Archives par mot-clé : lumière

Ipagina’Son s’émeut d’un hymne à la beauté de la vie.

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

Votre lectrice du jour : Sortilège

 

Les jours passent et s’évaporent comme autant d’arcs-en-ciels, de particules, d’étincelles et de brumes.

L’amour de la vie est décrit avec la beauté de la simplicité. Il est dans le ciel, une mosaïque d’énergies qui sublime cette magnificence qui fait se sentir…vivant…

Voici un hymne poème à cette vie qui regorge d’étincelles et qui rayonne d’émotions. Ce regard émerveillé et philosophe sur la vie de Marcel Faure, sélectionné par  Amaranthe, est lu pour vous par Sortilège.

Laissez votre âme s’envoler tout là-haut…

 

nuit-etoiles-lune

 

A LA LUNE  ET AUX ETOILES

– Marcel Faure-

La danse des jours et des mots

Vendredi 1er mars 2013

***

À la lune et aux étoiles

Aux comètes qui s’en vont plus loin effilocher leurs traînes

À tout ce qui nous émerveille

***

Aux jours feutrés qui se réchauffent au coin du feu

Aux silences qui se sourient du bout des yeux

Aux vallées qui épousent les brumes

Aux plissements de nos paupières repues

***

À la matrice de nos rêves

À nos cœurs dévastés de tendresse

À toutes ces nuits blanches dans l’ombre d’un poème

À l’étincelle à la flamme au feu au volcan

***

À toi aussi minuscule échantillon d’humanité qui te débats sur la première marche de l’arc-en-ciel 

***

O combien je vous aime glorieux mélanges de particules

Votre foisonnement à l’échelle des mondes

Votre bouillonnement dans ma chair et mon sang

***

Quand iPagina’Son fait corps avec la Nature…

affiche de Bluewriter
affiche de Bluewriter

l’équipe d’ipagina’Son se dévoile ici

C’est une déclaration d’amour..

Un amour très sensuel puisque dans chaque strophe, Josette Hersent nous invite à explorer un sens. On la croirait presque femme cette Normandie à la beauté gourmande, qui mêle élégance et souvenirs de famille.

Firenz’, autre normande, associe sa voix au poème de Josette, et nous fait partager l’amour de cette belle région. Un texte sélectionné par Véronique Brésil.

Et maintenant ..l’ouïe…

NORMANDIE

Josette Hersent – 

Elle nous pénètre sans un mot

Par les yeux et par notre peau

La Normandie on la respire

Histoire de mieux la retenir.

 

Peintres capteurs de lumière

Ecrivains aux jolies manières

Ils en ont fait leur paradis

Côte de Grâce Côte Fleurie.

 

Le roi des ciels au bord de l’eau

Eugène Boudin et ses pinceaux

L’impressionniste  immortalise

Le frissonnement d’une brise.

 

Belles villas sur la corniche

Ces élégantes qui s’affichent

Résistent aux embruns et à l’âge

Dans leurs habits de colombages.

 

Plus loin… vallons, tourbières, forêts…

Coteaux crayeux, landes, marais

Blanches falaises aux pieds dans l’eau

Côte d’albâtre… Pays de Caux.

 

Les champs…des tapis de verdure

Vaches ruminent à la pâture

Chapeau de paille sur la chaumière

Douillons de pommes et camembert.

 

Grand-mère le loupiot à la main

Et le vélo de l’autre main

Souffle d’amour sur la blessure

Vite rentrons à la masure.

 

Sans les vacances chez la grand-mère

Manquerait de l’eau au moulin

De la douceur sur les embruns

Ma Normandie, mon bout de terre

Je te choisis dernier lopin.

http://www.ipagination.com/textes-a-lire/selections/veronique-bresil/ma-normandie-par-josette-hersent

Light in Winter : la littérature tout terrain !

Dans l’hémisphère nord, à l’approche du solstice d’hiver, les illuminations de Noël réchauffent un peu la fraîcheur des nuits. De l’autre coté de l’équateur, l’hiver est une tout autre saison. En Australie, il commence en juin, et ce sont d’autres lumières que nous vous proposons à travers cette surprenante entreprise organisée par le collectif d’artistes espagnols Luzinterruptus : « Light in Winter ». A Melbourne, ils sont allé mettre leur été à l’heure d’hiver.

