Archives de catégorie : Coup de coeur musical

Coup de coeur musical : « L’INDIFFERENCE »

indifférence

A l’occasion du Téléthon et de l’ouverture des restos du coeur, j’ai choisi de construire mon coup de cœur musical autour du thème de l’indifférence, à partir de cette chanson co-signée par Maurice Vidalain en 1977 et  interprétée de façon magistrale par Gilbert Bécaud (1927-2001).

Pourquoi cette chanson ancienne ? J’aurais pu favoriser « Pas l’indifférence » de J.J. Goldman, chantée par ZAZ, ou un slam plus actuel de Grand Corps Malade…

La raison est simple: « Qu’en est-il 36 ans plus tard »

Les associations caritatives nous rappellent chaque année que des hommes et des femmes vivent dans la pauvreté, que des enfants meurent de myopathie ou de maladies orphelines. Nous nous donnons meilleure conscience en apportant notre contribution et puis nous passons à autre chose.

Ecoutez  avec moi cette chanson magnifique, visionnez cette vidéo jusqu’au bout, les paroles illustrent d’elles-mêmes une plaie sociale de plus en plus béante.

Et ENSEMBLE mobilisons-nous de façon durable…

L’INDIFFERENCE

http://www.youtube.com/watch?v=H5AL8hEVyaE

Les mauvais coups, les lâchetés

Quelle importance

Laisse-moi te dire

Laisse-moi te dire et te redire ce que tu sais

Ce qui détruit le monde c´est :

L´indifférence

Elle a rompu et corrompu

Même l´enfance

Un homme marche

Un homme marche, tombe, crève dans la rue

Eh bien personne ne l´a vu

L´indifférence

images copie

 L´indifférence

Tu es l´agneau, elle est le loup

L´indifférence

Un peu de haine, un peu d´amour

Mais quelque chose

L´indifférence

Chez toi tu n´es qu´un inconnu

L´indifférence

Tes enfants ne te parlent plus

L´indifférence

Tes vieux n´écoutent même plus

Quand tu leur causes

Vous vous aimez et vous avez

Un lit qui danse

Mais elle guette

Elle vous guette et joue au chat à la souris

Mon jour viendra qu´elle se dit

L´indifférence

images copie

 L´indifférence

Tu es l´agneau, elle est le loup

L´indifférence

Un peu de haine, un peu d´amour

Mais quelque chose

L´indifférence

Tu es cocu et tu t´en fous

L´indifférence

Elle fait ses petits dans la boue

L´indifférence

Y a plus de haine, y a plus d´amour

Y a plus grand-chose

L´indifférence

Avant qu´on en soit tous crevés

D´indifférence

Je voudrais la voir crucifier

L´indifférence

Qu´elle serait belle écartelée

L´indifférence

 

En parallèle à la publication de ce coup de coeur, les iPaginauteurs ont été invités à participer à un atelier d’écriture sur le thème de l’indifférence. Vous trouverez ici tous les textes produits au cours de ce week-end.

 

Coup de coeur musical à Raphaël Portland

Raphaël Portland a tout d’un grand.

fc6480cc5204e1dedd8b683752c36b42
Raphaël Portland

Auteur-compositeur-interprète multi-instrumentiste, Raphaël Portland se positionne comme un artiste indépendant de la nouvelle scène. Il a l’élégance de ses mots et le charme de sa musique: virile et romantique. Des textes transpirant la sincérité sur le thème de l’amour et de ses revers de fortune, un univers musical « pop noire » qui mélange sans complexe beats hip-hop, guitares rock et synthés 80’s, ont donné naissance à de magnifiques chansons reflétant l’influence de poètes de la chanson française tels que Benjamin Biolay, Bashung ou Gainsbourg. « La musique m’a permis de me libérer«  sont les propres mots de cet iPaginauteur à découvrir et à partager sans modération…

Raphaël entamera une série de concerts fin 2013 dans la région Rennaise, puis se déplacera dans plusieurs villes de France, notamment sur Paris.

Entrez dès maintenant dans l’univers époustouflant de Raphaël Portland et découvrez un de ses titres: « Boxeur ».

