Archives par mot-clé : Nelson Mandela

Je suis parce que nous sommes, de Yor Pfeiffer

Je suis parce que nous sommes, de Yor Pfeiffer

Itinéraire d’un enfant surdoué accompagné de témoignages d’auteurs.

L’histoire de Yor Pfeiffer est celle d’une différence invisible, « cadeau tragique » offert à la naissance. Il se révèle être un enfant surdoué, de ceux que l’on qualifierait aujourd’hui de « haut potentiel intellectuel » ou de « zèbre ». Cette intelligence différente apportera avec elle son lot de richesses et de souffrances, souvent causes ou conséquences d’un besoin farouche d’unité et de lien. Je suis parce que nous sommes est un livre témoignage, l’histoire passionnante d’une trajectoire humaine faite de cimes et d’abîmes. Il aidera le lecteur à mieux comprendre les zèbres et à reconnaître des caractéristiques communes à beaucoup d’entre eux.

En seconde partie du livre, les mots Je suis parce que nous sommes résonneront sous la plume d’auteurs de tous horizons (Hamidou ANNE, Catherine BIRRER, Isabelle BOULANGER, FRÉDOU, Florence GAVELLE, Jo GÜSTIN, Aude JOSSELIN, Élisabeth LARBRE,
Sortilège MAGYQUE, Jean-Luc MERCIER, Luigi RIGNANESE, Marie-Noëlle RINNE, Milie ELIAS), qui nous emmèneront dans un voyage sensible et émouvant, au cœur des liens qui nous unissent.

Pour acheter le livre papier, cliquez ici ou rendez-vous dans votre librairie.

Pour acheter le livre au format numérique, cliquez ici.

En savoir plus sur Yor Pfeiffer :

Yor Pfeiffer nait en France en 1962, neuvième d’une famille de dix. C’est un enfant surdoué qui a vécu son enfance comme une période paradisiaque au milieu de ses frères et sœurs.

Devenu adulte et professeur de philosophie dans une école pour jeunes en difficulté, Yor se battra coûte que coûte pour faire exister d’autres paradis mais, sur son chemin, il devra traverser l’enfer. Rêves et liens brisés, combats contre la justice et luttes à répétition contre la mort qui lui enlèvera une à une les personnes les plus importantes d’une vie.

Puis il crée un groupe de musiciens et se produit avec eux en France et à l’étranger. C’est alors qu’une ville de banlieue parisienne où plus de 120 origines ethniques sont représentées lui propose de réunir ses habitants à l’occasion d’un grand événement pour que toutes les différences soient mises à l’honneur.

C’est une philosophie africaine développée dans la tribu où Nelson Mandela a grandi qui inspire naturellement l’artiste : l’Ubuntu. Yor écrit « Je suis parce que nous sommes », un hymne à la vie appris par des centaines d’habitants, en vue de se réunir pour le chanter.

Découvrez le site de Yor Pfeiffer en cliquant ici.

Un projet altruiste, qui promeut la francophonie et le vivre ensemble

Tous les droits d’auteurs du livre sont reversés à l’association de loi 1901 Matins du Monde, qui développe, produit et promeut des projets culturels et artistiques en faveur de la francophonie et du vivre-ensemble, en France et à l’international.

Concours d’écriture gratuit parrainé par TV5 Monde

Bonjour,

Nous sommes très fiers de nous associer à Matins du Monde pour célébrer la semaine de la langue française et de la francophonie 2016. 

Quoi de mieux pour rendre hommage à notre langue que de vous proposer, du 7 au 20 mars 2016, un concours d’écriture parrainé par TV5 Monde, autour d’un projet humain et au-delà de toutes frontières. 

Soyez nombreux à participer au concours « Je suis parce que nous sommes (Ubuntu) » en vue d’être édité dans le recueil éponyme, et gagnez vos places pour assister à un concert émouvant, ainsi qu’au tournage du clip qui aura lieu en juin 2016. 

Pour en savoir plus, cliquez ici !

Bonne écriture et bonne chance.

Concours Ubuntu - Post Facebook

Nelson Mandela, la sagesse et la grandeur en héritage

Homme d’honneur,

Homme de cœur,

Homme de droit,

Homme de lettres aussi …

Nelson Mandela.

