Hommage à Pascal Germanaud

Pascal Germanaud vient de nous quitter. Parolier, chansonnier et citoyen du monde libre comme il se présentait. Qui l’a connu ne peut être que bouleversé par sa disparition. Pascal était immanquable tant son énergie à écrire, à transmettre et à voler de projets en projets le caractérisait. Homme de courage, il a porté jusqu’au bout les couleurs de son art bien que depuis quelques mois, il se soignait et luttait contre un cancer du poumon avec des métastases à la hanche.

Une activité et une créativité qui forcent le respect et qui remontent à loin puisque ses premières poésies datent de l’âge de 9 ans. Puis, vers l’âge de 15 ou 16 ans, il s’est attelé à des paroles de chansons après avoir été chanteur dans un groupe de rock. Une vocation qui serait couronnée de succès puisque l’un de ses textes, « Pique, Carreau, Trèfle », est chanté dans un café-théâtre depuis plus de 10 ans dans la pièce de et avec Rémy Boiron, « La Luna Negra ».

Pascal puisait son inspiration dans la vie, l’actualité, l’ironie des deux.

Pascal aimait son art et les autres, ne manquant jamais l’occasion de faire de nouvelles rencontres : en quête de compositeurs et de chanteurs intéressés par ses textes, il nous a gratifiés de ses écrits sur iPagination, avec, comme co-auteure, Auda, elle-même nouvelliste et aquarelliste. Il comptait également sur la présence et l’engagement de Mendrack (sur myspace et noomiz) qui chante aujourd’hui deux de ses chansons, plus une autre coécrite à distance. Le groupe lui rend également hommage, nous vous invitons à le lire . Seule «Le Meilleur des Mondes » est en écoute sur myspace (1ère version).

Sur iPagination, nous avons également pu nous émerveiller de sa collaboration avec notre partenaire Laurent Pigeault dans le cadre la comédie musicale « The Voiciférées » – dont tous les bénéfices seront reversés à l’UNICEF –, avec une chanson magistrale, « Fous sont tes yeux », que nous ne pouvons écouter qu’en boucle, tant la profondeur de son texte et sa portée émotionnelle nous touchent.

D’autres projets étaient en cours, comme nous le rapporte Franek par qui la mauvaise nouvelle est arrivée et qui entretenait avec Pascal un lien continu : « Il travaillait avec Ror Kar sur une comédie musicale en collaboration avec Colette, et ce projet avançait bien. J’ai entendu quelques chansons, toutes excellentes… »

Un auteur et un artiste généreux et talentueux qu’iPagination et ses amis souhaitent honorer en lui rendant cet hommage, avec une énorme pensée à sa famille et ses proches dans l’épreuve qu’ils traversent :

 

Mary Luce Pla (auteure et conteuse) : 

« Une belle âme. On chemine aux côtés de certains êtres et on les sent tellement différents, porteurs d’un supplément d’âme, un cheminement littéraire, une route du sensible.  Pascal Germanaud était de ceux-là : luminosité dans le partage, généreux.

Et des mots à foison comme pour conjurer le sort et nouer le temps qui passe. Et toujours cet humour salvateur accompagné de notes de musique… Dans la tête…

Aujourd’hui, Pascal, je suis en pleurs, je viens de perdre un membre de ma 2e famille.  Tu avais cette voix qui comptait pour moi, comme celle d’un grand frère de qui j’attendais les encouragements.  Et tout autant j’aimais découvrir ton nouveau chant posté à la multitude des « liseurs ».

Alors, éternellement, pose tes mots et chante… »

 

Laurent Pigeault, auteur, compositeur et interprète, président de PACIR :

« Je pourrais te dire que tu es parti trop tôt, mais c’est tellement banal, et si vrai ! Je ne vois pas pourquoi madame la faucheuse est venue pour toi, tant de talent et de bonté partis, avec tant de choses encore restant à faire, et tous tes proches dans la douleur.

J’ai eu la joie de composer une de mes plus belles chansons sur ton texte, “Fous sont tes yeux’’. Cette chanson sera interprétée le 15 juin à la Grande Motte par une jeune fille de 13 ans avec une voix magnifique, c’est mon cadeau, et je suis sûr qu’elle chantera suffisamment fort pour que tu l’entendes. Alors l’ami, assieds-toi sur une étoile, penche-toi et tends l’oreille et nous, d’en bas, nous te souhaitons un bon spectacle ! »

 

JeF, président d’iPagination :

« Certains nous ont quittés, encore récemment, mais leurs écrits sont encore parmi nous, qui résonnent. Je salue la mémoire de Pascal Germanaud. Un prochain concours s’annonce, ma joie est ternie par l’idée qu’il ne pourra pas y participer. Gardez toujours en vous l’idée qu’au-delà de l’écran et de l’écrit, il y a la vie, et que la vie, souvent, est trop courte. Travaillez vos mots, ce sont vos outils. À défaut de pouvoir l’allonger, densifiez votre vie. »

 

Léo, auteur et cofondateur d’iPagination :

« Pascal était un auteur libre, en perpétuel mouvement, se battant pour ses textes, pour ses messages qui lui tenaient à cœur, il y avait du fond dans sa démarche et sa détermination, une vitalité communicative, un sens du devoir, celle de hisser les mots de la raison et de la poésie assez haut pour que chacun reprenne le goût de se parler de cœur à cœur, avec vérité et sincérité… Nous nous faisions un clin d’œil de temps à autre, il me plaisait de le voir voler aux quatre vents dans sa liberté la plus belle, c’était un exemple d’abnégation et de courage, de droiture et de partage… Il manquera terriblement. »

 

Et pour conclure cet hommage, la parole à Franek, auteur et ami :

« À mon ami Pascal Germanaud, décédé le 28-05-2013, trop tôt disparu, poète en musique, quand le virtuel est rattrapé par la réalité… Si ces paroles en l’air pouvaient te donner des ailes pour le firmament des troubadours et retrouver les glorieux anciens et les fous qui chantent. »

Découvrez le poème de Franek en mémoire de Pascal. 

 

Pour ceux qui s’en souviennent, Pascal a posté ses chansons sur ce site et vous pouvez les retrouver et les écouter en cliquant ici :

http://www.pascal-germanaud-parolier-hermano.blogspot.fr/  

 

3 réflexions au sujet de « Hommage à Pascal Germanaud »

  1. Je garderai de lui son énergie, sa présence et ses conseils. Il avait toujours un mot ou un commentaire pour nos écrits, ici, là, ou ailleurs. Le « virtuel » de ce type d’amitié s’efface et c’est dans ces moments qu’on s’en rend compte.
    Salut Pascal.

  2. Pascal avait toujours un mot, simple, essentiel et sans emphase. c’est avec tristesse que j’ai appris sa mort en revenant sur ce site.
    Adieu

Laisser un commentaire