Son compte d’auteur sur iPagination.

youtube4

BOXEUR

 

 T’es sublime dans ta robe blanche

Inconnue qui m’attise

Inconnue qui m’étanche

Qui fait monter la mise

T’es belle quand je flanche

Belle, quand tu me dévalises

Mais t’as pas été franche

Non, t’as pas été franche

Tu m’as poussé sur la planche

T’avais un couteau dans la manche

T’étais belle comme un cœur

Tu m’as mis K.O. comme un boxeur

Je me suis perdu, c’est bien ma veine

Dans les rues d’Athènes

Ville de rêves de revanche

Qui me tient à sa guise

Qui me tient dans ses hanches

Les nuits où je me grise

Les nuits où tu me branches

Dans un long strip-tease

Mais y’a ton rouge à lèvres sur le col de sa chemise

Tu m’as poussé dans ma valise

Notre amour s’enlise

T’étais belle comme un cœur

Tu m’as mis K.O. comme un boxeur

Je me suis perdu, c’est bien ma veine

Dans les rues d’Athènes

T’étais belle comme un cœur

Tu m’as mis K.O. comme un boxeur

Je me suis perdu, c’est bien ma veine

Dans les rues d’Athènes

Moi… le SDF de Sophie Hernandez

Article proposé et réalisé par Agathe

Sophie-Hernandez-moi-le-sdf

Sophie Hernandez est une auteure-interprète originaire de Saint-Chamond dans la Loire. Chacun peut retrouver à travers son écriture, un morceau de sa vie, une étape, une part de société…..

Son premier texte a été écrit en 2006 et depuis, elle ne s’est plus arrêtée… Trois albums sont nés : INTIME en 2010 (Digitale), LA BALLADE DES MAUX en 2012 (Digitale), et enfin un premier album physique CARNET DE BORD en 2013. Un nouvel album est prévu pour 2014, les musiques seront composées par PHP musicien de talent…et iPaginauteur.

Sa phrase fétiche : « La musique est pour moi un art mais aussi une philosophie… »

Je vous invite à partager ses histoires musicales et  à embarquer pour un voyage sans escale vers des destinations inconnues chargées d’émotion.

MOI LE S.D.F.

Sur le sol froid et dur
Je suis allongé comme je peux,
La veste en guise de couverture,
J’essaie de dormir au mieux.
Je noie ma peine dans l’alcool,
Les nuits passent plus vite
Je n’agresse ni ne vole,
Je fais la manche
Pour gagner ma vie…

Je ne fais plus attention aux regards de travers,
De ces passants qui ne cherchent pas à comprendre,
Le pourquoi je dors par terre,
Je n’ai plus envie de me défendre.

Pourtant avant, j’étais comme tout le monde,
Je mangeais à ma faim et avait un toit,
Je ne pensais pas que ma vie s’effondre,
Et en arriver à ce point-là.
J’ai tout perdu, ma femme, mes enfants,
Ma seule famille c’est la rue,
Et mon compagnon fidèle
De tous les instants,
Je suis sûr que vous m’avez déjà vu.

Je ne fais plus attention aux regards de travers,
De ces passants qui ne cherchent pas à comprendre,
Le pourquoi je dors par terre,
Je n’ai plus envie de me défendre.
Le pourquoi je dors par terre,
Je n’ai plus envie de me défendre.

J’habite tour de l’horloge gare de Lyon,
Si un jour vous passez par là,
Posez-vous la question
« Comment il en est arrivé là ? »

Des mots, par Raphaël

Article proposé et réalisé par Agathe

Raphael_des_mots

A 38 ans, Raphaël a  6 albums à son actif, tous très personnels. Auteur compositeur, poète, acteur, pianiste et guitariste, il voue une grande admiration à Arthur Rimbaud pour lequel il a écrit un hommage dans son premier CD.

« Des mots » fait partie de son deuxième album « la réalité »sorti en 2003 qui lui a valu un disque d’or, certes, il y a dix ans, mais il y a des textes qui sont intemporels…

La poésie du langage, la simplicité et la spontanéité du message correspondent parfaitement aux valeurs de communication et de partage d’ipagination.


