Archives par mot-clé : illustration

Illustrer un texte avec des images, c’est chouette ! Oui mais…

Internet, j’adore ! C’est un immense espace de communication et d’échanges. Des amitiés se créent, des formations et informations s’échangent, des artistes se dévoilent… Ça fourmille, ça vit, ça se « blogginise ». Ben oui quoi, blogginise, de blog, blogger… Car à force de naviguer et de voir, de lire, d’écouter de belles choses dans cette immensité, l’internaute se sent pousser des ailes créatives. Et il veut à son tour créer, partager, se montrer, se démarquer pour se faire remarquer.

512px-Intrus
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Intrus.JPG auteur Jebulon

Mais voilà, pour cela, il faut être visible et original. Et quel est le meilleur moyen d’attirer l’œil ? Hum ? Allons, allons, c’est évident, un petit effort … L’image, bien sûr ! Les photos, les tableaux, les jolies couleurs…Il y en a tellement sur le net et la pêche est si facile. Y’a qu’à taper un mot représentatif et hop, la pêche est miraculeuse.

256px-PêcheFishinigQuiberon
F Lamiot licence Creative Commons Paternité http://commons.wikimedia.org/wiki/File:PêcheFishinigQuiberon.jpg?uselang

Trop miraculeuse. Ça n’est pas normal. Et ça peut mener au tribunal. Car il y a des droits.

justicia
(a)

 

Et oui, il faut s’y faire, sur internet, on montre. On ne donne pas. Enfin, pas toujours. Alors, vous qui me lisez aujourd’hui, suivez-moi encore un peu, durant quelques lignes et je vous livrerai mes secrets. Sans droits d’auteur. C’est cadeau.

Pour commencer un petit rappel. Tout œuvre iconographique ou autre publiée, si elle peut être vue de tous, ne peut être réutilisée sans autorisation des auteurs. Et des auteurs, il peut y en avoir plusieurs. Dans le cas d’un tableau par exemple, il y a le peintre d’une part et le photographe d’autre part. Si le tableau est vivant, comme une photo de groupe il faudra obtenir l’autorisation de chaque personne figurant sur le cliché. Encore faut-il pouvoir les contacter. Un vrai casse-tête, croyez moi. Que faire, me direz-vous ?

 – Tenter le diable et copier l’image et advienne que pourra ? Surtout pas.

En tant qu’auteur, vous n’apprécieriez pas que vos textes soient copiés et changent de signature. Il en est de même pour le photographe ou le graphiste qui a mis autant d’amour à réaliser son image que vous en mettez à écrire avec vos tripes. Et puis le risque peut être grand. Jugez plutôt. Selon l’article L335-2 du code de la propriété intellectuelle, la peine encourue peut être de 3 ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende. Un peu cher, quand on pense que sur certains sites, les photos sont vendues à moins de 1 euro.

johnny_automatic_vacant_prison_cell
(b)

– Baver devant la photo en attendant la réponse des auteurs ? L’horreur. Le créateur est un personnage pressé, pressé de réaliser et de donner à lire et à voir.

coureur
(d)

Heureusement, il existe une solution, la pêche en zones libres et gratuites. Pas satisfaisant me dites-vous ? Les images ne vous conviennent pas ? Ts, ts, ts… C’est parce que vous n’avez pas jeté l’ancre où il fallait. Voici ci-dessous 3 moyens parmi les plus sûrs d’obtenir des images à foison sans risquer la corde.

 – Wikimedia Commons. C’est l’endroit que je privilégie. Cette base de données regroupe tous les médias (les vidéos, les photos, les dessins, les musiques, les écrits…) se trouvant dans le domaine public ou sous licence libre. Ce qui veut dire que n’importe quel internaute peut gratuitement, copier, utiliser, modifier les médias qui lui sont nécessaires. Il suffit pour cela de taper dans la fenêtre de recherche le ou les mots qualifiant notre quête. Cependant, lors de l’utilisation, il faudra mentionner le nom de l’auteur, l’année et la source du document, souvent « creative commons ». Entre nous cette reconnaissance vaut un immense merci, c’est bien le moins que nous puissions faire. Voici l’adresse du site : http://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=Accueil&uselang=fr.

Pour plus de précisions concernant les codes de la licence de Creative Commons aller là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_Creative_Commons

Le défaut de ce site réside dans la recherche qui  peut s’avérer longue.

FlickR est un site de partage généralement gratuit (certaines fonctionnalités sont payantes) de photos et vidéos réalisées par des amateurs, comme des professionnels. Cet espace offre une multitude de clichés. Plus de 3 milliards ont été recensés en 2009. Bien évidemment et comme précédemment, les utilisateurs mentionneront leurs sources. Les photos sont de qualité et souvent google renvoie à ce site.

