Ipagina’Son en pleine épopée apocalyptique.

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lecteur : Christian Vincent

 

Un souffle épique anime ce poème d’une force incroyable. Les errances de l’homme sur des terres dévastées par les guerres innombrables de la vie, sont décrites au moyen d’allégories multiples qui cadrent parfaitement avec la littérature apocalyptique

Nuit, jour?  Rêve réalité ? Destinée, prémonition ? Perte, salut ?Tout est imbriqué dans ce texte qui nous renvoie à notre condition d’humain avançant inexorablement vers l’inconscience.

Pour accentuer le crescendo de ce poème symbolique, nous vous proposons d’en lire vous-même la première partie . Le décor est planté : Dans un monde en pleine apocalypse, les « anges cauchemardesques  » s’imposent en tant que sauveurs de l’humanité.

La deuxième partie est lue à haute voix par Christian Vincent.  Les hommes fantômes avancent sans fin sur le chemin vers la fin du voyage.

581365apocalypse

LES AILES DE L’APOCALYPSE

-Nécromongers-

Ils sont des milliers, les uns à la suite des autres.

Ils sont déterminés, plus forcenés qu’ils ne l’ont jamais été.

Ils n’ont rien à perdre, si ce n’est notre liberté.

La lente procession chemine comme un défilé sans faute.

Une envolée de monstres assoiffés

Bravant l’étendard d’un pays oublié,

S’enfoncent dans un décor désertique

Faisant une ombre par pointillé de leurs ailes diaboliques.

Leur destinée est entièrement écrite

Ils sont la dernière chance de salut,

L’apocalypse, ils l’ont déjà vécue

Leurs origines sont trempées dans l’atome volcanique.

Le soleil comme seul guide, seul allié en journée,

Ils sont les feux follets d’un rêve tellement protégé

Les anges cauchemardesques d’une légende perdue,

Les sauveurs d’une humanité dissolue.

Pour ceux qui le souhaitent, nous vous invitons à lancer la musique en même temps que le texte, en cliquant sur la flèche cI-dessous. Elle transcende la force du poème.

Lecture de Christian :

La lune comme unique chemin, unique éclaircie la nuit,

Ils sont les fantômes virevoltants d’un cauchemar sans frontière

Les astres lumineux d’une légende dans l’oubli,

Les sauveurs d’une humanité délétère.

Paysages après paysages

Climat après climat

Jour après nuit

Nuit après jour.

Le périple de leur voyage s’achèvera un jour incertain,

Ils n’ont de cesse de répéter leur chemin,

Seulement lorsque le temps, pour eux, sera enclin

Uniquement, quand notre rêve perdra sa faim…

…ils quitteront leur révolution sans fin,

Cesseront de tournoyer dans notre monde invisible,

Déploieront leur salve sans lendemain,

Mettront un terme au cauchemar responsable, dont nous sommes la cible.

La nuit éclaire le jour de sa sagesse filtrante

Le jour éclaire la nuit de sa passion luminescente.

L’un dans l’autre, se reflète une réalité qui se confond,

Celle de l’esprit, de l’âme, qui caractérise à jamais l’image éternelle de nos inconsciences sans fond.

3 réflexions au sujet de « Ipagina’Son en pleine épopée apocalyptique. »

Laisser un commentaire