Tous les articles par Agathe

Infirmière, responsable d'un bloc opératoire. Rédactrice et programmatrice des coups de cœur musicaux, des quiz et des articles du groupe ipagina'Son sur l'iPaginablog. Auteure , parolière / interprète, lectrice sur iPagination.

Ipagina’Son se laisse gagner par le bien-être…

4005daf105ceb92e876a3a87052ede69

Votre lectrice se nomme Sortilège. Voici sa présentation.

La douceur est le fil conducteur de ce poème. Au fil de tendres alexandrins, Maninred nous invite à faire une pause dans nos vies effrénées en prenant une photo « instantanée » de nous au milieu des nôtres et de notre environnement.

Partager des joies simples, réaliser qu’ensemble on vit un superbe voyage, celui de la vie, contempler, aimer, donner, se dire qu’on est bien… et le dire aussi…

Malayalam a aimé ce poème de Maninred et l’a placé au sein de ses sélections du mois d’Octobre. Notre amie Sortilège  y  ajoute sa douce voix pour encore plus de tendresse.

Et pour vous c’est quoi « Etre bien » ?

Pour moi c’est lire de magnifiques écrits comme celui-ci et vivre parmi vous….

*****

ETRE BIEN

Maninred

Etre bien c’est souvent n’en parler à personne,
Sentir du vent léger le pinceau délicat,
S’enivrer de parfums, de messages d’automne,
Chuchotés d’émotions aux teintes paprika.

Etre bien c’est parfois étreindre un autre corps,
Celui de l’être aimé, compagnon de voyage,
Avec qui le chemin donne un sens et colore
Par des tons harmonieux, un bien joli partage.

Etre bien c’est aussi retrouver une table,
Entouré par ces gens qui vous disent je t’aime.
Et sans faire semblant, les trouver formidables,
Chacun donnant à l’autre une part de soi-même.

Etre bien c’est sentir que l’on a fait du bien,
Et se mettre en retrait tout en restant discret.
Savoir qu’on a compté un peu pour les gamins
Et qu’on leur a transmis beaucoup sans faire exprès.

Etre bien c’est un jour, remarquer la fossette
Sur la joue bien en chair de son petit enfant,
Savoir qu’on a la même et que mamie Jeannette
La tenait elle aussi de son père Fernand.

Etre bien c’est enfin, terminant le voyage,
Rendre l’âme au néant, dans un doux friselis,
Garder au fond de soi les plus belles images,
Pour décorer les murs d’une chambre d’oubli.

Coup de cœur musical contre l’indifférence.

indifférence

Loin de possibilité de création d’un nouvel article, j’ai choisi de vous proposer de nouveau ce coup de cœur musical autour du thème de l’indifférence, à partir de cette chanson co-signée par Maurice Vidalain en 1977 et  interprétée de façon magistrale par Gilbert Bécaud (1927-2001).

Pourquoi cette chanson ancienne ? J’aurais pu favoriser « Pas l’indifférence » de J.J. Goldman, chantée par ZAZ, ou un slam plus actuel de Grand Corps Malade…

La raison est simple: « Qu’en est-il 37 ans tard »

Les associations caritatives nous rappellent chaque année que des hommes et des femmes vivent dans la pauvreté, que des enfants meurent de myopathie ou de maladies orphelines. Nous nous donnons meilleure conscience en apportant notre contribution et puis nous passons à autre chose.

Ecoutez  avec moi cette chanson magnifique, visionnez cette vidéo jusqu’au bout, les paroles illustrent d’elles-mêmes une plaie sociale de plus en plus béante.

