un peu de légèreté au cœur
Ensemble, pour un peu de légèreté au cœur

Merci de participer massivement ! C’est un très beau geste pour les bambins, ainsi que pour le corps médical qui oeuvre chaque jour à leur bien être.

N’hésitez pas à partager sur les réseaux sociaux, plus nous serons nombreux à participer, plus il y aura de cadeaux. Il s’agit d’une opération sur les hôpitaux pour enfants en France et en Belgique.

À votre bon coeur, je compte sur vous, et eux aussi.

Ellya.

Coup de coeur musical à la Paix et à l’Amour.

8311546-foret-de-noel-forment-les-lumieres-de-noel-de-couleur

En cette période de Noël, quoi de plus beau que le message d’un chœur d’enfants en faveur de la protection de la planète, de l’amour de l’humanité, de la paix dans le monde et des valeurs de la vie…

Je vous offre cette chanson « LES ENFANTS DE LA TERRE » interprétée par le chœur Sainte Victoire, sous la direction de Chantal Orsini.

Un symbole de Paix, d’ Espoir, de Lumière et d’Amour…

LES ENFANTS DE LA TERRE

On ne veut pas la fin du monde,

On se rejoint pour faire la ronde,

Ce que l’on veut c’est pourvoir encore s’aimer,

Pour tous les enfants de la Terre,

Une chanson comme prière

Et réunir l’amour de l’humanité.

Les étoiles brillent dans le ciel,

Une planète bleue dans l’univers,

Des milliards d’années pour être belle

Et semer la vie sans frontière.

On ne veut pas la fin du monde,

On se rejoint pour faire la ronde,

Ce que l’on veut c’est pourvoir encore s’aimer;

Pour tous les enfants de la Terre,

Une chanson comme prière

Et réunir l’amour de l’humanité.

Protéger le bleu des océans,

Les nuages sont faits pour être blancs

La nature a besoin de nos coeurs

Pour que les rêves s’écrivent en couleur.

On ne veut pas la fin du monde,

On se rejoint pour faire la ronde,

Ce que l’on veut c’est pourvoir encore s’aimer;

Pour tous les enfants de la Terre,

Une chanson comme prière

Et réunir l’amour de l’humanité.

Au nom de l’espoir et de l’amitié,

Notre histoire doit continuer…

On ne veut pas la fin du monde,

On se rejoint pour faire la ronde,

Ce que l’on veut c’est pourvoir encore s’aimer;

Pour tous les enfants de la Terre,

Une chanson comme prière

Et réunir l’amour de l’humanité

 

Capture d’écran 2014-12-24 à 15.32.26

 

Merci à Christian Carpentier à qui j’ai « emprunté » sa bannière de fêtes !

Quiz littéraire de Noël

 

QUIZ LITTERAIRENe vous fiez pas aux apparences des quelques premières questions assez faciles pour vous mettre en chauffe. Il s’agit là d’un véritable défi que vous proposent les iPaginauteurs. Tous les quiz – lorsqu’ils sont prêts – sont mis en ligne pour le vendredi, juste avant le défi du week-end (pour en savoir plus, cliquez ici ). Ce quiz vous est proposé par Agathe et Lilas. Arriverez-vous à réaliser un sans-faute ?

QUIZ LITTERAIRE DE NOËL

Départ
Félicitation - vous avez complété QUIZ LITTERAIRE DE NOËL. Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%. Votre performance a été évaluée à %%RATING%%
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour

C’était en effet la première question posée lors des examens oraux en latin. Le mot quiz apparaît, avec cette signification de « questionnaire » (un mot argot quiz existait déjà et signifiait « personne louche »), dans la langue anglaise en 1886. Le mot est ensuite passé dans la langue française.

