Ipagina’Son ou l’apologie du spleen à l’oral…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lectrice du jour : Agathe

 

Pourquoi faut-il toujours subir le spleen, vivre la solitude comme une tristesse, l’isolement comme une fatalité ?  Et si les nuits blanches n’étaient que bonheur , propices au plaisir de la noirceur intérieure, à la complaisance dans la mélancolie ?

La solitude comme compagne fidèle, caressante, enveloppante…grisante…

Dans ce superbe poème, sélectionné par Malayalam,Yo défend le droit d’être triste et d’aimer cela. Qu’importe les idées reçues qui affirment qu’il faut vivre parmi les autres pour se « faire du bien ».

Les mots sont forts, les métaphores subtiles, les phrases rythmées. Les quatre derniers vers jouent avec les consonances, et rappellent la musicalité du slam.

« Laissez moi enfin vivre ma vie de j’m’enfoutriste.  »

Ce dernier vers résume parfaitement la philosophie de cet épiphénomène.

Bonne écoute !

OURS SEUL

EPIPHENOMENE

– Yo –

Ce soir encore je ne dirai pas grand chose et parlerai encore moins

Mais on me dit de sortir il parait que ça fait du bien

Invisible comme un fantôme qui aurait de sa vie une rature

Je passe à travers les gens mais je me prends toujours les murs

Alors je reste avec ma solitude, elle ne me laissera jamais seul

Me caresse, me recouvrant comme un linceul

La noirceur de mes pensées pour la blancheur de mes nuits

Mes nuits sont éternelles, j’entrouvre le jour et fait son autopsie 

Le marchand de sable s’est fait la malle avec Morphée

Je crois même qu’il l’a baisé, je suis leur enfant renié

Effrite la résine de ma tristesse et l’enroule de mélancolie

Et fume ce spleen comme un bras d’honneur à la vie

Si tout cela m’attise, m’attriste et m’irrite

Je n’ai trouvé aucun mérite dans la folie de mes rites

Le spleen de Baudelaire, une tapisserie de Matisse

Laissez moi enfin vivre ma vie de j’m’enfoutriste. 

 

4 réflexions au sujet de « Ipagina’Son ou l’apologie du spleen à l’oral… »

    1. Mille mercis Mala, c’est comme une chanson, la musique habille les mots. J’adore cette dimension supplémentaire qu’une voix apporte au texte. bisous !!!

  1. Que dire…

    Un grand merci à toi Agathe ! Comme tu l’as dis, tu apportes une nouvelle dimension au texte, j’ai presque l’impression de le découvrir pour la première fois !

    Merci encore à toi, c’est super !

    1. C’est Malayalam qui a parlé de nouvelle dimension. Je n’ai pas cette prétention, mais je suis comblée si tu le ressens ainsi. Ton texte est très beau, je ne peux que t’encourager à continuer d’écrire sur iPagination. Un prochain texte sera peut-être sélectionné par les conseillers et lu par l’équipe d’iPagina’Son. Belle semaine Yo !

Laisser un commentaire