Et ENSEMBLE mobilisons-nous de façon durable…

———–

L’INDIFFERENCE

http://www.youtube.c om/watch?v=H5AL8hEVyaE

Les mauvais coups, les lâchetés

Quelle importance

Laisse-moi te dire

Laisse-moi te dire et te redire ce que tu sais

Ce qui détruit le monde c´est :

L´indifférence

Elle a rompu et corrompu

Même l´enfance

Un homme marche

Un homme marche, tombe, crève dans la rue

Eh bien personne ne l´a vu

L´indifférence

images copie

 L´indifférence

Tu es l´agneau, elle est le loup

L´indifférence

Un peu de haine, un peu d´amour

Mais quelque chose

L´indifférence

Chez toi tu n´es qu´un inconnu

L´indifférence

Tes enfants ne te parlent plus

L´indifférence

Tes vieux n´écoutent même plus

Quand tu leur causes

Vous vous aimez et vous avez

Un lit qui danse

Mais elle guette

Elle vous guette et joue au chat à la souris

Mon jour viendra qu´elle se dit

L´indifférence

images copie

 L´indifférence

Tu es l´agneau, elle est le loup

L´indifférence

Un peu de haine, un peu d´amour

Mais quelque chose

L´indifférence

Tu es cocu et tu t´en fous

L´indifférence

Elle fait ses petits dans la boue

L´indifférence

Y a plus de haine, y a plus d´amour

Y a plus grand-chose

L´indifférence

Avant qu´on en soit tous crevés

D´indifférence

Je voudrais la voir crucifier

L´indifférence

Qu´elle serait belle écartelée

L´indifférence

 

 

 

Ipagina’Son essuie des larmes de suie.

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lectrice du jour : Sortilège

« Au plaisir des chamboule-tout

Sous les cris des chamboule-fous « 

Une chose est sûre, l’écriture puissante et généreuse de Dominique Chauvel ne laisse pas indifférent : Une poésie à fleur de peau, à fleur de mots, assortie de métaphores d’une grande force qui remue…

Larmes de suie…larmes de pluie…larmes de vie…

Le brouillard voile et dévoile, les larmes lavent et délavent, les âmes vacillent et tombent. Pourtant là sur les cendres, sous la forme de deux roses renaissent la vie et l’espoir…

Ce beau poème d’autant plus émouvant qu’il est sélectionné par Roselyne Cros, est lu par la voix émouvante de Sortilège.

 

LARMES DE SUIE

LARMES DE SUIE

–  Dominique Chauvel  

***

Le brouillard voile ce qu’il peut
Voile ce qu’il veut
Et s’étire, s’étire
Il couvre les peurs
Il couvre les pleurs
Et dans la nuit profonde
Que les larmes inondent
Fait disparaître les corps
Se dissoudre le décor
La mélodie nauséabonde
Nous entraîne dans sa ronde
Où les âmes vacillent
Tombent telles des quilles
Au plaisir des chamboules-tout
Sous les cris des chamboules-fous.
Une rosée acide
Des rêves insipides
Quand survient, qui l’eut cru
Un nouveau Pompéi
Corps de cendre rougis
Souriras-tu encore
Pour quelques pièces en or ?
Les mauvaises graines
De fureur et de haine
Une erreur de casting
Une course de karting
Balayées comme la suie
Nettoyées par la pluie
Pour que bientôt éclosent
Deux nouvelles petites roses.

source de l’image :http://gisele.ecrivain.istanbul.over-blog.com 

Ipagina’Son entre lecture et géométrie.

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lectrice du jour : Agathe

 

Un texte court, fort, sur ce A  qui pourrait si facilement n’être qu’Amour, mais qui est tracé sans volutes ni sentiments.

A devient donc le A majuscule géométrique, froid et raide du mot Argent, régit par la rigidité d’un monde dur qui manque de bienveillance en bien des points.

La bêtise, la folie,  la déshumanisation règnent dans nos sociétés où la compassion est abandonnée au profit du compas.

Faut-il être triste ou en colère ? Je crois que les deux sont nécessaires et j’ai ressenti le besoin impérieux de lire ce poème de Firenz’, sélectionné par Amaranthe.

Entre le A de l’alphabet et les jambes du compas, il n’y a plus qu’un pas…mais moi je suis nulle en Mathématiques…

 

A

UN RIEN DE GEOMETRIE

Firenz

***

En fait, ça n’était pas une croix,

C’était un compas.

Lorsqu’on l’ouvrit

On découvrit,

La forme d’un A,

Un A majuscule.

Initiale du mot ‘Argent’,

$$$

Jambes écartées donc,

Et c’est ainsi

Que Sexe et Argent

Se sont inscrits

Comme religion.

Au compas,

Sans compassion….