Archives par mot-clé : temps

IpaginaSon vous emmène naviguer au large…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

 

Naviguer lentement à la dérive vers des horizons lointains, à la recherche de la flamme et de l’amour…

La mélancolie s’invite sur un bateau sans voile qui largue les amarres. Certes elle a pris le commandement de ce navire, mais au delà des mers d’ennui et de solitude, il y a une terre d’espoir…

Cette belle poésie de lignes2pensées, sur l’errance en mer et en amour a été sélectionnée par Néo.

Elle est lue pour vous, par la voix mélodieuse de notre amie Naïade.

 

bateau sans voile 1

COMME UN BATEAU SANS VOILE

– Lignes2Pensées-

Je vais à la dérive, je n’ai pas de sextant

et je ne sais plus lire l’heure au soleil terni.

Il n’y a plus de voile à ce bateau d’ennui,

plus d’équipage, de capitaine ni d’aspirant.

Sur la mer Solitude, où trépasse mon temps,

je cherche une latitude avec des alizés

soufflant jusqu’aux Bermudes où je pourrais croiser,

à bord de mon vaisseau, le Hollandais volant.

Sur ce bateau maudit, à la cargaison d’or,

des hommes pestiférés ont consumé leur âme,

condamnés à errer sans jamais voir de dame.

Sur mon bateau je prie pour retrouver la flamme

que seul peut ranimer l’amour doux d’une femme,

dont l’éclat, comme un phare, me guiderait au port.

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/neo/comme-un-bateau-sans-voile-par-lignes2pensees

Ipagina’Son valse avec les éléments…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

 Variations sur le temps…

Ce temps qui nous emporte inexorablement vers notre destin. Qui sommes-nous sinon fétus bringuebalés par les éléments ?

Le temps, la mer, le ciel, le temps, l’inéluctable des cinq premiers quatrains débouche vers l’interrogation des deux derniers :

« Y-a-t-il une porte, ?  Y-a-t-il un espoir ?  Il faut que je sorte… »

Après la mélancolie, la porte s’ouvre sur l’espérance…

Ce poème très rythmé a été sélectionné par Patryck Froissart. Il est lu pour vous par Naïade.

tumblr_mzw89qRrtp1s522mdo1_r2_500

LA VALSE DES ELEMENTS

– Christian Vincent – 

Le vent m’emporte
Le vent me tue
Cette mer trop forte
Je n’en peux plus

Vague après vague
Mes murs tremblent
Le ciel divague
Se désassemble

Le temps est assassin
Il dessine les ombres
D’un funeste destin
Sur son lit de décombres

La valse des éléments
Emporte le silence
M’affligeant de tournents
Sans aucune clémence

Je chute et je roule
Une course hasardeuse
Qui bouscule et chamboule
Cette nuit ténébreuse

Y a-t-il une porte?
Y-a-t-il un espoir ?
Il faut que je sorte
De cette nuit trop noire

Un matin viendra
Où tombera la fièvre
Le jour me surprendra
Un sourire sur tes lèvres

 

IpaginaSon aime vous faire des surprises…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

L’équipe d’Ipagina’Son se dévoile ici

Il est le pire des amants…

A peine se donne t-il, il est déjà parti…

Il te presse, il ne t’attend jamais…

Tu veux tout de lui…tout de suite…tout le temps…

Tu lui offres de rester un peu…il ne t’écoute pas et file…

Il te fait souffrir et t’aide à la fois…

Pourtant à chaque fois il te laisse tomber… inexorablement.

 

Tout au long de cette prose poétique, A l’encre de ma plume cultive l’équivoque et l’ambiguïté sur ce partenaire si particulier.

Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus. Ecoutez Agathe lire cette sélection de Patryck Froissart, vous en saurez plus…

 

Dès l’aurore déjà tu m’échappes…

– A l’encre de ma plume –

Dès l’aurore déjà tu m’échappes, tu quittes mes draps,

Après une nuit sans sommeil à se prendre dans les bras,

A discuter sur papier brouillon, stylo à la main,

A écrire des choses sérieuses ou du baratin.

 

Dés le matin, tu décides de partir sans m’attendre,

Tu me forces à me presser dans les escaliers pour descendre,

Pourtant mon habitude n’est pas de courir après un homme,

Ce n’est pas dans ma nature, je ne me soucie que de ma pomme.

 

Je ne suis pas dépendante, je te dis, mais pour avancer je te veux,

Je veux tes secondes, tes minutes, tes heures, multipliées par deux,

De jour, de nuit, j’ai envie de toi à mes côtés,

Attends, il est midi, mets pause, viens te poser.

 

Assieds toi, fais pas le compliqué, je t’offre le repas,

Même si une femme qui paie pour un homme, ça ne se fait pas !

Arrête de regarder ta montre, je t’invite à déjeuner,

Tu permets qu’on discute ensemble de mes projets ?

 

Tu n’es pas commode, tu ne te laisses pas faire du tout,

Tu me ressembles en fait, c’est vraiment fou.

Tu files, tu passes comme une flèche,

Je ne trouve pas ta faille, je cherche une brèche.

 

C’est vrai que tu as fait cicatriser certaines de mes blessures,

Tu m’as incitée à réfléchir pour éviter des ratures,

Il y a quelque chose de sain, de sage, de censé en toi,

Je ne dis pas ça pour t’amadouer, crois moi.

 

La solution pour être en ta présence je la cherche encore,

Pas en spectatrice, plutôt en tant qu’actrice dans ce décor.