L’histoire raconte qu’au théâtre de Dublin, le propriétaire du nom de Richard Daly fait un pari qu’il pouvait, dans les quarante-huit heures faire d’un mot absurde, le plus connu de toute la ville, et que le public lui fournirait un sens pour elle. Après une performance, un soir, il a donné ses cartes de membres du personnel avec le mot «quizz» écrit sur ​​eux, et leur dit d’écrire le mot sur ​​les murs de la ville. Le lendemain, le mot étrange était la coqueluche de la ville, et dans un court laps de temps, il a fait partie de la langue. Le récit plus détaillé de ce supposé exploit (dans F. T. Porter’s Gleanings and Reminiscences, 1875 ) donne la date de 1791. Le mot, cependant, était déjà en usage à cette époque, qui signifie «une étrange ou excentrique personne, et avait été utilisé dans ce sens par Fanny Burney dans son journal intime, le 24 Juin 1782.

Au plaisir de vous défier lors d’un prochain Quiz, et n’hésitez pas à mettre en commentaire le score – réel – que vous avez obtenu et les questions qui vous ont semblé compliquées…

Apprendre le québécois, leçon 10 : Le magasinage de Noël

logo-francais-au-francais-quebecoisC’est avec grand plaisir qu’iPagination s’associe à Patrice Hudon et son excellent site « Du français au français » pour vous faire rencontrer et apprendre régulièrement la langue québécoise, par le biais d’articles thématiques. Appréhender les nuances de la langue française afin d’éviter tout quiproquo, mais aussi s’enrichir, voyager régulièrement sur l’autre rive, riche de nombreux auteurs de talent, qu’iPagination a la grande chance de tutoyer au quotidien.

C’est Noël, tire-toi une bûche!

Au Québec, nous encourageons nos invités « à se tirer une bûche ». « Allez, ne reste pas debout, tire-toi une bûche. » Nous les convions ainsi à s’asseoir avec nous, à s’installer à la table avec les autres. Cette expression tirerait son origine de l’époque où les habitants de la Nouvelle-France possédaient très peu de meubles. Les chaises n’étaient souvent que des troncs d’arbres coupés. Quoique cette expression soit beaucoup moins utilisée qu’autrefois, elle survit encore, surtout dans des moments de festivités, de réjouissances. « Ne sois pas gêné, tire-toi une bûche et viens boire un coup à la santé du petit Jésus.» À noter qu’au Québec, l’adjectif gêné est fréquemment utilisé comme synonyme de timide.

Probablement à cause de nos nombreux ancêtres bûcherons, le verbe bûcher a gagné chez nous le sens de couper du bois ou d’abattre un arbre. « Ça fait une heure qu’il est parti bûcher. Il va peut-être revenir avec un beau sapin de Noël ou juste un gros mal de dos.»

La dinde, le repas traditionnel de Noël, est servie avec des atacas (ou atocas), dérivé d’atokha, un mot de la langue huronne. Les atacas sont une gelée de canneberges (variété d’airelles très populaire aux États-Unis). Donc, l’ataca est un accompagnement issu de la culture américaine, nommé à partir d’un mot huron, mais tourné à la québécoise.

La saison des Fêtes est une période de réjouissances, mais elle est avant tout celle du «magasinage». Au Québec, on fait rarement du shopping, on préfère de loin le «magasinage». « Je dois aller magasiner, je n’ai pas encore trouvé mes cadeaux de Noël. » « Je déteste le magasinage des Fêtes. Les gens sont stressés et je ne sais jamais quoi acheter. » « Je rêve un jour d’aller faire du magasinage sur les Champs-Élysées. »

Noël est pour plusieurs l’occasion de « prendre une brosse », de «partir sur la brosse» ou de «virer une brosse». C’est la version québécoise de prendre une cuite, de s’enivrer. « Le 24 décembre, mon mari part sur une brosse qui dure jusqu’au jour de l’An. »

 Magasinage-de-Noel

 

En attendant un nouveau cours de québécois par notre ami Patrice : TESTEZ VOTRE NIVEAU EN CLIQUANT ICI !