Archives par mot-clé : lettres

L’énigme de la lettre de George Sand

George Sand et Alfred de Musset par Célestin NANTEUIL, qui participa aux illustrations de la célèbre édition Furne des œuvres de Balzac.
George Sand et Alfred de Musset par Célestin NANTEUIL, qui participa aux illustrations de la célèbre édition Furne des œuvres de Balzac.

On a longtemps attribué à George Sand  la lettre qui suit, destinée à Alfred de Musset jusqu’à ce que cette attestation ne soit mise à mal : il semblerait au final, que ce ne soit qu’un canular dont l’origine se situerait entre 1870 et 1915. Si cette lettre est assez connue, c’est qu’à l’intérieur s’y cache une proposition très osée. Pour la découvrir, il va vous falloir trouver l’astuce permettant de décrypter ce message. Y parviendrez-vous ?

Lettre de George Sand à Alfred de Musset :

Cher ami,

Je suis toute émue de vous dire que j’ai

bien compris l’autre jour que vous aviez

toujours une envie folle de me faire

danser. Je garde le souvenir de votre

baiser et je voudrais bien que ce soit

une preuve que je puisse être aimée

par vous. Je suis prête à montrer mon

affection toute désintéressée et sans cal-

cul, et si vous voulez me voir ainsi

vous dévoiler, sans artifice, mon âme

toute nue, daignez me faire visite,

nous causerons et en amis franchement

je vous prouverai que je suis la femme

sincère, capable de vous offrir l’affection

la plus profonde, comme la plus étroite

amitié, en un mot : la meilleure épouse

dont vous puissiez rêver. Puisque votre>

âme est libre, pensez que l’abandon ou je

vis est bien long, bien dur et souvent bien>

insupportable. Mon chagrin est trop

gros. Accourrez bien vite et venez me le

faire oublier. À vous je veux me sou-

mettre entièrement.

Votre poupée

George Sand

Pour accéder au texte caché, il vous faut lire une ligne sur deux, en commençant par « Je suis toute émue de vous dire que j’ai »

Après ce tour de chauffe, voici donc un nouveau message à décoder, d’Alfred de Musset à Sand cette fois :

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,

Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?

Vous avez capturé les sentiments d’un cœur

Que pour vous adorer forma le créateur.

Je vous chéris, amour, et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

[spoiler title= »réponse »]Pour découvrir le message caché, il vous faut cette fois utiliser le procédé de l’acrostiche qui consiste à ne prendre que la première lettre ou le premier mot de chaque phrase. En l’occurrence, pour décrypter ce message caché, il s’agit du premier mot.[/spoiler]

Chambre George Sand et Alfred de Musset par la compagnie hôtelière de Bagatelle.
Chambre George Sand et Alfred de Musset par la compagnie hôtelière de Bagatelle.

Mais comme tout n’est pas que canular, voici deux des réelles correspondances entre George Sand et Alfred Musset dont les deux messages secrets usent de l’acrostiche :

De Alfred de Musset à Sand :

Quand je jure à vos pieds un éternel hommage

Voulez-vous qu’inconscient je change de langage

Vous avez su captiver les sentiments d’un coeur

Que pour adorer forma le Créateur.

Je vous aime et ma plume en délire.

Couche sur le papier ce que je n’ose dire.

Avec soin, de mes lignes, lisez les premiers mots

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

 

Réponse de George Sand à Alfred de Musset :

Cette indigne faveur que votre esprit réclame

Nuit à mes sentiments et répugne à mon âme

iPagination intègre le moteur de recherche Diderot.fr

iPagination a à cœur de vous présenter le moteur de recherche en lettres et Sciences humaines : Diderot.fr , dont nous faisons partie (dans le moteur Edition).