Je poursuis ma route, sachant que tu n’es pas si loin,

Au coin de la rue, à ce boulevard, sur ce petit chemin.

 

Je sens ton ombre et ce que tu me susurres à l’oreille,
« Fonce »,

« Prends garde à toi », sur moi est ce que tu veilles ?

Cependant rien ne sert de vouloir te convoiter, ce serait en vain,

Autant l’avouer, tu es inaccessible, c’est certain.

 

Le célibat te convient mieux, je cesse de te draguer franchement,

Je crois que trop de gens ont déjà été largués par toi… le TEMPS!

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/froissart-patryck/ds-l-aurore-dj-tu-m-chappes-par-a-l-encre-de-ma-plume

 

Quiz littéraire : avec le temps… passent les jours, les mois…

QUIZ LITTERAIRENe vous fiez pas aux apparences des quelques premières questions assez faciles pour vous mettre en chauffe. Il s’agit là d’un véritable défi que vous proposent les iPaginauteurs. Tous les quiz – lorsqu’ils sont prêts – sont mis en ligne pour le vendredi, juste avant le défi du week-end (pour en savoir plus, cliquez ici ). Ce quiz vous est proposé par Firenz. Arriverez-vous à réaliser un sans-faute ?

Quiz littéraire : avec le temps...

Avec le temps, va, tout s’en va… Si les mots dits s’effacent, les écrits demeurent et nombre d’ouvrages font référence au temps, celui qui passe et nous échappe. Un quiz pour, comme Marcel Proust, aller à la recherche du temps perdu…
Départ
Félicitation - vous avez complété Quiz littéraire : avec le temps... . Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%. Votre performance a été évaluée à %%RATING%%
Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Retour
Les questions en gris sont complétées.
12345
678910
Fin
Retour
  ]Du latin quies qui serait dérivé de qui es ? (« Qui êtes vous ? »). C’était en effet la première question posée lors des examens oraux en latin. Le mot quiz apparaît, avec cette signification de « questionnaire » (un mot argot quiz existait déjà et signifiait « personne louche »), dans la langue anglaise en 1886. Le mot est ensuite passé dans la langue française.

L’histoire raconte qu’au théâtre de Dublin, le propriétaire du nom de Richard Daly fait un pari qu’il pouvait, dans les quarante-huit heures faire d’un mot absurde, le plus connu de toute la ville, et que le public lui fournirait un sens pour elle. Après une performance, un soir, il a donné ses cartes de membres du personnel avec le mot «quizz» écrit sur ​​eux, et leur dit d’écrire le mot sur ​​les murs de la ville. Le lendemain, le mot étrange était la coqueluche de la ville, et dans un court laps de temps, il a fait partie de la langue. Le récit plus détaillé de ce supposé exploit (dans F. T. Porter’s Gleanings and Reminiscences, 1875 ) donne la date de 1791. Le mot, cependant, était déjà en usage à cette époque, qui signifie «une étrange ou excentrique personne, et avait été utilisé dans ce sens par Fanny Burney dans son journal intime, le 24 Juin 1782.

Au plaisir de vous défier lors d’un prochain Quiz, et n’hésitez pas à mettre en commentaire le score – réel – que vous avez obtenu et les questions qui vous ont semblé compliquées…
 

Je prendrai le temps, par Agathe

Agathe_je_prendrai_le_temps

Infirmière de bloc opératoire de profession, vous retrouverez régulièrement Agathe sur l’iPaginablog, au travers des Quiz qu’elle élabore pour vous en collaboration avec Lilas mais aussi comme rédactrice de la rubrique « coups de cœur musicaux ». Elle vous fera découvrir des artistes qui rendent hommage aux mots, à l’écriture, qui ont un intime lien avec la littérature, ou vous donnera l’occasion de découvrir de nouveaux artistes auteurs-compositeurs prometteurs, dans toute la francophonie…

Pour tous les chargés de rubrique qui viennent en renfort sur l’iPaginablog, nous avons souhaité que la passion soit au cœur de la rédaction afin de vous garantir toute la qualité attendue.

Amoureuse de la musique des mots et passionnée des autres,  Agathe parle de ceux et pour ceux qui ne peuvent se faire entendre. A travers ses chansons et  ses poèmes, elle écrit le rêve, la liberté, la révolte, l’amour mais aussi ses déceptions et se bat contre l’indifférence . Nous vous laissons faire connaissance avec Agathe, avec « Je prendrai le temps » :

Je prendrai le temps de t’attendre,

    Je prendrai le temps pour entendre

    Encore, encore ces mots de soie

    Que tu disais juste pour moi.

    je prendrai le temps de m’étendre

    Sur le grand lit de nos nuits tendres,

    J’oserai des souvenirs de toi,

    Quand tu dormais entre mes bras.

    Mais je me demande tu sais

    Comment je vais ôter

    Les épines acérées

    Que tu as plantées ?

    Je prendrai mon temps pour suspendre

    Le temps qui blesse, le temps des cendres,

    Pour ne garder par devers moi

    Que ton rire qui sonne nos heures de joie.

    je prendrai le temps de comprendre

    Les chemins creux et les méandres,

    Quand j’aurai fait le tour de toi,

    Je saurai si le temps est roi.

    Mais je me demande tu sais

    Comment je vais ôter

    Les épines acérées

    Que tu as plantées ?

Paroles : Catherine Padilla
Interprètes : Corinne Charré, PHP
Musique et arrangements : PHP