LIGHT IN WINTER 1

Luzinterruptus pour une piste aux étoiles pour les enfants

C’est dans cette ville que, pendant un mois, ils ont mis en place une étonnante initiative : plus de 10 000 livres s’écoulant telle une rivière phosphorescente en cœur de ville, pour un parcours principalement à ciel ouvert. De ces livres semblent naître des étoiles …

LIGHT IN WINTER 2

 Les mots écrits s’écoulent en torrents

Des ouvrages dont personne ne voulait plus, en provenance de bibliothèques municipales, de librairies australiennes, et rassemblés par l’Armée du Salut pour le collectif. Une façon très originale de faire la lumière sur les textes puisqu’ils furent éclairés de lampes LED et ainsi proposés au regard surpris des passants.

LIGHT IN WINTER 3

Des livres à cueillir

Le collectif d’artistes a revendiqué cet acte surprenant : « La littérature a pris le contrôle des rues, envahissant un peu de l’espace d’ordinaire réservé à la circulation, et est partie à la conquête de l’espace public ». Ainsi, le pouvoir modeste des mots écrits a fait momentanément reculer la densité du trafic automobile. L’initiative aura également réussi à conquérir de nouveaux lecteurs puisque, le dernier jour, les visiteurs et les riverains ont pu prendre les livres qui les intéressaient. Et le reliquat ? Hors de question de laisser les ouvrages orphelins, ils ont alors été distribués aux automobilistes, heureux de se voir ainsi offrir des livres gratuitement.

LIGHT IN WINTER 4

 Une rivière enchantée

Au-delà de l’originalité et de la portée visuelle de cette initiative, « Light in Winter » s’est déclinée également en un nombre impressionnant d’événements gratuits, dont des expositions, et des performances en public. Les artistes espagnols invitaient ainsi à célébrer leur solstice d’été, en plein hiver australien. Nous vous proposons un aperçu dans la vidéo suivante :

The Light in Winter at Fed Square Melbourne from Federation Square on Vimeo.

Ce sont plus de 20 communautés avec la participation des collectivités locales, qui ont offert la possibilité à chacun de collaborer avec d’autres groupes multiculturels pour créer de nouvelles et significatives œuvres artistiques. Comme un salon de collaboration créative, la lumière, au cœur de performances nourrissant les riches traditions et les coutumes de nombreuses cultures.

Pour en savoir plus sur le collectif Luzinterruptus, cliquez ici !

 

 

Ecriture lumineuse : Emily, veux-tu m’épouser ?

 «Emily, veux-tu m’épouser ? »

39398179_295

La demande nous en convenons est concise, voire banale, mais ce qui l’est moins, ce sont les moyens considérables mis en place pour écrire cette demande : Plus de 800 marquages réalisés en amont pour au final 10 seconde d’exposition d’une demande hors du commun.

Derick Childress a passé plus de trois nuits à l’Hôtel Clarion à Raleigh, en Caroline du Nord, afin de préparer une proposition de mariage « en grand » pour sa petite amie Emily Kern.

Un message immanquable réalisé en utilisant la technique  « d’écriture par la lumière ». Pour ce faire,  une source de lumière est déplacée  tandis que l’obturateur d’un appareil photo reflex numérique est laissée ouvert, créant ainsi une traînée de lumière dans l’exposition finale.

Il y a quelques années, Jeroen avait proclamé que la lumière pouvait tout à fait être le nouveau graffiti et avait d’ailleurs réalisé quelques essais probants comme en témoigne la photographie suivante :

Light-Graffiti-Jeroen

Seulement, pour le cas précis de cette demande pour le peu surprenante, s’ajoute un nouveau chapitre à cette histoire.

Ici, la lumière prend une position dans le message d’amour, lié à l’espace public dans son ensemble, et non sur un support unique tel que nous le connaissions sur l’écorce d’un arbre par exemple. La particularité ici, est l’ampleur de l’œuvre réalisée : une écriture de lumière sur cette échelle, n’avait  jamais été réalisée  auparavant, ce qui vous vous en doutez, a rendu ce travail très compliqué. A noter pour les techniciens que cette prouesse a été réalisée avec le Canon 7D.

Light Writing Proposal from Derick Childress on Vimeo.

Un travail minutieux comme nous l’expose Derick :

«J’ai utilisé Google Earth pour vérifier les points de vue de plusieurs grands immeubles du centre-ville de Raleigh,  afin qu’aucune des lettres puisse tomber sur des zones qui étaient inaccessibles à pied. Les exigences concernant le point de vue étaient très spécifiques. J’ai finalement trouvé l’endroit parfait – le toit de l’hôtel Clarion. Heureusement, le Clarion possède un restaurant qui est ouvert au public à l’étage supérieur. J’y suis allé un après-midi et j’ai réalisé quelques photos de référence « .

Derick_Childress_writing_light

L’histoire ne nous dit pas si Emily a dit oui, mais ce projet a très certainement dû être un succès lorsque l’on en juge le résultat obtenu. Mariage lumineux, mariage heureux non ?