Archives par mot-clé : tristesse

Ipagina’Son lit les confidences d’une boîte à lettres…

 

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

 

Un texte attendrissant, bourré d’humour et de mises en images…

Une originalité qui oscille entre tristesse, fatalisme et optimisme…

Une révérence tirée avec panache…

Il n’en fallait pas plus pour être plébiscité par de nombreux ipaginauteurs et faire l’objet de la sélection de Malayalam.

Voici le clin d’oeil tendre et émouvant d’une boite à lettres, dotée de sentiments humains, pleine de coeur et d’esprit

Cet avis de retraite confié par une boîte à lettres pas ordinaire, a été posté par Jeanne Gibé

Il est lu par la voix magique de Sortilège.

boite à lettres

JE BOÎTE A L’ÊTRE

– Jeanne Gibé –

Bientôt je tirerai ma révérence au Quai Rimbaud, laissant ma place à une ingénue au châssis dernier cri et à la couleur pimpante qu’on trouve chez le roi enchanteur du guide de la maison. 

Le temps en averse présente déjà ses condoléances sur ma carcasse d’acier cabossé. Je suis perdue, triste et esseulée dans cette obscurité d’outre tombe, de la chronique d’une mort annoncée. J’ai soixante deux ans de bons et loyaux services de valise à courrier. Mes charnières grincent, mes ferrures se déhanchent, je boîte à l’être, je ne tiens plus debout. Tout va à vau-l’eau, c’est la déroute, changement d’ère, ainsi va la vie! Dernier avis de passage pour les lettres et les colis. Le facteur va t’il sonner une dernière fois pour signifier l’heure du trépas?

Même si mon corps est déglingué, j’ai encore beaucoup d’esprit et ma mémoire n’a pas fléchi. Je ne suis pas timbrée, mais plutôt affranchie et je me pâme en pensant au bon vieux temps où Madame avait vingt ans et de nombreux amants poètes très galants.

Comme un murmure du vent glissant sur mon ossature lézardée, usée et fatiguée, j’entends encore tous ces mots fous qui font la roue, ces mots d’amour tout en velours, ces mots coquins tout en satin, ces mots de soie tout en déshabillez moi. Ces billets doux saveur de miel sont ma lumière dans le noir, la flamme qui me réchauffe quand j’ai froid. Cette quintessence épistolaire est un élixir de jouissance, d’amour et de frisson.J’y ai lu des prodiges et de plus grands mystères que l’été en décembre ou que la neige en mai. 

Me voilà sur un petit nuage, avant de partir au recyclage. Désormais, je peux reposer en paix, j’ai suffisamment roulé ma bosse et ouvert mon clapet, mon sacerdoce de la poste est accompli.

Mais un dernier message pour ma belle qui repose depuis hier dans une boîte éternelle, rue Paul Verlaine. Dans le ciel, une colombe voyageuse m’a demandé un ultime souhait. Je lui ai répondu, s’il te plaît prends soin de Ma Dame là haut, je sais combien elle a su aimer, malgré les douleurs et les tourments de la vie.

J’ai enfin trouvé la clé de l’univers; écrire d’aimer.

Atelier Vincent et Thierry : Et si votre boîte à lettres pouvait parler ?

source de l’image : http://www.delcampe.net

IpaginaSon vous emmène naviguer au large…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

 

Naviguer lentement à la dérive vers des horizons lointains, à la recherche de la flamme et de l’amour…

La mélancolie s’invite sur un bateau sans voile qui largue les amarres. Certes elle a pris le commandement de ce navire, mais au delà des mers d’ennui et de solitude, il y a une terre d’espoir…

Cette belle poésie de lignes2pensées, sur l’errance en mer et en amour a été sélectionnée par Néo.

Elle est lue pour vous, par la voix mélodieuse de notre amie Naïade.

 

bateau sans voile 1

COMME UN BATEAU SANS VOILE

– Lignes2Pensées-

Je vais à la dérive, je n’ai pas de sextant

et je ne sais plus lire l’heure au soleil terni.

Il n’y a plus de voile à ce bateau d’ennui,

plus d’équipage, de capitaine ni d’aspirant.

Sur la mer Solitude, où trépasse mon temps,

je cherche une latitude avec des alizés

soufflant jusqu’aux Bermudes où je pourrais croiser,

à bord de mon vaisseau, le Hollandais volant.

Sur ce bateau maudit, à la cargaison d’or,

des hommes pestiférés ont consumé leur âme,

condamnés à errer sans jamais voir de dame.

Sur mon bateau je prie pour retrouver la flamme

que seul peut ranimer l’amour doux d’une femme,

dont l’éclat, comme un phare, me guiderait au port.

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/neo/comme-un-bateau-sans-voile-par-lignes2pensees

Un jour de solitude, lu par iPagina’Son…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Simplement quelque mots pour accompagner un jour de solitude, marquant le deuil du beau temps et de la joie.

Novembre, mois de passage et de nostalgie, jour des disparus…Novembre mois qui pleure, mois qui oppresse, mois qui donne froid…

Douze vers comme douze mois…

Ce soir la solitude ressentie et décrite de façon très pudique dans le poème de  Frédéric Cogno, est lue par Firenz’

maniasmias_goldsworthy_agua-789532

Jour de solitude

– Frédecric Cogno –

De pleutres nuages s’en vont

Vers le couchant du désaveu,

Le vent a pleuré du basson,

Le ciel suit les rancunes, il pleut.

Novembre vient presser mon coeur

Longtemps soumis aux venaisons,

Il me connaît, il attend l’heure

De la goutte et de son prénom.

J’ai dans la bouche un goût de marbre

Et quelques mots cloués au lit,

J’ai cette idée du vieux tronc d’arbre,

Le deuil creusé seul sous la pluie…

img1

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/afficher/jour-de-solitude-par-frederic-cogno#.VOjvOcaipJM