Raphael – Des mots par maitreping

DES MOTS

Des mots des grands mots des tous beaux

Qui vous vont frissonner, qui font craquer la peau

Des mots pour calmer l’âme des pauvres

Pour piquer aux yeux de petits amoureux

Des mots encore et puis toujours

Heureux ou bien saignant ca dépend du discours

Qui crache à leur foi jusqu’en pleine figure

Pour ne dire rien d’autre que mensonges de plus

Si j’avais su

Si j’avais su

Des mots dans les bouches les couloirs du métro

Des mots tout chauds de ceux qu’on vient d’nous inventer

Et qu’il va nous en cuire

Qu’il va nous arriver

Qui raconteront comment c’est qu’on se fera bouffer

Des mots des vieux mots usés

Des familles

Des mots sur le courage, la vie et puis tout çà

Des mots sur le bonheur qui pour une autre fois

Et puisque y’a rien à dire

Fait le nous ton discours

Des mots pour flatter les petits animaux

Qui sont déjà bien bêtes à bouffer du foin

Des mots que l’on dit pour un bon locataire

Une bonne année pour vous, pour la terre entière

Si j’avais su

Si j’avais su

Des mots pour la petite fiancée

Celle qu’on n’aurait pas du laisser tomber

Avec son petit coeur qui rêve sur le pavé

Son petit regard qui sait plus où se poser

Des mots pour la vente générale

Des mots encore en bouillie ou bien en drame

Des mots tout près pour les grands abattoirs

Et puisqu’il est bien mort

Fait le nous ton discours

Des mots par pleine charrette

Des mots par plein de paquets

Pour nous rassurer

Je ne me batterai plus

Je ne me batterai plus

Ce n’est pas si grave tu vois, la vie continue…

Formidable par Stromae

Article proposé et réalisé par Agathe

stromae_formidable

Jeune  artiste, de 26 ans, auteur compositeur interprète  d’origine belgo-rwandaise, STROMAE a un talent qui saute au visage. La force de ses  paroles, une interprétation souvent comparée à celle de jacques Brel par sa gestuelle et ses intonations, ne peuvent laisser indifférent.

STROMAE aborde des sujets graves sur des mélodies dansantes, mêlant sonorités électro, influences africaines, sur fond de rap et de hip hop.

« Formidable » issu de son deuxième album « Racine carrée » est sorti en août 2013.

Un grand moment d’émotion à partager sans modération…

Formidable,

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Oh bébé, oups : mademoiselle

Je’vais pas vous draguer,

Promis, juré

J’suis célibataire

Et depuis hier putain

J’peux pas faire d’enfant mais bon c’est pas…

Eh reviens !

5 minutes quoi j’t’ai pas insultée,

J’suis poli, courtois

Et un peu fort bourré

Mais pour les mecs comme moi

Vous avez autre chose à faire,

Vous m’auriez vu hier

J’étais

Formidable, formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Hé ! tu t’es regardé, tu t’crois beau

Parce que tu t’es marié,

Mais c’est qu’un anneau mec, t’emballes pas,

Elle va t’larguer comme elles font chaque fois

Et puis l’autre fille tu lui en a parlé?

Si tu veux je lui dis comme ça c’est réglé

Et au p’tit aussi, enfin si vous en avez

Attends 3 ans, 7 ans et là vous verrez

Si c’est

Formidable, formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Hé petite Oh pardon : petit

Tu sais dans la vie y’a ni méchant ni gentil

Si maman est chiante c’est qu’elle a peur d’être mamie

Si papa trompe maman c’est parce que maman vieillit, tiens

Pourquoi t’es tout rouge? Bah reviens gamin

Et qu’est-ce que vous avez tous? A me regarder comme un singe, vous

Ah oui vous êtes saints vous

Bande de macaques !

Donnez moi un bébé singe, il sera

Formidable, formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables

Formidable

Tu étais formidable, j’étais fort minable

Nous étions formidables