Ce moteur de recherche francophone propose de nombreux résultats classés en plusieurs catégories à partir d’un index de plus de 500 sites sélectionnés pour leur pertinence et leur intérêt didactique. Il exclut en règle générale les résultats issus de wikipedia et de la presse quotidienne en ligne afin d’inviter les utilisateurs à construire leur réflexion en partant d’une mise à distance de l’actualité la plus immédiate et des contenus les plus formatés. Il puise dans une série de sites plus large que l’incontournable ISIDORE qui ne s’intéresse qu’aux sciences humaines et sociales dans une perspective scientifique. Il souhaite démontrer que tout moteur de recherche ou toute encyclopédie en ligne propose une représentation partielle et partiale de la connaissance et que la question de l’interprétation reste au cœur du savoir vivant. Personne n’a le monopole du regard encyclopédique.

Si « Diderot » est au départ un moteur de recherche francophone, il n’exclut pas a priori les sites rédigés dans d’autres langues. Au contraire, il souhaite s’adresser au public le plus large et prend racine dans l’expérience de l’enseignement en Lycée international et au sein des universités européennes. C’est pour cette raison que nous avons créé une version anglophone de Diderot.fr (MOTEUR CYCLOPAEDIA) ainsi qu’une version multilingue (MOTEUR BABEL) qui scrute le web non-anglophone et non-francophone en direction des informations rédigées dans des langues sous-représentées sur le net. En ce qui concerne cette dernière version, il est conseillé d’accompagner votre requête du TLD du pays dont vous souhaitez privilégier la langue.

Le nom de « Diderot » choisi pour ce moteur fait bien sûr référence au philosophe qui avec d’Alembert porta jusqu’à son terme le projet de l’Encyclopédie dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle en s’inspirant de la Cyclopaedia du britannique Ephraim Chambers. Nous ne prétendons pas mettre sur le même plan ce modeste projet didactique et l’oeuvre immense que fut ce travail intellectuel titanesque. L’utilisation de ce nom est avant tout un hommage évident en ce tricentenaire de la naissance du philosophe qui fit de la curiosité la plus utile des armes contre le dogmatisme.

Parmi les sources privilégiées par ce site, les suivantes en constituent la colonne vertébrale et leur fréquentation est vivement recommandée pour la réalisation de tout travail:

Persée, Sudoc, Larousse, INA , Gallica de la BNF.

Nous invitons les utilisateurs de ce site à fréquenter les catalogues des éditeurs français grâce au moteur EDITION ainsi que celui des différentes bibliothèques publiques dont le SUDOC. Cela peut leur permettre de repérer des titres pertinents pour réaliser leurs travaux. Favorable à certains aspects de l’Opensource, nous ne sommes pas dogmatiquement hostiles à l’édition.

Nous proposons aussi un outil de recherche dans le domaine du cinéma: FILMS. L’index de ce dernier est à améliorer. N’hésitez pas à nous donner des conseils.

Contrairement à Wikipedia, l’auteur de ce moteur de recherche a une identité qu’il revendique pour assumer ses choix et éventuellement en répondre. Il est facile de l’identifier sur le net en cherchant un peu (cf. paysdevoltaire.eu). Il souhaite cependant ne pas se mettre en avant afin de pouvoir conserver à son projet un aspect collaboratif mais aussi parce que la grande majorité des résultats qu’il propose ne sont pas rédigés de sa main. Il reconnaît cependant que tout outil de recherche sur le web est le fruit d’une interprétation du savoir et qu’il est impossible de réduire à des critères mécaniques la question de la légitimité scientifique et a fortiori intellectuelle. Il invite son utilisateur à conserver son esprit critique y compris face à une source secondaire, à un classement ou à un regroupement de données en catégories. Il encourage la fréquentation des sources primaires afin d’en faire la base d’une interprétation chaque jour renouvelée. Il se méfie des textes sans auteur et se désole des textes sans lecteur. Comme le soulignait Diderot en son temps: « Quand un dictionnaire ne serait qu’une combinaison de ses éléments, je demanderais à qui il appartient de faire de bons éléments. »

Vous l’aurez compris, iPagination a été particulièrement séduit par le travail proposé par Diderot.fr et vous invite à tester ce moteur de recherche en vous rendant sur Diderot.fr !