Archives par mot-clé : énigmes

Jouez avec les énigmes de Bilbo le Hobbit

Illustration d' Alan Lee - The Hobbit -
Illustration d’ Alan Lee – The Hobbit –

Incontestablement l’une des plus belles joutes d’énigmes de la littérature ! C’est également un moment clé dans l’œuvre de J.R.R Tolkien puisque « Bilbo Le Hobbit » de l’œuvre éponyme, s’égare dans les tunnels d’une grotte et découvre le fameux anneau de la saga qu’il s’empresse de mettre dans sa poche. Il tombera quelques instants après sur une bien étrange créature, Gollum. Il va alors s’ensuivre une série d’énigmes que vont se proposer les deux personnages.

L’enjeu ? Si Bilbo perd, il sera dévoré par Gollum. S’il gagne, la créature se devra de lui montrer la sortie de la montagne… Et vous ? Auriez-vous péri ou recouvré la liberté ?

10 énigmes, posées tour à tour par les deux personnages, pour répondre à cette question :

Gollum

Qu’est-ce qui a des racines que personne ne voit,
Qui est plus grand que les arbres,
Qui monte, qui monte,
Et pourtant ne pousse jamais ?

Cliquez ici pour la réponse
Une montagne.

 

Bilbo dans la caverne

Trente chevaux sur une colline rouge;
D’abord ils mâchonnent,
Puis ils frappent du pied,
Ensuite ils restent immobiles.

Cliquez ici pour la réponse
Les dents

Gollum

Sans voix, il crie,
sans ailes, il voltige,
sans dents, il mord,
sans bouche, il murmure.

Cliquez ici pour la réponse
Le vent

Bilbo dans la caverne

Un œil dans un visage bleu

Vit un œil dans un visage vert.

« Cet œil-là ressemble à cet œil-ci,

Dit le premier œil,

Mais en un lieu bas,

Non pas en un lieu haut.

Cliquez ici pour la réponse
Le soleil sur les marguerites.

Gollum

On ne peut la voir, on ne peut la sentir,
On ne peut l’entendre, on ne peut la respirer.
Elle s’étend derrière les étoiles et sous les collines,
Elle remplit les trous vides.
Elle revient d’abord et suit après.
Elle termine la vie, tue le rire.

Cliquez ici pour la réponse
L’obscurité

Bilbo dans la caverne

Une boite sans charnière, sans clé, sans couvercle:
Pourtant à l’intérieur est caché un trésor doré.

Cliquez ici pour la réponse
Un œuf

Gollum

Vivant sans souffle,
Froid comme la mort,
Jamais assoiffé, toujours buvant,
En cotte de maille, jamais cliquetant.

Cliquez ici pour la réponse
Un poisson.

Bilbo dans la caverne

Sans-jambes repose sur une-jambe,
Deux-jambes s’assirent sur trois-jambes,
Quatre-jambes en eut un peu.

Cliquez ici pour la réponse
Du poisson sur un guéridon, un homme à côté assis sur un tabouret, le chat reçoit les arrêtes.

Gollum

Cette chose toutes choses dévore:
Oiseaux, bêtes, arbres, fleurs ;
Elle ronge le fer, mord l’acier ;
Réduit les dures pierres en poudre ;
Met à mort les rois, détruit les villes ;

Et rabat les hautes montagnes.

Cliquez ici pour la réponse
Le temps.

Et voici donc, la dernière énigme à laquelle Gollum ne su répondre :

Bilbo dans la caverne

Qu’ai-je dans ma poche ?

Cliquez ici pour la réponse
Un anneau.

L’énigme de la lettre de George Sand

George Sand et Alfred de Musset par Célestin NANTEUIL, qui participa aux illustrations de la célèbre édition Furne des œuvres de Balzac.
George Sand et Alfred de Musset par Célestin NANTEUIL, qui participa aux illustrations de la célèbre édition Furne des œuvres de Balzac.

On a longtemps attribué à George Sand  la lettre qui suit, destinée à Alfred de Musset jusqu’à ce que cette attestation ne soit mise à mal : il semblerait au final, que ce ne soit qu’un canular dont l’origine se situerait entre 1870 et 1915. Si cette lettre est assez connue, c’est qu’à l’intérieur s’y cache une proposition très osée. Pour la découvrir, il va vous falloir trouver l’astuce permettant de décrypter ce message. Y parviendrez-vous ?

Lettre de George Sand à Alfred de Musset :

Cher ami,

Je suis toute émue de vous dire que j’ai

bien compris l’autre jour que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir ainsi

vous dévoiler, sans artifice, mon âme

toute nue, daignez me faire visite,

nous causerons et en amis franchement

je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l’affection

la plus profonde, comme la plus étroite

amitié, en un mot : la meilleure épouse

dont vous puissiez rêver. Puisque votre>

âme est libre, pensez que l’abandon ou je

vis est bien long, bien dur et souvent bien>

insupportable. Mon chagrin est trop

gros. Accourrez bien vite et venez me le

faire oublier. À vous je veux me sou-

mettre entièrement.

Votre poupée

George Sand

Pour accéder au texte caché, il vous faut lire une ligne sur deux, en commençant par « Je suis toute émue de vous dire que j’ai »

Après ce tour de chauffe, voici donc un nouveau message à décoder, d’Alfred de Musset à Sand cette fois :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,

Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?

Vous avez capturé les sentiments d’un cœur

Que pour vous adorer forma le créateur.

Je vous chéris, amour, et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

[spoiler title= »réponse »]Pour découvrir le message caché, il vous faut cette fois utiliser le procédé de l’acrostiche qui consiste à ne prendre que la première lettre ou le premier mot de chaque phrase. En l’occurrence, pour décrypter ce message caché, il s’agit du premier mot.[/spoiler]

Chambre George Sand et Alfred de Musset par la compagnie hôtelière de Bagatelle.
Chambre George Sand et Alfred de Musset par la compagnie hôtelière de Bagatelle.

Mais comme tout n’est pas que canular, voici deux des réelles correspondances entre George Sand et Alfred Musset dont les deux messages secrets usent de l’acrostiche :

De Alfred de Musset à Sand :

Quand je jure à vos pieds un éternel hommage

Voulez-vous qu’inconscient je change de langage

Vous avez su captiver les sentiments d’un coeur

Que pour adorer forma le Créateur.

Je vous aime et ma plume en délire.

Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

Avec soin, de mes lignes, lisez les premiers mots

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

 

Réponse de George Sand à Alfred de Musset :

Cette indigne faveur que votre esprit réclame

Nuit à mes sentiments et répugne à mon âme