–       Google image : est une autre solution simple et rapide. Mais attention, le fait de taper le Sésam qui vous apportera le document rêvé, ne vous donne pas le droit de l’utiliser ni de le modifier gratuitement. Pour ce faire, il faudra spécifier au moteur de recherche via la fonction « outils de recherche », puis « Droits d’usage », celui qui correspond à votre choix,  à savoir :

  Images non filtrées par licence … à bannir.

o   Réutilisation et modification autorisées

o   Réutilisation autorisée

o   Réutilisation et modification autorisées sans but commercial

o   Réutilisation autorisée sans but commercial

Vous pouvez aussi affiner votre recherche sur la page à laquelle renvoie ce lien : http://www.google.fr/advanced_image_search

Je vous invite cependant à la prudence. Il m’est arrivé pour le présent article de rechercher une image en principe tombée dans le domaine public. Mais après vérification, j’ai constaté que son utilisation est restreinte car elle apparaît dans des documents officiels…à l’étranger. Ce qui veut dire qu’à chaque fois qu’une image google est choisie, il convient de vérifier les droits à l’utilisation et ce, malgré l’onglet « réutilisation et modification »…Vous savez à présent pourquoi j’ai une nette préférence pour Wikipédia Commons.

 Hormis ces 3 possibilités, un très grand nombre de sites gratuits existent. Leur exigence… souvent, insérer un lien vers leur espace. Mais, attention, parfois certaines photos sont payantes et le choix est moindre.

Voici à titre indicatif des sites d’images…

http://picjumbo.com/

http://www.photo-libre.fr

http://www.everystockphoto.com/

http://www.freeimages.com/home

http://www.freefoto.com/index.jsp

http://www.morguefile.com/archive

…et des adresses qui renvoient à des adresses qui…

 http://www.webandseo.fr/design/banques-images-gratuites/

http://www.smop-it.fr/banques-images-gratuites-libres-sans-inscription/

http://moncherwatson.wordpress.com/2012/04/19/images-libres-droits/

http://www.applicanet.com/2011/04/10-moteurs-de-recherche-dimages-anciens.html

 

Voilà ! Et si vous aussi, vous êtes

Photographe_amateur
(d)

ou

hand-93168_150
(e)

 

alors, à votre tour, partagez et faites tourner…

a. http://openclipart.org/detail/184504/goddess-of-justice-by-mardigann-184504
b. johnny_automatichttp://openclipart.org/detail/10077/vacant-prison-cell-by-johnny_automatic-10077
c. insertion image word.
d.Furetgris. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Photographe_amateur.jpg?uselang=fr
e.weinstock http://pixabay.com/fr/main-enfant-peinture-jouer-coloré-93168/

Lorsque Keira Rathbone dessine avec des machines à écrire !

Keira Rathbone a pour arme fatale un arsenal de 30 machines à écrire, de quoi faire rêver bien des auteurs nostalgiques, mais aussi de les prendre à contre-pied parfait : car voyez-vous amis auteurs, ce que vous écririez, et bien… Keira Rathbone le dessine. Chaque caractère est une pièce d’importance dans son œuvre, comme ça le serait pour vous, dans le texte. Keira est britannique et utilise majoritairement une machine à écrire de type ASCII pour créer ses œuvres des plus étonnantes. « C’est un processus agréable et une façon unique de création d’images » nous rapporte-t-elle. Une illustration peut lui demander 90 heures de travail minutieux. Alors prenez le temps d’apprécier chacune de ses œuvres à sa juste valeur et engagement passionné…

keira-Rathbone-Art-Typewriter

Tapé in situ le vendredi 10 Août 2012 dans le village olympique tandis que les athlètes et les officiels marchaient. Entouré par les appartements habillés de drapeaux internationaux, où les légendes sportives résidaient pendant toute la durée des Jeux de 2012, Rathbone a eu la chance de pouvoir s’imprégner de l’atmosphère. Et Son talent, pour restitué par son art toute la résonance de cet événement exceptionnel, a fait le reste ! Ce morceau original a été tapé à partir d’une ‘Deluxe – Repeat Spacer ».

jeux-olympiques-machine-a-ecrire-eira-rathbone

Monsieur Gainsbourg est le titre de cette création. Rathbone a tapé cette réalisation en 2007. La raison de ce choix ? L’artiste était pour elle, une formidable source d’inspiration. Elle n’était malheureusement pas là à l’apogée de Gainsbourg sinon elle aurait aimé entrer « en concert » dans le cadre de son projet…

Serge-Gaisnbourg-machine-a-ecrire-Keira-Rathbone

Tapé in situ, sur deux jours à la fin du « Road Festival » 2009 à Larmer Tree Gardens, Wiltshire. La «Library in the Woods» est devenu l’habitat créatif de Rathbone.

La composition était clair dès le départ pour Rathbone, l’accent étant donné à la structure d’étagère mais sans toutefois interférer avec. Ce bel et vieil arbre majestueux, bourré de livres intéressants, le lampion de papier et les créations artistiques d’animaux de papier, ont créé ensemble une scène qui siègerait bien à côté d’une histoire magique, dans un livre.

library-in-the=-hoods-Keira-Rathbone

Et enfin pour finir, celui qui a marqué l’Histoire contemporaine des Etats Unis d’Amérique :

Barak-Obama-typewriter-keira-rathbone

Vous avez apprécié ? Il ne vous reste alors plus qu’à aller découvrir l’intégralité du travail de cette artiste épatante, en cliquant ici !