1B nelson-mandela-giovane

Madiba, prince Xhosas

Homme de lumière, Sud-africain, Xhosas de sang royal, Nelson Mandela fut un étudiant insoumis, un fervent avocat de la Liberté, et un militant et activiste de l’African National Congres (A.N.C.). Cette activité le mena en prison, où il passa 27 longues années. Au pays de l’Apartheid, où la couleur fait droit, il ne fait pas bon être noir ou ‘coloured’, le blanc s’impose, le blanc impose.

Condamné aux travaux forcés à perpétuité, c’est au bagne de Robben Island que commence son incarcération. Matricule 46664. Il y restera 18 ans, avant d’être transféré dans d’autres lieux de réclusion.

Dans différents points du globe, des groupes de soutien et des mouvements de solidarité se manifestent, manifestent, pour demander la libération de cette figure emblématique de la lutte contre l’Apartheid. Son sinistre statut de prisonnier le plus célèbre de la planète incommode les gouvernements sud-africains successifs.

On lui proposera quelques traitements de faveur, voire des libérations sous conditions d’exil. Il refusera, toujours. Il n’est pas à vendre.

Vingt-sept années d’incarcération, avant de retrouver le chemin de la liberté. Des travaux forcés pour occuper la plus grande partie de ses journées et mettre sa santé à mal, mais quoi d’autre ? Quoi pour occuper le reste du temps et nourrir l’esprit ?

Lire.

Lire et écrire. « L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde », dit-il. En prison, Nelson poursuit la sienne. Il lit. Ses lectures sont éclectiques, Shakespeare, mais aussi Nadine Gordimer, Dennis Brutus, ou Samuel Becket … Il étudie, il étudie la loi, le droit, il passe des diplômes. Et il enseigne un peu, illégitimement, il enseigne la force à ses co-détenus, il leur apprend les mots de ce poème devenu célèbre.  Invictus. Invaincu. Et c’est ainsi que, pendant ses années d’incarcération à Robben Island, Nelson créa la très discrète ‘université Mandela’, enseignant théâtre et poésie à ses frères de prison. Il monta l’Antigone de Sophocle, pour défier ainsi le régime de l’Apartheid. Dans la pièce, Mandela jouait le rôle de Créon, le tyran.

301528_PhoDoc2_085254_LON801_jpg_0MKDJPAX

 ‪ »La Fondation Nelson Mandela, montrant Nelson Mandela tenant un exemplaire de son livre intitulé «Conversations avec moi-même»« ‬

Nelson écrit aussi, il écrit son journal, sa biographie, dont certaines pages arrivent à forcer les murs de sa cellule.

« Nulle part il n’y a de chemin facile vers la liberté, et beaucoup d’entre nous aurons à traverser la vallée des ombres de la mort, encore et encore, avant que nous n’atteignions le sommet de nos désirs », tels sont ses mots dans ‘No easy walk to freedom’, édité en 1965, puis en 1986, réédité en 2004. Un livre comme une compilation de lettres écrites pendant qu’il était dans la clandestinité, de discours, d’articles, ainsi que de la retranscription de son procès. Après sa sortie de prison, le 11 février 1990, Madiba écrivit divers ouvrages, pour raconter, témoigner, dire encore combien il est difficile, le chemin de la Liberté.

2 news-nelson-mandela-freed

Une liberté retrouvée, à la Une de tous les journaux.

Si ‘Invictus’ est aujourd’hui bien connu du public, un autre poème, plus confidentiel, a accompagné Nelson Mandela dans ses années de captivité. ‘Still I rise’, (Je m’élèverai) de Maya Angelou, poétesse américaine, dont nous vous invitons à découvrir ici la version originale, chantée par Ben Harper, et la traduction en Français.

 

Mandela n’est plus, il nous a quitté le 5 décembre dernier, tandis que la lumière faiblissait dans le ciel sud-africain, et sur le monde entier.

En parallèle à la publication de cet article, les iPaginauteurs ont été invités à participer à un atelier d’écriture lié à Nelson Mandela. Vous trouverez ici tous les textes produits au cours de ce week-end.